mercredi 19 septembre 2018

Jeremiah Terminator LeRoy : Justin Kelly mentionne Kristen lors de l'avant première du film au TIFF18

A l'occasion de l'avant première mondiale de Jeremiah Terminator LeRoy lors du Festival International du Film de Toronto 2018 (TIFF18), le réalisateur Justin Kelly mentionne Kristen, son admiration pour elle et leur travail sur le film dans une interview sur le tapis rouge. 




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Justin Kelly : Et la façon dont elle a parlé du personnage et ce qu'elle allait lui apporter et lorsqu'elle réfléchissait à propos de ça … C'était tellement intelligent et simplement en plein dans le mille. Son look est tellement dans le mille. Elle est une actrice et elle une personne vraiment géniale. Je dirais que ça allait toujours, toujours, toujours être un oui. [Rires] 


Jeremiah Terminator LeRoy : Interview de Kristen & Laura Dern avec ETalk

A l'occasion de l'avant première mondiale de Jeremiah Terminator LeRoy lors du Festival International du Film de Toronto 2018 (TIFF18), Kristen et Laura Dern ont un moment d'anthologie sur le tapis rouge dans une interview avec ETalk.




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Kristen Stewart : C'est confortable ! Ouais, c'est la tenue parfaite !
Journaliste : Oui c'est un bon choix de tenue.
Kristen Stewart : [Rires]

Voix off : La chaleur de Toronto ne peut pas empêcher Kristen et Laura d'apporter leur jeu de la mode sur le tapis rouge. Eh bien j'ai aperçu la petite amie de Kristen, Stella Maxwell, regarder la scène depuis les coulisses. Je ne m'attendais pas à cette séquence de la part de Kristen habituellement réservée.

Journaliste : Toutes les personnes que je connais ont un coup de cœur pour la femme qui se tient à côté de vous. Alors, pouvez-vous nous parler du fait du travailler avec elle …
Kristen Stewart : [Rires]
Journaliste : … Et, si vous, vous ressentez la même chose !
Kristen Stewart : Hum hum … Elle est juste à côté de moi, alors ça va devenir embarrassant ! Euhhhh, mais …
Laura Dern : Continue …
Kristen Stewart : Je veux dire, est-ce que je devrais le faire là maintenant ?
Laura Dern : Oui, oui fais-le maintenant !
Kristen Stewart : [Baisse un genou à terre et rigole] … J'allais choisir un moment qui soit plus opportun mais … Je dois simplement … Je dois simplement te demander … Mes amis, je crois qu'elle vient de dire oui !



Source: Korita05xYT

Jeremiah Terminator LeRoy : Kelvin Harrison Jr. mentionne Kristen dans une interview avec Black Film

Dans une interview avec Black Film, l'acteur Kelvin Harrison Jr. mentionne Kristen et Jeremiah Terminator LeRoy de Justin Kelly, dans lequel il joue le petit ami de Savannah Knoop, le rôle de Kristen.




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Journaliste : Kelvin, vous avez Jeremiah Terminator LeRoy à venir et ce sera le film de clôture. Quel est votre rôle dans le film ?
Kelvin Harrison Jr. : Je joue essentiellement le petit de Savannah Knoop, donc le petit ami de Kristen Stewart dans le film. Il va dans une école de design et il est peu libre d'esprit et il est simplement en quelque sorte en train de vibrer et ils sont juste tout simplement amoureux.

Journaliste : Comment était-ce de travailler avec Kristen Stewart ?
Kelvin Harrison Jr. : J'avais tellement peur d'elle la première fois où je l'ai rencontrée. J'étais tellement intimidé. Je me disais, elle est Kristen et elle était la personne la plus douce que j'ai rencontrée. Nous avons vraiment construit cette belle amitié et cette relation pour ce film et c'était spécial et unique et surprenant. Elle captive cette fille.



Source: @TeamK_1

mardi 18 septembre 2018

Lizzie : Portraits & interview de Kristen & Chloë Sevigny avec Associated Press

A l'occasion de la press junket américaine de Lizzie de Craig William Macneill, Kristen et Chloë Sevigny ont réalisé une série de portraits promotionnels pour Associated Press. Dans l'interview, elle parle du film, du tournage, de la réalisation et du fait d'avoir du goût pour choisir des projets.






Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.

Questions & réponses : Sevigny, Stewart à propos de Lizzie Borden, de la réalisation et du fait d'avoir du goût

LOS ANGELES (AP) – Chloë Sevigny s'efforce depuis plus de dix ans de faire une nouvelle version de l'histoire de Lizzie Borden.

Un voyage fatidique dans la maison de Fall River, dans le Massachussetts, l'a convaincu de regarder la vie des Borden à travers un autre regard, plus empathique, en tirant le rideau sur les circonstances suffocantes entourant les meurtres de son père et de sa belle-mère en 1892 et ce sont vraisemblablement [ces raisons] qui l'ont poussé à le faire. Borden a été jugée et acquittée pour les meurtres mais elle continue d'être une source d'intrigue aujourd'hui.

Après des années de faux départs, Lizzie, un thriller psychologique tendu et magnifiquement réalisé mettant en vedette Kristen Stewart dans le rôle de Bridget Sullivan, la femme de chambre et figure incontournable de la vie de Borden, parvient finalement à sortir en salles vendredi [note du staff : le 14 septembre aux États-Unis].

Sevigny, 43 ans et Stewart, 28 ans, des it-girls de différentes générations, ont parlé du tournage avec Associated Press, de la raison pour laquelle la nudité [dans le film] est 'punk' et de la réalisation de courts métrages avant les longs métrages. 

Journaliste : Comment avez-vous décidé de démarcher Kristen ?
Chloë Sevigny : Bryce (Kass), le scénariste, a parlé de Kristen et je me suis dit, 'Oh ouais. Personne d'autre'. Alors ensuite, nous avons essayé de la séduire.
Kristen Stewart : Je suis vraiment facile. Ce n'était pas difficile.

Journaliste : La visite de la maison vous a aidé à comprendre l'histoire ?
Chloë Sevigny : Cela a confirmé notre décision de raconter l'histoire de cette façon. Non seulement nous étions intéressés par l'histoire d'amour, une histoire d'amour tragique à ce sujet, et elles cherchaient toutes les deux la liberté et elles se sont trouvées l'une l'autre, mais aussi le côté pratique qu'elle (Bridget) état en dehors de la maison. Il était impossible qu'elle ne sache pas ce qui se passait.

Journaliste : Kristen, qu'avez-vous trouvé de fascinant au sujet de Bridget ?
Kristen Stewart : Je me suis sentie protectrice d'elle. Elle n'a vraiment aucune voix. J'ai vraiment aimé le genre de vision qu'elle nous a fourni de Lizzie. La façon dont elle la voyait était vraiment douce et innocente mais également pure.

Journaliste : Cela montre des femmes de différentes classes à cette époque.
Chloë Sevigny : Elles sont toutes des prisonnières d'Andrew (Borden). Moi et Abby et Emma et Bridget. Nous sommes tous prisonnières de cette maison sans options.

Journaliste : Parlez-moi de la décision d'être complétement exposée dans ce film.
Chloë Sevigny : Le film le méritait. C'est ce dont le film avait besoin. Je pense que c'était même ma décision. Je voulais que le film ait cela. Et je pense que c'est un peu punk pour une femme âgée de 43s d'être nue. J'ai l'impression que nous sommes bombardés de ces idéaux de beauté et j'essaie dans mon petite chemin (avec mon compte Instagram) de dire, regardez cette femme, regardez Anna Magnani, elle est d'une grande beauté et les filles le voient, elles voient plus de diversité et des formes et des tailles et des looks et elles savent que ces gens sont également appréciés pour ce qu'ils apportent, non seulement pour leurs apparences, mais aussi pour leur talent.

Journaliste : J'ai vu sur votre compte Instagram que vous avez passé du temps dans ce bar, Original Pinkie Masters, pendant le tournage en Géorgie.
Chloë Sevigny : C'était je crois le premier bar gay de Savannah. Et il y a une école d'art là-bas, dont beaucoup d'étudiants en art et de professeurs y étaient. C'était un écart de génération sympathique. Ils avaient un excellent juke box avec toute cette musique obscure incroyable et c'était simplement notre local.
Kristen Stewart : C'est un bar simplement génial.
Chloë Sevigny : Une foule cool. Personne ne la [Kristen] dérangeait. Ils me dérangeaient plus qu'elle.
Kristen Stewart : Ce qui signifie que c'est VRAIMENT un bar cool.
Chloë Sevigny : Cela signifie simplement qu'ils sont plus âgés.

Journaliste : Pourquoi avez-vous commencé à réaliser des courts métrages avant les longs métrages ?

Chloë Sevigny : En tant qu'actrice, j'étais frustrée, me donnant toujours la vision de quelqu'un d'autre. Ce n'est pas que je n'ai pas toujours été d'accord avec leur vision ou que je ne voulais pas en faire partie ou que je pensais qu'ils étaient de grands cinéastes, mais que tant que vous n'êtes toujours pas dans la salle de montage, c'est le truc de quelqu'un d'autre. Je voulais avoir mon propre truc et exprimer mes propres idées, visions et amours.
Kristen Stewart : Oui pareil, j'ai commencé si jeune, je ne me suis jamais sentie plus vue ou exprimée ou autorisée à être vraiment comme lorsque tu as vraiment bien raconté une histoire, une histoire qui a pénétré en toi. Je ne fais pas une grande distinction entre le fait de jouer la comédie et le fait de diriger. Je pense en tant qu'actrice que j'adore l'indulgence, mais je ne veux pas parler de manque de contrôle parce que je contrôle très bien, je suis toujours dans la tête du réalisateur en train de me dire, 'Comment est-ce que cela va être vu ?'. Je veux être capable de m'intégrer parfaitement dans votre cadre. Je vais savoir à quoi ça ressemble.
Chloë Sevigny : Pas moi. Je deviens trop consciente de moi. 
 
Kristen Stewart : Mais je voulais faire un court métrage avant un long métrage parce que je ne l'avais jamais fait auparavant. Directement. Et j'adore ce que les courts métrages font pour les gens qui ont la volonté de faire des choses étranges. Vous n'essayez pas pas de divertir les gens, pas que ce soit quelque chose qui ne m'intéresse pas, je suis aussi pour, mais c'est amusant de faire véritablement un poème avec des vers libres.
Chloë Sevigny : Plus une expression.
Kristen Stewart : Il ne doit pas faire une heure et demie, il ne doit pas être digeste. Il faut simplement le goûter.
Chloë Sevigny : Les gens se disent, 'Pourquoi faites-vous un autre court métrage, pourquoi ne faites-vous pas un long métrage ?'. Et j'ai un tel respect pour les réalisateurs de longs métrages, mais je ne suis pas encore prête. Je suis encore en train d'expérimenter et d'apprendre.

Journaliste : Et en tant qu'actrices, vous vous révoltez souvent contre la grande entreprise d'Hollywood, en choisissant constamment des projets intéressants et des réalisateurs avec lesquels travailler.
Chloë Sevigny : On appelle ça le goût.

Kristen Stewart : Et elle frappe encore ! Mec ! Honnêtement, si je disais ça, cela donnerait l'impression d'une telle prétention, mais parce que c'est elle, parce que tu as réellement le pouvoir, tu peux réellement élever cette déclaration et [en jurant] la dégueuler.  



Lizzie : Interview de Kristen & Chloë Sevigny avec Reuters

A l'occasion de la press junket américaine de Lizzie, Kristen et Chloë Sevigny évoquent le film, le tournage, le développement du projet et leur collaboration dans une interview avec Reuters. 




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.

[Extrait]

Chloë Sevigny : On a littéralement planifié notre emploi du temps autour de ses disponibilités. [Rires]
Kristen Stewart : [Rires] Non, ce n'est pas vrai. C'est très drôle.
Chloë Sevigny : Non, mais c'est la réalité de la réalisation d'un film. Si quelqu'un est disponible durant un certain créneau, eh bien tu dois foncer.
Kristen Stewart : Elle est en mode productrice.
Chloë Sevigny : C'est ce qu'il se passe. J'ai été actrice dans cette position auparavant, sur un autre projet et il y a une certaine pression qui va avec tout ça.

[Extrait]

Kristen Stewart : Je pense que nous sommes toutes les deux assez instinctives. Et nos instincts nous ont amené à faire le même projet. Je n'ai jamais eu l'impression que nous faisions ce projet pour des raisons différentes. J'avais toujours le sentiment que nous nous appuyons l'une sur l'autre. Et c'est aussi de ça dont parle le film, de femmes qui soutiennent fondamentalement l'autre. J'ai ressenti ça aussi dans la réalité.

[Extrait]

Chloë Sevigny : Je pense qu'il y a plusieurs niveaux de passion pour un projet. Il y a des projets que l'on fait mais dont on a pas vraiment le temps de les faire ... Je veux dire, vous savez il y a plusieurs niveaux. Pour moi, ce projet a pris plusieurs années pour se faire. Il y a eu beaucoup de hauts et de bas. On a dû garder une positivité autour de lui pour maintenir cette passion. Et je voulais me donner l'opportunité de jouer avant de pouvoir porter un film. Et c'était une histoire importante que je voulais raconter.

[Extrait]
 


Lizzie : Interview de Kristen & Chloë Sevigny avec Daily Dead

A l'occasion de la press junket américaine de Lizzie, Kristen et Chloë Sevigny parlent du film, de leurs personnages, des femmes à cette époque et de leur collaboration dans une interview avec Daily Dead. 




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

[Extrait]

Chloë Sevigny : Je ressens beaucoup d'empathie envers Lizzie. Aller dans sa maison qui est maintenant un Bed and Breakfast, écouter son histoire ... Je suis allée au cimetière visiter sa tombe et j'ai commencé à lire beaucoup de choses sur elle. J'avais vraiment beaucoup d'empathie pour elle. Elle n'avait nulle part où aller, ne serait-ce que ses circonstances de vie, on pourrait en parler encore et encore. Je voulais simplement raconter son histoire, et l'étreindre et l'aimer. Je suis devenue fascinée par elle.

[Extrait]

Kristen Stewart : Oui, en faisant quelques recherches ... Il n'y a pas beaucoup d'informations concernant Bridget. La seule chose dont on est presque certain, c'est qu'elle savait à quelle moment Andrew avait été assassiné. Ce qui nous mène à penser qu'il y avait une relation entre elles, d'une manière ou d'une autre. Ce que j'ai beaucoup aimé à propos de ce scénario, c'est que les choses que nous ne pourrons jamais savoir, les discussions aux détours d'un couloir ... L'intensité dans la maison simplement présente par le fait qu'il y ait des abus dont on ne pouvait parler à personne, excepté la seule fille qui est capable d'écouter dans la maison. Et elle partage ensuite sa propre version d'avoir été rabaissée toute sa vie. J'ai donc beaucoup aimé l'idée de voir ce dont elles ont pu parler entre elles, qu'est-ce qui a amené ces personnes à se retrouver dans ce scénario dont on a souvent parlé mais dont on ne sait rien.

[Extrait]

Chloë Sevigny : Même quand nous tournions, nous avions l'impression qu'il n'y avait pas beaucoup de discussion.
Kristen Stewart : Non.

Chloë Sevigny : Quand je l'ai présenté à Kristen, je disais, 'Ce film ne parle que de briser le patriarcat'. Je pense que depuis quelques années nous avons fait de grandes avancées...
Kristen Stewart : Une période où tout a bougé de manière assez folle, où nous avons immédiatement ... Pas que nous nous sommes trouvées au milieu de tout ça ... Ce n'est pas arrivé par un étrange miracle ... Mais ce film arrive au bon moment c'est sûr.

[Extrait]


Lizzie : Interview de Kristen & Chloë Sevigny avec The A.V. Club

A l'occasion de la press junket américaine de Lizzie, Kristen et Chloë Sevigny parlent de leurs personnages, du tournage, de l'histoire, de leur collaboration et de leur admiration mutuelle dans une interview avec The A.V. Club.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.


[Extrait]

Chloë Sevigny : Eh bien je voulais créer un rôle que je pouvais jouer et que je trouvais très complexe. Et il n'y avait pas ce genre rôle qui m'était proposé en tant qu'actrice. Et donc je me suis dit, 'Si je n'arrive pas à en trouver un, je vais le créer moi-même'. Et donc ayant grandi en Nouvelle Angleterre et connaissant depuis toujours l'histoire de Lizzie Borden, étant allait au "Lizzie Borden Bed and Breakfast" et y étant restée en le revisitant, en allant plus profondément au cœur de cette histoire ... J'ai simplement pensé, 'C'est un film que je veux voir !'. Je pense que c'est un film qui est pertinent et c'est une histoire qui devait être racontée. Et vous savez, j'ai commencé avec cette histoire il y a dix huit ans et aujourd'hui j'ai l'impression qu'il est encore plus pertinent. Je suis très contente de ce film, j'adore Kristen dans ce film ainsi que nos performances. J'en suis très fière, aussi complexe qu'il soit. Vous savez, avoir un projet en marche depuis si longtemps, ça vous brise le cœur quand vous devez le laisser tomber. Il y avait toute une histoire et un scénario de fait pour toute une mini série, donc vous imaginez qu'il y avait encore plus de matière à travailler avant tout ça. On a donc essayé de le recentrer sur ce qui était le cœur de l'histoire, ce que l'on voulait raconter. Vous devez laisser de côté beaucoup de choses, ça peut faire mal. Cette conversation que tout le monde a en ce moment, je me dis, 'Ah enfin !'. Vous voyez ce que je veux dire ? Et voir Lizzie en tant que victime de son époque et de ses circonstances, et comment elle s'est enragée contre tout ça. Beaucoup de femmes ressentent ça. Elle s'est rebellée contre le statu quo, contre la patriarcat. On n'encourage pas la violence, mais de voir quelqu'un poussé aussi loin, que ferait-il ?

Kristen Stewart : Je dois dire, l'énergie de Chloë quand elle veut quelque chose, elle a une stabilité qui est bonne pour moi car j'ai tendance à faire durer les choses. Il y a quelque chose à dire sur le fait d'être capable de maîtriser cette énergie. Et ce film parle totalement de la contrainte et de la retenue. Et parfois, j'avais l'impression qu'il fallait que je prenne une page de son livre et simplement respirer et ne pas permettre à mon accent de ressortir car j'étais émotive. Vous voyez ce que je veux dire ... Certaines choses ... Pour vous permettre d'être plus présente, tu vois ce que je veux dire. 
Chloë Sevigny : Hmm.

Kristen Stewart : Car si quelque chose ne va pas, je me dis, 'Mec, mais pourquoi nous sommes ... On doit ressentir plus d'émotions ! Rhaaa !'. Et donc, je me disais souvent, 'Non ...'. Mais je pense qu'on travaille bien ensemble grâce à ça. On se nourrit l'une de l'autre, de manière contrastée.

[Extrait]

Source: @TheAVClub
Via: @StewartQuotes

Lizzie : Interview de Kristen & Chloë Sevigny avec Den Of Geek

A l'occasion de la press junket américaine de Lizzie, Kristen et Chloë Sevigny parlent du film, du tournage, de leurs personnages et de leur entente hors écran dans une interview avec Den Of Geek. 




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.

[Extrait]

Journaliste : Comment avez-vous vous fait pour vous mettre dans la peau de vos personnages ?
Chloë Sevigny : Je me suis plongée à fond dedans. Mais j'ai développé ce projet pendant de nombreuses années, j'ai donc lu tous les bouquins, toutes les pièces, tous les articles de journaux et j'ai vu toutes les séries, bonnes ou mauvaises. Je me suis complètement immergée dans cette histoire ces dix dernières années. J'ai lu beaucoup de choses sur Emily Dickinson [note du staff : poète américaine] et sur des femmes de cette époque et sur ce qu'était leur environnement de vie à toutes. Mais on a du créer notre propre environnement. Car vous savez, les fans de Lizzie Borden diraient, 'Ce n'est pas vrai ! Et ça non plus !'. On a du donc s'approprier notre histoire, l'histoire que nous voulions raconter et comment on voulait la raconter.

Journaliste : Qu'est-ce qui à propos de cette affaire la rend pertinente aujourd'hui ?
Kristen Stewart : Le fait que cela reste encore un mystère. Nous ne sommes pas certains si c'était elle ou non. Et le fait qu'une femme pourrait être capable d'une tel crime haineux. Et que ce fut un tel choc pour les gens que les personnes qui étaient les oppresseurs soient tellement choqués de réagir à ce genre de chose. Car ils ne connaissent pas l'existence de cette oppression puisqu'ils sont les oppresseurs ... C'est le bon moment de faire ce genre de film, car maintenant on peut voir le fond de tout ça et dire, 'Je ne cautionne pas la violence et le meurtre', mais vous pouvez voir l'équation qui fait que nous sommes tous égaux à la fin. C'est intéressant de pouvoir s'imaginer ce qu'il a pu se passer. Quand tout n'est pas blanc ou noir ... Ce n'est pas juste, 'Cette fille est un monstre et donc elle a tué son père', c'est, 'Non, beaucoup de choses se sont passées avant tout ça !'. C'est donc plutôt cool de pouvoir s'imaginer ce qu'il a pu hypothétiquement se passer.

Journaliste : Y avait-il un moyen de pouvoir alléger l'ambiance sur le plateau de tournage ?
Choë Sevigny : On a passé énormément de notre temps à tourner, car notre planning était très serré. Mais on avait du temps après. Il y avait ce bar assez connu à Savannah qui s'appelle 'Pinky Masters', c'est est un peu notre point de rassemblement. C'était très sympa, on mettait en route le jukebox et oui, on se détendait après le boulot. On devait se détendre, je veux dire le sujet du film était tellement intense. Il y avait tellement de contraintes sur le tournage et tout ça.
Kristen Stewart : Oui, on enlevait nos corsets et on se disait, 'Okay, maintenant on va aller se détendre'. Car si après le boulot, on partait se coucher et revenait directement le lendemain, vous devenez fous.



Source: DenOfGeek
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...