lundi 6 juin 2016

Cannes 2016 : Interview de Kristen, Woody Allen, Jesse Eisenberg & Blake Lively avec Indiewire

A l'occasion de la press junket de Café Society lors du Festival de Cannes 2016, Kristen, Woody Allen, Blake Lively et Jesse Eisenberg parlent du film, du tournage et du Festival de Cannes dans une interview avec Indiewire. 




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Café Society : 8 choses que Woody Allen et Kristen Stewart ont révélé à propos du film à Cannes

Les nuages ont déboulé sur Cannes pour la soirée d'ouverture du festival mercredi [note du staff :11 mai] et ont noyé les bonnes critiques et la bonne volonté accordée au dernier long métrage romancé de Woody Allen, Café Society. En départ d'une plaisanterie à propos d'un viol lors de la soirée d'ouverture par le maître de cérémonie Laurent Lafitte et une autre attaque de la part du fils d'Allen eu d'un divorce, le réalisateur scénariste et sa distribution ont dû continuer à avancer.

Le lendemain, l'équipe a vaillamment affronté les questions des médias lors des entrevues avec des tables rondes lors d'un déjeuner sur la plage du Carlton. Planant au-dessus des conversation, l'équipe d'Amazon, qui a dépensé 20 millions de dollars pour acquérir le film, était anxieuse, tout comme divers investisseurs se battant avec le jetlag. De toute évidence, tous les joueurs avaient été informés sur ce qu'il fallait dire lorsque l'inévitable apparut. Est-ce que cela va porter préjudice au film ?

Voici ce que nous avons retenu.

1 – Woody Allen ne lit rien sur lui-même

Lorsqu'un journaliste l'a interrogé à bout portant à propos de l'attaque de The Hollywood Reporter, programmée pour l'ouverture de Café Society à Cannes, il a répondu :

'Je ne lis jamais rien sur moi, aucune interview que je fais. J'ai tout dit au sujet de cette question dans le New York Times, il y a quelques temps. A présent, je suis passé au-delà de ce qui est passé. Je travaille, point final, je l'ai dit, je ne ferai plus jamais de commentaire. J'ai dit tout ce que j'avais à dire à propos de cela. Je ne lis jamais rien, ni les critiques de mes films. J'ai pris la décision il y a 35 ans de ne jamais lire les critiques de mes films. Vous pouvez facilement devenir obsédé par vous-même : 'Cette personne a aimé ceci ou cela', 'Cette personne pense que je devrais faire cela', 'Cette personne pense cela de moi' … C'est une mauvaise idée de vous préoccuper de vous-même. Faites votre travail. Ne cherchez pas à savoir ce que les gros titres disent, 'Comment avons-nous fait ?'. Oubliez tout cela, travaillez tout simplement. Cela a fonctionné pour moi. J'ai été très productif au cours des années en ne pensant pas à moi-même ou en étant pas obsédé par moi-même. J'ai dit tout ce que je voulais dire à propos de cela'.

En ce qui concerne la plaisanterie à propos du viol au vitriol, Allen pense que tous les comédiens devraient être en mesure de faire ce qu'ils veulent. 'Je suis complètement en faveur des comédiens qui font les blagues qu'ils veulent', a déclaré Allen. 'Je ne suis pas bien placé pour juger. Je suis un humoriste moi-même. Ils devraient être libres de faire les plaisanteries qu'ils veulent. Je ne suis jamais offensé, il en faut beaucoup pour m'offenser'.

Lively a ajouté, 'Toute plaisanterie sur le viol, l'homophobie ou Hitler n'est pas une blague. Ce fut une chose difficile à avaler. Il s'agit d'un Festival respectueux sur le cinéma et les artistes. Cela ne serait pas arrivé dans les années 40. Je ne peux pas imaginer Fred Astaire et Bing Crosby venir et faire cela. Il a fait trois commentaires homophobes, une plaisanterie sur Hitler et une blague sur le viol en 30 secondes'.

2 – Woody Allen est allé bien au-delà du budget

Il s'agit du film le plus cher qu'il ait jamais fait, bien plus que pour Sweet And Lowdown mettant en vedette Sean Penn, a admis Allen. 'J'ai commencé avec un budget de 18 millions de dollars', a t-il déclaré. 'Cela a évolué un peu, encore et encore, je crois vers le milieu des années 20. Cela m'a coûté de l'argent. Je n'avais jamais fait un film pour 30 millions de dollars dans ma vie. Je n'aurais pas obtenu 30 millions de dollars si j'avais vendu ma femme sur le libre marché'.

Les préoccupations budgétaires signifient que lorsqu'Amazon est venu vers ses producteurs, il a dû dire oui à leur proposition de 20 millions de dollars. 'Je faisais une série télévisée pour eux', a t-il dit. ''Nous aimerions distribuer votre film'. 'Eh bien, nous travaillons d'habitude avec Sony Classics, je suis très heureux avec eux'. 'Nous allons vous donner autant'. 'Comment dire non à cela ?'. 'Ok, à condition qu'il soit distribué de façon classique, en salles, sinon nous ne l'aurions pas fait. L'argent était donc non seulement tenant, mais c'était irrésistible'.

3 – Kristen Stewart aime les chaussures confortables

Même si elle aime également être rock'n roll avec des talons hauts, elle pense qu'aucune femme ne devrait être écartée du tapis rouge de Cannes si elle n'aime pas. Et elle les porte uniquement pour un court laps de temps.

'J'ai pensé que les talons allaient mieux avec la robe', a t-elle dit à propos de son changement après le glamour pour la soirée d'ouverture pour le dîner d'ouverture. 'Les chaussures plates allaient mieux avec la jupe ; c'était plus confortable de les porter pendant plusieurs heures, alors j'ai changé. Les choses doivent changer immédiatement, parce que cela est devenu vraiment évident, si nous avions marché sur le tapis rouge ensemble et que je ne portais pas de talons – 'Excusez-moi, jeune demoiselle, vous ne pouvez pas rentrer !'. 'Mon ami non plus. Doit-il porter des talons ? Vous ne pouvez pas me demander de faire quelque chose que vous ne lui demandez pas de faire. Vous ne pouvez pas lui demander non plus, vous ne pouvez plus le faire'. Je comprends le truc de la cravate noire mais vous devriez être en mesure de faire l'autre mesure'.

Lors du déjeuner, elle portrait également des chaussures plates confortables également.

4 – Blake Lively est nostalgique du fait de faire des films dans la vieille ère hollywoodienne

'Je regarde TCM', a déclaré Lively. '[La télévision] est toujours allumée dessus dans notre maison. Il s'agit de la version amusante des commérages, maintenant la plupart d'entre eux sont des histoires inventées. S'ils ne peuvent pas découvrir quelque chose sur vous, ils l'inventent. Il y a un niveau d'intimité ici qui est sympa parce qu'il est respectueux. Le travail de rêve de mon mari [Ryan Reynolds] est d'être [l'hôte de TCM] Ben Mankiewicz ou Robert Osborne'.

5 – Woody Allen aime le numérique

Le directeur de la photographie oscarisé Vittorio Storaro et Woody Allen sont 'tous les deux des cinéastes et des historiens et des pionniers', a déclaré Eisenberg. 'Ils sont tous les deux aux prises avec la technologie dont la plupart des réalisateurs se lamentent d'avoir à utiliser. Mais les deux s'en fichent. Je les ai interrogés les deux. Cela semblait bien fonctionner'.

Après avoir travaillé avec Gordon Willis, Carlo de Palma, Sven Nykvist et Darius Khondji, Allen a percuté Storaro dans un restaurant, a t-il dit. 'Nous n'avions jamais le même emploi du temps. Cette fois-ci, nous étions tous les deux libres. Je l'ai appelé. Et j'ai eu l'honneur de travailler avec ce grand cinéaste'.

Ils ont chorégraphié le contraste entre 'la vie minable, crasseuse de New York', a déclaré Allen, 'et le soleil de Californie, c'est beau, tout est vagues et les rues sont d'une lueur dorée'. Lorsqu'Allen a grandi à Brooklyn, 'mes parents étaient pauvres, on lisait Louella Parsons et Hedda Hopper, on regardait des photos de Ginger Rogers au Mocombo et au Trocadero, Bogart sur son bateau', a t-il dit. 'Il y a une mythologie. On aimait les voir au cinéma, où les héros n'étaient jamais perdu pour une réplique pleine d'esprit, les femmes étaient splendides et les hommes beaux et fringants. Voilà ce qu'Hollywood représentait. New York était beaucoup moins classe'.

6 – Woody Allen et Jesse Eisenberg ont beaucoup en commun

Allen et Eisenberg ont été engagés l'un envers l'autre depuis que Eisenberg âgé de 16 ans a écrit une pièce à propos d'Allen et obtenu un refus et une lettre de désistement. 'Woody vient voir mes pièces', a déclaré Eisenberg. 'Il envoie des emails'.

L'acteur a raté le début de Louder Than Bombs à Cannes parce qu'il était en train de jouer dans la pièce qu'il avait écrit, The Spoils, à New York. Et cette année il joue la même pièce à West End à Londres, prenant un vol de retour le jeudi après midi pour les répétitions.

A l'époque de The Social Network, Eisenberg m'avait dit à quel point il voulait travailler avec Allen. Ensuite, il a fait To Rome With Love. Cela semblait inévitable qu'Eisenberg finirait par jouer l'alter ego d'Allen, même si Allen insiste sur le fait que le personnage est très différent de lui. Mais a vérifié l'alchimie de l'acteur avec Stewart, appelant le réalisateur Greg Mottola à propos de leur travail dans Adventureland, avant de les réunir pour une troisième fois, a déclaré Stewart qui aime 'les vieux couples hollywoodiens à l'écran lorsque deux personnes travaillent énormément ensemble, comme Spencer Tracy et Katharine Hepburn. Cela ne se produit pas tant que cela'.

'Café Society est un film à propos d'une famille juive à New York dans les années 30', a déclaré Eisenberg. 'Il s'agit de l'histoire de ma famille. Mon grand oncle est allé en Californie et est devenu riche dans l'immobilier, certaines personnes étaient des gangsters comme le personnage de Corey [Stoll] Quelqu'un est devenu un entrepreneur et couronné de succès. Ma famille était comme la sœur, l'intellectuelle marxiste. J'aborde cela comme un film personnel au sujet de mon histoire familiale'.

'Je suis la troisième génération, alors que ce film est à propos des immigrants récents qui sont affamés de le faire. Chaque personnage évolue vers le haut de manière agressif dans leur domaine professionnel, même s'il s'agit d'un travail illégal de la mafia. Ils sont tous ambitieux. La culture juive est tellement bien assimilée si bien que la paresse s'est installée. J'atteins cela en moi-même. Mon père est un professeur d'université dans l'Etat de New York. Il a une éthique de travail, mais il n'atteint pas de moi que je l'ai. Mon père dit, 'Tu peux être heureux et toujours écrire tes pièces'. 'Non, je ne peux pas. Je n'ai jamais rien écrit lorsque je suis heureux''.

Allen dirige Miley Cyrus dans sa nouvelle série télévisée actuellement sans titre pour Amazon. 'Je l'avais vue dans Hannah Montana lorsqu'elle était plus jeune', a t-il dit. 'Je me souviens avoir dit , 'Qui est cette fille ? Elle a une grande prestance, un grand style comique. Elle peut vraiment raconter une blague'. Elle était géniale, elle était la bonne pour le rôle, extraordinaire comme vous le verrez'.

Et Eisenberg vient juste de terminer son pilote pour la télévision Bream Gives Me Hiccups, qui est basé sur son recueil d'histoires du même nom, pour Jax Media. Il a écrit le projet pour Amazon, qui a mis une option sur le livre il y a trois ans, mais qu'il avait finalement retiré et rendu indépendant, dirigeant sa comparse de Café Society Parker Posey (Irrational Man), qui a été son actrice préférée depuis qu'il a 10 ans, lorsque lui et sa famille avaient l'habitude de se gaver des comédies de Christopher Guest. 'Il n'y a personne comme elle', a t-il dit. 'Elle est comme moi, elle est anxieuse'.

7 – Lorsque vous auditionnez pour Woody Allen, vous êtes dans le noir

'Je ne savais rien sur le film lorsque j'ai auditionné', a déclaré Lively. 'Ils ne vous disent rien : l'époque, la période, le parler. Vous dites 'oui' avant de lire le scénario entier. Il écrit totalement sur des femmes accomplies, des personnages toujours à facettes. Bien sûr que j'ai dit 'oui''.

'Voulez-vous faire le film ?'. 'Oui'. 'Entrez et lisez le scénario'. 'Oui'.

'C'est très basique, très simple, six pages. 'Vous voilà, prenez votre temps, six pages'. Cinq minutes plus tard. 'Comment allez-vous ?'. Il ne veut pas voir les gens devenir trop raides ou nerveux. Aussi spécifique qu'il est et que son écriture l'est, il invite les gens à apporter ce qu'ils ont en eux, il ne veut pas que vous le voyez'.

Stewart a dû passer une audition elle aussi, parce qu'Allen voulait être certain qu'elle pourrait jouer à la fois la facette jeune, douce, innocente et la facette glamour, sophistiquée de son personnage. 'Il m'a véritablement engagé', a t-elle dit. 'J'ai auditionné. Nous n'avons pas eu de conversations approfondies. Il vous fait confiance. Il vous a engagé pour une raison. Cela m'a donné confiance pour le laisser le trouver et respirer'.

8 – Woody Allen et Clint Eastwood partagent quelque chose en commun en plus d'avoir plus de 80 ans

Les deux réalisateurs tournent quelques prises, sachant à quel moment ils obtiennent ce dont ils ont besoin et avancent. Allen aime les longues prises. 'C'est comme une pièce', a déclaré Lively. 'Il est très discipliné et sait exactement ce qu'il veut, c'est plus beau en un seul plan. Les gens sautent les uns vers les autres, dans une conversation naturelle, ils interagissent, vous ne perdez pas d'énergie en coupant. Une, la plupart deux à trois, s'il s'agit d'une scène plus longe il va en faire six. C'est beaucoup pour lui, cela donne pas l'impression d'être beaucoup lorsque tout est dans une prise'.

Mais Allen 'ne bougera pas jusqu'à ce qu'il l'ait', a déclaré Stewart. 'Vous devez lui faire confiance'.


Source: Indiewire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...