dimanche 31 juillet 2016

Equals : Interview de Kristen, Nicholas Hoult & Drake Doremus avec Yahoo Movies

A l'occasion de la press junket américaine d'Equals à Los Angeles, Kristen, Nicholas Hoult et Drake Doremus évoquent les émotions, les scènes torrides, les films de science fiction et le tournage en Asie dans une interview avec Yahoo Movies.




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Equals : Kristen Stewart, Nicholas Hoult et Drake Doremus sur les influences de la science fiction et le tournage des scènes torrides

Vous n'avez qu'à jeter un coup d’œil sur les titres récents pour voir que les émotions sont capitales en Amérique en ce moment. Cela rend fait du drame de science fiction Equals une parabole futuriste particulièrement opportune. Se déroulant dans une société dans laquelle les émotions humaines ont été éliminées par la force de notre constitution génétique, le film suit deux citoyens de cette dystopie brillante – Silas (Nicholas Hoult) et Nia (Kristen Stewart) – qui succombent à cette maladie débilitante connue sous le nom de 'tomber amoureux'. Il s'agit d'une romance remplie de stars dans la tradition de Roméo et Juliette et Like Crazy, le film de 2011 du réalisateur d'Equals Drake Doremus.

Ce long métrage vainqueur à Sundance mettait en vedette le regretté Anton Yelchin et Felicity Jones comme un couple qui se cramponnent à une histoire d'amour d'été beaucoup plus longue que ce qui est sain pour l'un d'eux. De même, Silas et Nia ne savent pas comment se quitter, même si leurs sentiments font d'eux des parias dans leur société.

'Voilà ce qui me passionne', a déclaré Doremus à Yahoo Movies. 'L'idée est que vous connaissiez seulement quelqu'un qui est votre âme sœur lorsque vous ne pouvez pas vous débarrasser d'eux, même lorsque vous essayez'. Dans des conversations séparées, nous avons discuté avec Doremus et les stars d'Equals Stewart et Hoult à propos de l'expérience de la création d'un avenir dominé par la logique, plutôt que des émotions.

Les avantages et les inconvénients de vivre dans un monde sans émotions

Drake Doremus : Je suis une personne tellement émotive que je ne peux pas imaginer être dans ce monde. Mais, je pense qu'il est fascinant de retirer la chose qui nous rend le plus humain, qui est la capacité d'aimer. Et ensuite, c'est vraiment fascinant de penser, devons-nous trouver un moyen de revenir à cela ? Est-ce plus productif pour une société de se concentrer sur l'exploration et la curiosité, sans les choses qui nous retiennent ? Et la réponse est non, pas vraiment. La vie est un désordre et les relations sont en désordre. Cela n'est pas parfait et accepter cela est vraiment important.

Kristen Stewart : Il s'agit d'une question hypothétique qui est bon pour l'amour de la conversation et bon pour ce film, mais je ne pense pas vraiment que vous puissiez avoir ce genre de monde. Nous voulons simplement être des masses charnues de gens indifférents qui ne sont jamais sortis du lit ; nous n'aurions aucune réponse humaine à quoi que ce soit. Il n'y aurait aucune curiosité intellectuelle ou le désir de progression. Je ne sais même pas comment être en vie sans cela.

Nicholas Hoult : Cela serait une société plus facile dans laquelle vivre et il y aurait beaucoup plus de paix sans les choses terribles qui font que les gens ressentent des choses tellement profondément. Mais vous ne pouvez pas avoir le bon sans avoir le mauvais.

Les influences de science fiction spécifiques sur le film

Drake Doremus : Aveux complet – je n'ai jamais vu THX-1138 et je n'ai jamais lu 1984. Mais j'ai vu et adoré Fahrenheit 451 de François Truffaut. Ce film a été fait dans les années 60, mais cela donne le sentiment qu'il aurait pu être fait aujourd'hui, parce qu'il n'y a rien qui se rattache à cette ère. Blade Runner est également une influence du point de vue de sa musique éthérée et ses visuels. C'est une sorte de poème symphonique. Avec Equals, je dis toujours au public avant le film de mettre son cerveau en veilleuse et de brancher son cœur. Il ne s'agit pas d'un film de réflexion, c'est un film de sentiment.
Le tournage des scènes intimes du film, y compris une rencontre torride dans une cabine de douche

Nicholas Hoult : Drake vous donne un espace et un environnement dans lequel vous vous en sentez en sécurité pour explorer et faire votre truc. Mais dans ce contexte, il est très encourageant et il se soucie vraiment. C'était étrange de passer de 0 à 100 dans un sens, en passant de scènes où vous ne pouvez pas ressentir quoi que ce soit et des scènes où vous rencontrez des choses où vous expérimentez des choses pour la première fois.

Kristen Stewart : Ces gens savent comment marcher et parler et ils ont des emplois. Donc, ce ne sont pas des nourrissons. Pourtant, ils sont émotionnellement et sexuellement [rabougris]. Si vous mettez simplement deux personnes qui sont nées à l'âge adulte l'une en face de l'autre, qui feraient-ils – surtout s'ils sont attirés l'un à l'autre ? Ils ne savent pas comment embrasser ou classiquement procréer, mais ils restent humains. C'est une hypothèse bizarre, mais je peux l'imaginer.

Drake Doremus : Kristen et Nic se sont jetés pleinement dans le film. C'était étonnant de côtoyer cette énergie. Ils sont tellement différents ; Nic est un peu timide et Kristen est très intense et passionné. Ils ont fait ressortir des choses chez l'autre dont je ne pense que d'autres personnes auraient fait. Vous ne voulez pas trop les diriger. Sur le tournage, je ne disais pas grand chose, pour être honnête. J'ai simplement essayé de laisser la caméra tourner et de les laisser explorer la dynamique qui existe et de faire ressortir les choses se faire plus que quoi que ce soit.

Le tournage sur place en Asie

Drake Doremus : Nous avons tourné en dans tout le Japon, à Tokyo, Kobe et Osaka mais aussi à Singapour – tous ces endroits incroyablement beaux. La plupart des endroits étaient des musées ou des universités ou des instituts. Je voulais que tout soit pratique ; je ne voulais pas un film sur écran vert. Il fallait que cela donne l'impression qu'il s'agit d'une version tangible de 10 ans à partir de maintenant. 2016 à Los Angeles et 2016 au Japon sont tellement différents ; lorsque j'étais là-bas, on disait, 'Je ne sais même pas dans quel siècle je suis!'. C'était un monde différent et un monde meilleur dans un certain sens.

Nicholas Hoult : L'architecture et l'apparence de [ces endroits] font vraiment partie de ce monde. Vous remarquez à quel point ils sont minces et précis mais également à quel point tout contact ou personnalité est vide.


Source: Yahoo
Via: TeamKristenSite

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...