dimanche 25 juin 2017

Kristen en couverture du magazine italien Io Donna [Juin 2017]

On ne le dira jamais assez mais Kristen reste la coqueluche des magazines. Cette fois-ci, c'est le magazine italien Io Donna qui a choisi l'actrice en une pour son édition du 24 juin 2017 avec des clichés réalisés lors de la press junket de Come Swim pendant le Festival du Film de Cannes 2017.


 



Source: IoDonna 

L'actrice Sophie Turner mentionne Kristen dans une interview avec Vogue

Dans une interview avec le magazine américain Vogue, Sophie Turner, l'actrice de la série TV Game Of Thrones, mentionne Kristen qui semble être son coup de coeur.

Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Journaliste : Si vous pouviez teindre vos cheveux, quelle en serait la couleur ?
Sophie Turner : Oh je ne sais pas ! Je pense que ce serait amusant de choisir le noir, quelque chose d'un peu plus sombre pendant quelques temps, mais je ne sais pas si cela me conviendrait. Ça ou, en fait, j'ai pensé me tourner vers le blond platine, quelque chose presque comme le gris. Je ne pense pas pouvoir faire une coupe rasée, bien que je le ferais pour un rôle … J'adore la coupe rasée de Kristen Stewart. Elle est mon coup de cœur féminin, mon coup de cœur capillaire, mon coup de cœur tout court !

Source: Vogue


samedi 24 juin 2017

JT Leroy : Dernières mises à jour concernant le titre & le tournage

Quelques mises à jour en ce qui concerne JT Leroy réalisé par Justin Kelly, dans lequel Kristen apparaîtra aux côtés de Laura Dern, Diane Kruger et Jim Sturgess. Le film s'intitulera JT et le tournage se déroulera dans la région de Winnipeg du 17 juillet au 21 août, selon une annonce locale passée pour recruter des figurants. 




Jamie Greenberg partage un cliché de Kristen sur Instagram

La maquilleuse et membre de la team beauté de Kristen, Jamie Greenberg, a partage un cliché de l'actrice sur Instagram. 


Une publication partagée par Jamie Greenberg (@jamiemakeup) le


Source: @jamiemakeup

Personal Shopper : Portraits & interview de Kristen avec LA Times

A l'occasion de la press junket américaine de Personal Shopper, Kristen a shooté une série de portraits pour LA Times devant l'objectif du photographe Jay L. Clendenin. Elle évoque sa collaboration avec Olivier Assayas, le projet et la célébrité dans une interview. Le réalisateur français parle également de l'actrice.




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Du blockbuster à la muse du cinéma d'art et essai, Kristen Stewart est-elle la meilleure actrice de sa génération ?

Kristen Stewart s'installe sur une chaise et fixe ses yeux perçants, maquillés de kohl noir sur vous. 'La meilleure actrice de sa génération' – comme l'a déclaré Olivier Assayas après l'avoir mené vers un César pour leur film Clouds Of Sils Maria – était jusqu'à il y a quelques minutes sans pantalon ; mais maintenant elle porte un jean slim et un tee shirt blanc. Un cadenas délicat sur une chaîne en or utilisée sur un photoshoot qui vient juste de se conclure pend autour de son cou.

'Elle est la personne la plus solitaire que j'ai jamais joué', dit Stewart, plongeant dans la conversation à propos de son nouveau film, Personal Shopper, et son personnage, Maureen, une styliste pour les stars hantée qui passe ses journées à se déplacer sur un scooter d'une maison de couture de Paris jusqu'à son prochain client célèbre tout en faisant le deuil de la perte de son frère jumeau.

Il s'agit de son second film avec l'auteur français Assayas et une démonstration hypnotique de la star de Twilight qui l'a transformé en chérie du cinéma d'art et essai dont la célébrité stratosphérique lui a prêté un air de mystique, à la fois ouverte et éternellement méconnaissable.

Pris entre deux mondes, le personnage de Stewart dans le thriller psychologique élégant est une acheteuse haut de gamme qui passe son temps libre à chasser le fantôme de son frère dans tout Paris, désespérée de savoir s'il y a plus au-delà.

'Il y a cette réalité par défaut pour laquelle nous acceptions tous de vivre les uns avec les autres ; elle n'est pas du tout [dans ce schéma]', dit Stewart, débordante d'énergie due à la caféine. 'Et croyez-moi, elle aimerait se réveiller le matin et prendre un café et être normale. Elle a simplement cette préoccupation à l'égard de ces questions plus vastes qui n'ont pas de réponses et cela lui échappe jusqu'à un point où elle ne peut pas fonctionner'.

Il y a quelques années, Stewart admet [que] ces sortes de paralysies existentielles la tenaient éveillée la nuit.

'J'ai goûté à ce type de question débilitante où vous vous dites, 'Je ne peux pas savoir avec certitude si nous sommes oui ou non seuls. Je ne peux pas savoir ce qui m'arrivera lorsque je mourrai. Je ne peux pas savoir ce qui va se passer demain'', dit-elle. 'Mais cela ne sera jamais le cas pour vous. J'ai eu des crises d'anxiété où je me suis dit, 'Oh mon dieu, comment pouvons-nous ne pas savoir cela et continuer [de vivre] ?''.

A 26 ans, Stewart vit dans une réalité étrange et raréfiée. Elle a joué dans plus de 35 films, a fait les gros titres avec la franchise Twilight qui a engrangé 3,3 milliards de dollars, a atteint le sommet de la liste Forbes des actrices les mieux payées d'Hollywood et s'est retrouvée dans les viseurs des paparazzis bien plus que sa part de controverses alimentée par la célébrité au début de l'âge adulte.

Si quelqu'un a gagné le droit de se protéger des yeux qui se faufileront dans sa vie privée et peut être même dans son âme, c'est Stewart.

'Je défie constamment les gens', dit-elle, imitant la tête tournée vers le bas, les yeux détournant la posture qu'elle a appris à adopter il y a plusieurs années, lorsque la célébrité s'est installée à sa porte. 'Je suis vraiment excellente pour éviter le regard des gens, en traversant n'importe quel espace public. Je peux littéralement sentir lorsqu'il y a une énergie à éviter'.

Pourtant, même à Los Angeles, elle va occasionnellement trouver un nouvel endroit dans lequel personne ne se soucie qu'elle soit, eh bien, Kristen Stewart.

'Vous vous promenez dans un endroit et vous vous dites, 'Wow, c'est sympa, personne ne va … Avec moi ici – peut être que je parlerai à quelqu'un que je ne connais pas', dit-elle en riant. 'Vous le ressentez immédiatement. Les gens ne furètent pas partout'.

À l'écran et en dehors de l'écran, Stewart a cultivé une confiance manifestement iconoclaste, comme si elle était libérée de l'anxiété qu'elle s'impose à avoir à se protéger constamment. Dans les interviews, cela se traduit par le sentiment qu'elle est en quelque sorte toujours en train de parler à son esprit sans filtre. Dans les films, cela donne l'impression que chaque performance est une fenêtre dans la personnalité de Kristen Stewart.

'Plutôt que d'essayer de montrer à quelqu'un quelque chose, révéler accidentellement quelque chose est tellement plus intéressant', explique t-elle. 'Je veux toujours me positionner, me placer dans des paramètres pour que je puisse tout simplement le perdre, alors c'est toujours moi. Je ne peux rien apporter d'autre que moi-même'.

Assayas, qui projeté en avant première et en compétition à Cannes avec Stewart en compétition à Cannes, a trouvé en elle une présence fascinante depuis ses jours Twilight. Il a été inspiré pour écrire le personnage de Maureen, l'héroïne émotionnellement isolée dans Personal Shopper, spécifiquement pour Stewart après l'avoir vue se perdre elle-même pendant le tournage de Clouds Of Sils Maria, dans lequel elle joue l'assistante du personnage d'actrice à l'humeur changeante de Juliette Binoche.

'Elle est unique !', s'exclame Assayas dans un anglais avec un accent français, appelant de sa maison à Paris quelques jours avant l'avant première de Personal Shopper à Los Angeles, où Stewart a fait les gros titres simplement en apparaissant pour la première fois avec une tête blonde platine rasée.

'Je l'avais vue dans de nombreux films, mais j'ai toujours eu l'instinct qu'elle pourrait aller beaucoup plus loin', ajoute t-il. 'J'ai essayé de lui donner le message que c'était ok de courir, d'être elle-même, de suivre ses instincts. Elle possède cette combinaison extraordinaire de contrôle incroyable et de liberté simultanée. J'ai du mal à penser à une autre actrice qui possède une combinaison similaire et qui sait bien comment l'utiliser'.

Assayas loue même l'interprétation du pouce de Stewart dans une séquence particulièrement tendue de Personal Shopper , dans laquelle Maureen reçoit un SMS mystérieux et qu'elle est attirée dans un jeu du chat et de la souris dangereux avec son expéditeur inconnu.

'Même ce qu'elle fait lorsqu'elle tape [un SMS], elle interprète', déclare Assayas, qui a filmé les réponses par SMS de Stewart en gros plan, un tête à tête avec un fantôme dans la machine.

Stewart, dit-il, 'crée le film avec moi. Elle invente l'ambiance du film, elle invente le rythme du film – je l'aide à l'affiner mais elle me suit et je la suis'.

Cela n'est pas un hasard si Stewart est entrée avec son pouvoir en tant que star du cinéma indépendant acclamée par la critique, elle s'est également tournée vers la réalisation, intriguée par l'inspiration artistique. Son premier court métrage, une méditation de 17 minutes à propos de l'amour et de la solitude, s'inspire de la poésie qu'elle a écrite pendant des années, traitant des expériences passées et des amours perdues.

Come Swim a été projeté en avant première en janvier lors du Festival du Film de Sundance, où Stewart a été amusée par les journalistes qui ont essayé de déterminer quels sont ces célèbres ex le film porte.

'J'ai eu genre trois ou quatre relations vraiment publiques', dit-elle en riant. 'C'est tout ! Je ne suis que la somme de mes expériences, donc j'ai quelque chose à faire avec ces choses'.

Les débuts de son court métrage ont été éclipsés deux semaines plus tard, lorsque Stewart a délivré son monologue d'ouverture en tant qu'hôte invitée de l'émission Saturday Night Live. L'obsession sur Twitter du président Trump à propos de sa relation avec Robert Pattinson il y a quelques années, Stewart a fait une déclaration surprise à l'attention de Trump et du monde : 'Je suis tellement gay, mon pote'.

'Je leur ai demandé de me laisser faire quelque chose pour eux depuis un bon moment', dit-elle avec excitation du trio pop écossais. 'Ils sont tellement bons. Je me suis retrouvée avec un arc narratif assez simple mais définitif qui souligne la cause d'une manière douce mais silencieuse et confrontée.

Ensuite pour Stewart, il y a un biopic au sujet de Lizzie Borden qu'elle a tourné face à Chloe Sevigny en tant que célèbre femme de main et un film de JT de Leroy dans lequel elle jouera Savannah Koop, la femme qui a posé publiquement en tant que sensation littéraire qui se révélait plus tard être un faux.

'J'espère que cela va se faire bientôt', explique Stewart. 'C'est une chose tellement folle qui est arrivée à cette fille qui fait quelque chose simplement pour être impliquée et avoir un placement dans le monde, qui se perd complètement et qui fait l'objet de critiques de masse …'.

Tout d'abord, elle va se rendre à la Nouvelle Orleans pour tourner le film d'action de la Fox Underwater, dans lequel elle jouera le chef d'une équipe piégée sous l'océan.

'C'est assez épique, si nous le faisons bien. Il s'agit d'une équipe de personnages qui se retrouvent dans la base d'une plate pétrolière qui a implosé et dont ils ne peuvent pas se sortir', dit-elle. 'Mais il s'agit d'un gros film qui fonctionne aussi comme un jeu de plate forme, ce qui le rend encore plus intéressant'.

Et peut être après cela, une autre réunion avec Assayas ?

'Même après avoir fait Personal Shopper, j'ai l'impression qu'il y en a encore plus de son côté', dit-il. 'Je ne sais pas où sont les limites. Je pense qu'il n'y en a pas'.

Stewart est également partante pour une troisième collaboration. Après tout, elle porte un souvenir permanent dans leur travail sous la forme d'un tatouage qu'elle a imaginé pour son personnage de Clouds Of Sils Maria, qu'elle avait gravé sur son propre avant bras avant Personal Shopper.

'J'ai pensé que si vous mettez des indicateurs d'une vie personnelle sur elle, vous alliez vous dire, 'Qui es-tu ?'. Mais, lorsque je suis rentrée chez moi et qu'il n'y avait plus rien, je me suis dit, 'C'est à moi. Je veux cela'', explique t-elle à propos du tatouage, une réplique partielle de Guernica de Picasso, la première œuvre qui lui a fait retenir son souffle.

'C'est le point culminant de la peinture – un soleil – mais rien sur la peinture n'est éclairé', explique t-elle en jetant un coup d’œil sur l'encre. 'Le centre du soleil fonctionne en quelque sorte comme un élève, mais la lumière n'est pas allumée. Ouvrez simplement vos yeux'.

'Cela va toujours être sombre', ajoute Stewart, 'Si vos yeux sont fermés'.




* Outtakes





mardi 20 juin 2017

Come Swim : Interview de Kristen avec Women And Hollywood [Cannes 2017]

A l'occasion de la press junket de Come Swim lors du Festival du Film de Cannes 2017, Kristen évoque le développement de son premier court métrage, le tournage ou encore le métier d'actrice et celui de réalisatrice dans une interview avec Women And Hollywood.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Interview à Cannes – Kristen Stewart explique pourquoi la réalisation ne devrait pas être de la rectification

Kristen Stewart est en train de se construire une belle carrière. Elle a connu la célébrité internationale dans Twilight, mais c'est ce qu'elle a fait après la franchise à propos d'une histoire d'amour vampirique qui l'a vraiment révélé. Au lieu de graviter autour de blockbusters ou vers l'appât que représentent les Oscars, elle a signé pour apparaître dans des films indépendants intéressants et elle a livré des performances remarquables dans des films comme Certain Women de Kelly Reichardt et Personal Shopper et Clouds Of Sils Maria d'Olivier Assayas. Et maintenant elle se lance dans la réalisation. Elle est à Cannes pour son nouveau court métrage, Come Swim.

J'ai parlé avec Stewart à propos de la raison pour laquelle a décidé de passer derrière la caméra, ce qu'elle cherche dans un projet et la raison pour laquelle elle pense que la réalisation ne devrait jamais être rectificative.

Come Swim a été projeté en avant première mondiale à Sundance en janvier et il a fait ses débuts à Cannes le 20 mai.

Journaliste : Merci d'avoir pris le temps de me parler. Women And Hollywood se focalise sur le féminisme et le business. Voici l'un de nos badges.
Kristen Stewart
 : 'Éduquer. Militer. Agiter'. Foutrement vrai !

Journaliste : J'ai pensé que vous seriez d'accord. Alors, d'où provient l'inspiration de ce film ?
Kristen Stewart : J'étais en quelque sorte focalisée sur une image : une personne dormant sur le fond de l'océan – ce qui est évidemment un lieu très inhospitalier pour qu'un homme y dorme – et de voir ce contentement étrangement placé, la satisfaction de cet isolement et se demander pourquoi il s'agit de quelque chose de plaisant pour lui.
Tout le monde – les jeunes en particulier – passent par ce genre de chose : votre première désillusion ou peine de cœur qui vous place en périphérie de la vie. Vous avez le sentiment que vous ne pouvez pas participer aux choses normales. Vous vous demandez, 'Putain ? Je suis là, j'ai l'impression que je suis là, mais putain je ne suis pas là. Je suis saturé. J'évolue dans l'eau'. Il ne s'agit pas nécessairement de dépression autant que d'anxiété ou d'incapacité de participer à des choses 'normales'. Vous aggravez cette douleur lorsque vous êtes petit ; vous croyez que votre douleur est différente de la norme.
Donc, l'idée était de faire ressentir cette douleur, puis de regarder quelqu'un, pendant un instant, simplement pour réaliser qu'en fait ils vont très bien. Voir cela un jour de deux perspectives différentes. L'un des deux est le sien et c'est tellement graphique, surréaliste et anormal. Ensuite, vous sortez de cela, vous allumez les lumières et vous réalisez que, en fait, tout le monde a fait quelque chose comme cela.

Journaliste : Le début du film suggère certainement le sentiment d'être simplement submergé et sous l'eau, donc l'explication aide énormément. Si vous deviez le décrire en une phrase, que diriez-vous aux gens ? 'Come Swim est …' ?
Kristen Stewart : Je dirais qu'il s'agit de deux points de vue sur l' 'évolution' d'un homme. De plus, en ce qui concerne l'utilisation de la voix off du film, elle parle de la perspective et de la façon dont vous vous souvenez d'une situation. Vous pouvez absolument vous auto attaquer avec des souvenirs, et ensuite si vous regardez la même situation sous un point de vue légèrement différent, cela peut apparaître [très différemment].
Essentiellement, j'avais mes deux acteurs qui traînaient dans une piscine et qui se chamaillaient ; ils prétendaient noyer l'autre, ce qui semble dramatique, mais en fait c'était mignon. Dans le film, le personnage principal est un peu revêche et peu disposé à nager ; il n'aime pas l'eau. Théoriquement, ils ont rompu et tout ce qu'il fait est de penser à ce qu'il aurait pu faire différemment pour éviter de foirer tout cela. Il se demande toujours, 'Pourquoi n'ai-je pas envie de nager avec elle ? Qu'est-ce que j'ai dit ? Mon dieu, tout ce qui me concerne est terrible'.
Vous commencez simplement à revenir dans votre mémoire, en vous demandant ce que vous auriez pu faire différemment. Mais, si vous dépassez cela, vous vous rendez compte que ce sont des souvenirs amusants que vous utilisez comme horribles.
Donc, j'ai utilisé les mêmes messages vocaux dans différents endroits avec des lectures légèrement différentes. Certains sont sinistres, agressifs et effrayants et ensuite les mêmes mots sont exprimés par le rire pour créer un souvenir différent et charmant.

Journaliste : Était-ce personnel pour vous ?
Kristen Stewart : A 100 %.

Journaliste : Qu'est-ce qui vous a décidé à écrire et réaliser ? A quel moment avez-vous su que vous vouliez faire cela ?
Kristen Stewart : J'ai toujours voulu faire des films depuis que j'ai 9 ou 10 ans – dès que j'ai voulu jouer la comédie. J'ai regardé le processus depuis je suis un bébé. Ma mère, Jules Mann-Stewart, est une responsable scénariste et mon père, John Stewart, est un producteur pour la télévision. J'ai toujours été sur les tournages avec ma mère et elle a toujours travaillé très étroitement avec les réalisateurs.
Je voulais être sur les tournages. J'ai adoré l'effort de l'équipe. J'ai vraiment aimé que les gens fassent des choses totalement folles et j'ai pensé que le rudiment de tout cela devait valoir quelque chose. Faire partie de cela était vraiment attrayant.
Au fur et à mesure que j'ai vieilli et en fait commencé à faire partie de ce processus, j'ai compris à quel point cela pouvait être spirituel ; la seule chose qui pourrait obliger quelqu'un à travailler dur est cette nature compulsive, artistique et protectrice ; la nécessité de protéger une histoire, de s'assurer que l'expérience de celle-ci peut être transférée sur d'autres parce qu'elle en vaut la peine.
Les meilleurs réalisateurs avec lesquels j'ai travaillé vous donnent toujours le sentiment que vous avez une main qui tient ce bol d'eau. Vous devez avoir terminé à la fin de la ligne et cela part dans tous les sens. Mais, si nous avons tous un rôle égal, nous pouvons le mener jusqu'à la fin et toute l'eau sera encore dans le bol.

Journaliste : C'est une belle image. Je suis certaine que vous avez travaillé avec des réalisateurs que vous avez aimé et certains que vous n'avez pas aimé. Qu'avez-vous appris des réalisateurs – bons et mauvais – que vous avez amené dans ce projet ?
Kristen Stewart : La réalisation est un mot étrange parce que cela implique que vous disiez aux gens ce qu'il faut faire. Le meilleur sentiment dans le monde entier est de vouloir quelque chose, de transmettre ce désir aux autres et de le voir devenir une chose égoïste pour eux – quelque chose qui n'a rien à voir avec le fait de me faire une faveur ou de satisfaire un travail. C'est en fait ce transfert de désir. Tout à coup, ils atteignent un endroit où ils commencent en prendre possession par eux-mêmes.
La réalisation n'est jamais à propos de la rectification ; c'est le pire. Vous pouvez influencer les gens, mais, à la fin de la journée, vous avez amené les gens dans un endroit parce que vous êtes inspiré par eux. Vous voulez regarder ce qu'ils font.

Journaliste : L'autre jour, lors d'une interview 'Women In Motion', Robin Wright a déclaré, 'ne jamais dire non'.
Kristen Stewart : Tout à fait. Parce que si vous n'aimez pas quelque chose, ne leur dites pas. Si quelqu'un est sur le chemin, ne les dévalorisez pas. La raison pour laquelle vous êtes là est d'explorer quelque chose. Il ne s'agit pas de contrôler finement cette expérience. Vous souhaitez que quelqu'un découvre et expérimente.
Je ne veux pas emballer et livrer des idées ; je veux que tout le monde soit dans une pièce, médite sur un sujet, le capture, l'assemble et l'étend. Je ne suis pas trop précieuse à ce sujet.

Journaliste : C'est la raison pour laquelle je pense que les femmes sont vraiment des bonnes réalisatrices ; nous savons comment rassembler énormément de gens parce que c'est ainsi que nous sommes socialisés.
En parlant de femmes réalisatrices, vous avez fait Twilight avec Catherine Hardwicke. Bien que ce soit le film qui ait fait le plus de bénéfices réalisé par une femme à cette époque, elle a dû subir une réduction de salaire pour son film suivant. Même aujourd'hui, elle continue de lutter pour faire ce prochain film. Quelles sont vos réflexions à ce sujet et les opportunités pour les femmes ?
Kristen Stewart : Il existe une valeur absolue dans un processus de prise de décision induite par l'argent. Je veux que les gens voient les films sur lesquels je travaille. Je veux qu'ils touchent autant de personnes que possible. Mais, les gens qui réussissent vraiment à faire sont tellement compulsifs.
Regardez quelqu'un comme Andrea Arnold. Elle raconte ses propres histoires. Elle n'est pas engagée. Personne ne peut raconter les histoires qu'elle raconte. Elles sont les siennes. Elles viennent d'elles.
C'est indubitablement ennuyeux qu'énormément de temps soit nécessaire pour trouver un équilibre. Il n'y a pas d'égalité dans ce business.

Journaliste : On ne s'en approche même pas. Les femmes réalisatrices représentaient 4% dans le top 100 des films ayant le plus rapporté au box office l'année dernière.
Kristen Stewart : C'est toujours un peu difficile d'en parler.

Journaliste : Je sais. Il n'y a pas de réponse, mais vous êtes une personne tellement engagée. Vous avez travaillé avec des hommes et des femmes comme Kelly Reichardt. Tout le monde veut travailler avec, mais elle gagne si peu d'argent pour ses films.
Kristen Stewart : Je sais, mais cela montre également qui elle est.

Journaliste : Elle aimerait un peu plus d'argent.
Kristen Stewart : Certainement, mais si vous regardez les types de films qu'elle fait, ils ne rapportent pas beaucoup d'argent.

Journaliste : Eh bien, je crois également que c'est un cercle vicieux. S'ils étaient projetés dans plus de cinémas, alors plus de gens les verraient et ainsi de suite.
Kristen Stewart : Bien sûr. Pensez-vous qu'ils ne sont pas projetés dans plus de cinémas parce que c'est une femme ?

Journaliste : Je pense que certains films ne sont pas plus projetés dans les cinémas parce qu'ils n'ont pas assez de budget pour justifier plus de cinémas ; ils n'ont pas le budget marketing pour les repousser. Mais, même le dernier film d'Andrea Arnold, American Honey, était assez commercial. Il aurait pu être plus projeté et cela aurait être une option pour les Oscars.
Kristen Stewart : J'ai été choquée que cela n'est pas été le cas.

Journaliste : C'est vrai. L'occasion ne s'est pas présentée et cela montre le nombre écrasant des critiques masculines à un certain niveau. C'est un cycle très difficile à briser. Vous en avez déjà énormément vu et maintenant vous entrez dedans. Vous allez devenir une réalisatrice et vous voulez continuer à jouer la comédie et également à écrire. Vous allez être dans ce monde. Comment naviguez-vous dans cela ?
Kristen Stewart : Je suis tellement chanceuse. J'ai des gens qui écoutent. Je suis dans un endroit très chanceux.

Journaliste : C'est intéressant parce que je vis à New York et j'écris sur le féminisme et sur Hollywood. Je suis toujours un peu choquée lorsque je vais dans un endroit comme celui-ci ou que je vais à Los Angeles et que je vois toute la machinerie derrière tout cela.
Il s'agit de quelque chose que vous vivez. Vous semblez être un individu extrêmement heureux et charmant. Je ne vous connais pas, mais les gens croient bizarrement qu'ils vous connaissent. Comment gardez-vous votre propre identité et comment leur donnez-vous aujourd'hui ce dont ils ont besoin pour promouvoir vos films ?
Kristen Stewart : En ce moment, c'est étrange parce que je ne travaille pour personne. Je suis moins nerveuse ici parce que je ne suis pas vraiment préoccupée par le fait de représenter un réalisateur et la façon dont il veut parler d'une histoire.

Journaliste : Parce que vous êtes la réalisatrice.
Kristen Stewart : Ouais. C'est une aventure et c'est foutrement génial. Je devais en quelque sorte abandonner l'idée que vous pouvez contrôler la façon dont les gens vous voient. Vous ne pouvez pas. Lorsque vous essayez, vous commencez à devenir bizarre et ironiquement insensé parce que vous voulez que les autres pensent une certaine chose.
Honnêtement, vous devez littéralement être protecteur – mais pas surveillé – et être honnête sur ce dont vous vous souciez et sur ce dont vous ne vous souciez pas.
Je peux vous parler parce que c'est une conversation – mais je dois abandonner l'idée que quelqu'un va lire tout cela, parce qu'à ce moment-là vous commencez à penser à ce à quoi cela va ressembler pour tous les autres. Cette conversation peut exister ici et les gens peuvent la lire pour ce qu'elle est, mais aborder le monde en général est [écrasant]. Je n'y pense pas. Je veux simplement essayer d'avoir des conversations individuelles avec des gens et lorsque je n'ai pas à rencontrer la presse, je travaille.

Journaliste : Donc, vous recevez probablement des tonnes et des tonnes de scénarios et vous avez pris des décisions vraiment intéressantes. J'ai adoré Clouds Of Sils Maria. Quel film superbe ! Parlez-nous un peu de la façon dont vous faites vos choix en matière d'interprétation.
Kristen Stewart : C'est toujours instinctif. Je ne sais jamais ce que je vais faire. Il peut y avoir un sujet que je veux explorer, mais c'est typiquement plus en tant que réalisatrice qu'actrice. En tant qu'actrice, je veux lire quelque chose et tellement avoir envie de livre complètement que je dois conserver cette vie. Il est difficile pour moi de développer des projets avec des gens parce que cela doit me préoccuper intimement pour que je puisse l'honorer.

Journaliste : Êtes-vous également intéressée par la production ?
Kristen Stewart : Non. C'est la dernière chose que je veux faire. Je déteste les rencontres de développement. Si un personnage n'existe pas pour le moment, bien sûr je suis intéressée par l'écriture et la réalisation de ce projet. Mais je ne sais pas si je pourrais nécessairement jouer la comédie dans quelque chose comme cela parce que je ne sais qu'il s'agit d'une farce – je sais que j'aurais inventé.
Je dois avoir l'impression qu'un personnage a réellement existé, comme si je lis un livre d'histoires et que les gens doivent connaître cette histoire.

Journaliste : Vous avez eu beaucoup de membres féminines dans l'équipe sur celui-ci. Est-ce quelque chose que vous vouliez ou était-ce simplement les meilleures personnes pour le job ?

Kristen Stewart : Pour être honnête, elles étaient les meilleures personnes pour le job. Cela n'était pas totalement intentionnel. Mais, je pense que si j'avais eu une équipe complètement masculine, je l'aurais remarqué et j'aurais fait quelque chose pour réparer cela.


lundi 19 juin 2017

Personal Shopper : Portraits & interview de Kristen avec The New York Times

A l'occasion de la press junket américaine de Personal Shopper, Kristen a shooté une série de portraits pour The New York Times. Elle a également répondu aux questions du célèbre journal américain.

* Portraits






* Outtakes




* Interview 

(A venir)

Nouvel outtake de Kristen pour le magazine GQ [2011]

Découvrez un nouveau cliché de Kristen issu de son photoshoot pour le magazine américain GQ (2011) dévoilé par le photographe Norman Jean Roy sur Instagram. 



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...