dimanche 17 juillet 2016

Café Society : Interview de Kristen avec Awards Daily

A l'occasion de la press junket américaine de Café Society à New York, Kristen parle du film de Woody Allen et de son premier court métrage dans une interview avec Awards Daily.




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Chaque fois que vous vous asseyez pour parler une grande star de cinéma, il y a un certain degré de notions préconçues qui viennent avec le territoire. A tort ou à raison, vous avez à l'esprit les personnalités que vous avez mises en avant sur l'écran et dans les médias, donc il y a déjà une personne en quelque sorte fondée avant même que la conversation ne commence. Dans le cas de Kristen Stewart, je suis ravi de constater que quelle que soit la façon dont elle est présentée dans les médias, en personne, elle est décontractée, expressive, drôle et surtout réelle.

En conjonction avec la sortie cette semaine du dernier film de Woody Allen Café Society, Awards Circuit a eu l'opportunité de discuter avec Stewart. Passant d'un sujet à l'autre d'une manière extravagante, elle avait beaucoup à dire. Les faits marquants sont disponibles ci-dessous.

Stewart valorise l'authenticité et elle ne semble jamais utiliser des boucliers ou se baser sur une performance. C'était simplement elle, assise sur un canapé, répondant aux questions à propos d'Allen, Café Society et ce qui l'excite au sujet du monde de la comédie/de la réalisation.

Stewart commence en disant :

'Je n'aime pas mettre ça en grand, il n'y a pas un si grand fossé entre ma vie comme étant la mienne et mon travail. Genre, je ne vais pas au boulot, vous voyez ce que je veux dire ? Ouais. Donc, en général, je pourrais, si je regardais en arrière les choix et les choses que j'ai faites et les expériences qui semblaient être les plus [importantes], pas les plus enrichissantes, mais celles qui semblaient avoir le plus de valeur, celles qui m'ont vraiment saisies, je peux rétrospectivement déterminer pourquoi, et cela vient toujours de quelque chose de personnel. Je ne vais jamais essayer de me cacher derrière les personnages, du genre je ne veux pas me cacher.

Beaucoup d'acteurs disent qu'ils peuvent se cacher derrière cette personne et cela me fait me sentir mieux, et si c'est simplement moi, je ne peux pas m'ouvrir à quoique ce soit. Tout ce que je veux faire est de devenir visible ! Je ne veux certainement pas un quelconque degré de séparation.

Donc, si je joue un personnage qui est différent pour moi, je peux me débarrasser de mes paramètres par défaut et les traits de personnalité en préparation, puis en fin de compte qui est une version de moi. Et puis, la façon dont je choisis est que si je suis attirée par quelqu'un et que je meurs d'avoir cette conversation et que cela va genre durer une heure, nous devrions probablement explorer la raison pour laquelle nous sommes toujours en train de parler de ce scénario. Donc c'est carrément simplement ce sentiment inné de vouloir plus de cela, plutôt que simplement l'expérience de lecture'.

A propos du fait d'envisager un jour de travailler avec Allen et sa façon d'écrire aussi bien pour les femmes.

'Je n'y avais jamais vraiment pensé jusqu'à ce l'opportunité vienne. Je veux dire, j'aime beaucoup ses films, mais je ne m'insérais pas dans cette équation jusqu'à ce qu'il soit en face de moi. Ouais, j'ai le sentiment qu'il a cette approche décontractée vis à vis des choses qui ont l'impression d'être vraiment poignantes et même dans la façon dont il filme, il ne discute ou ne dirige jamais rien ouvertement. Une fois que vous avez dites vos tirades, vous avez terminé, et j'ai l'impression que lorsque vous regardez ses films, vous avez le même sentiment. Tout d'un coup un moment passe et peut être qu'il semble être normal, quelqu'un a dit quelque chose sur le brassard, mais ensuite c'est comme 'pouf'. Cela me paraît plus vrai dans la vie que des drames dans les films, qui est tellement focalisé. Donc, c'était cool'.

Elle continue à avancer à propos de son style de direction et son manque notoire d'engagement/de louange.

'Je sais! C'est si simple. C'est étrange. Je suis tout à fait coupable de cela, parce que c'est la façon dont les réalisateurs traitent généralement les acteurs. C'est simplement quelque chose dont vous avez pris l'habitude. Mais, récemment, travailler avec Olivier Assayas, c'est … Ughhhh ! Je déteste ce putain de paramètre par défaut d'avoir besoin besoin d'assurance, parce que c'est une distraction. Cela ne me choque plus du tout.

Si Woody était venu et avait dit, 'C'était génial, mais je suis endormi au cours de cette prise', alors, je me serais dit, 'Ok, plus vite, j'ai saisi', vous voyez ? Ce n'est pas personnel, il n'est pas, l'idée qu'il doit en quelque sorte protéger votre petit ego précieux pour obtenir la bonne performance n'est pas quelque chose pour laquelle il gaspille son temps. Mais, à cause de cela, il dit les choses qui sont tellement brutales et tellement simples, puisque vous vous placez là-dedans en tant qu'acteur en premier lieu, la plupart des gens sont sensibles. J'ai certainement parlé à chaque acteur qui est venu avec un petit rôle et ils ont tous dit la même chose. 'Est-ce qu'il vous a dit quelque chose ?'. Je dis, 'Mec, si cela avance rapidement et qu'il ne vous dit rien, c'est ce que cela va vraiment bien''.

A propos de sa préparation pour certains personnages et certains rôles.

'Honnêtement, je pense que pour être un bon acteur, ce n'est pas une compétence. Vous n'aimez pas apprendre à aimer, ce n'est pas une compétence. Si vous avez une bonne imagination et que vous l'investissez dans quelque chose que vous aimez, tout le monde peut en quelque sorte faire semblant et ensuite en tirer des enseignements et d'autres trucs. Ouais, donc je n'ai pas de processus particulier, cela a totalement changé avec chaque film. Pour celui-ci, je devais en quelque sorte sortir en quelques sortes sortir à nouveau de mes acquis et de trouver les siens. Là encore, ce sont toujours les miens, et ils seraient les miens si j'étais là, vous voyez ce que je veux dire ? Donc, je n'ai vraiment aucun moyen à répondre à cela parce que pour chaque film, je sors et je trouve mon chemin'.

En finissant avec quelques mots sur son premier film imminent et son projet rêvé.

'Ouais ! Je le veux tellement et je ne suis pas seule dans ce domaine, mais j'aime tellement A L'Est D'Eden. Comment faire cela ? C'est une question difficile et je pense également que Ron Howard a cela, donc c'est génial. Je dirige un court métrage que j'ai écrit en trois semaines ! Je l'ai écrit il y a genre trois ans et j'y ai toujours pensé et je n'ai cessé de prendre une seconde et ensuite j'ai réalisé que je n'allais jamais cessé de le faire à moins que j'arrête de prendre des rôles. Donc, j'ai fait cela et je suis comme exaltée. Je ne peux pas croire que suis ici maintenant !'.


Source: AwardsCircuit

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...