jeudi 22 septembre 2016

Kristen en couverture du magazine italien D - La Repubblica

Kristen fait la couverture du magazine italien D - La Repubblica pour l'édition de septembre 2016. Elle revient sur Café Society de Woody Allen et Personal Shopper d'Olivier Assayas, sa carrière, la célébrité, Hollywood ou encore la célébrité.







Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

À la lumière de Kristen

Prenez la jeune femme sur notre couverture, Kristen Stewart. À 26 ans, elle est l'une des actrices les plus célèbres et les plus riches de la planète : selon Forbes, pour la seule franchise cinématographique de Twilight, elle a gagné 35 millions de dollars. Capable de ne pas être prise au piège par le succès de ce rôle et le personnage de Bella Swan, Kristen Stewart est de retour cette année avec différents films : j'en cite un seul, Café Society de Woody Allen. Aujourd'hui une jeune femme, avec Cristiana Allievi, qui l'a interviewée, elle a surtout parlé des sentiments communs et partagés, tels que l'anxiété et la panique. Lorsque 'l'esprit vous fout un peu la paix'. La douleur d'un amour qui s'achève, l'effort – souvent inutile – de prendre le contrôle sur tout ('Je pense et ressasse tout le temps'). Cela a révélé une faiblesse imprévue, comme lorsqu'elle nous a dit, 'Je préfère envoyer un texto plutôt que parler au téléphone, à moins que vous n'ayez pas besoin de parler'. Lisez cette interview dense à propos de la normalité de l'agitation, la manière dont la star s'exprime aujourd'hui, plutôt que le glamour d'Hollywood ('Les stars de cinéma ne rayonnent plus de lumière'), les angoisses d'une génération.

Une nouvelle Stewart

Elle a fait la paix avec elle-même et avec les fantômes du passé. Grâce également à Woody Allen, elle a surmonté la névrose et fait son chemin vers l'ouverture avec amour pour une femme et trois films d'auteur.

Par Cristiana Allievi
Photos d'Olivia Malone

Un short, des bottines et un tee shirt blanc, Kristen Stewart est assise sur un canapé en soie d'un hôtel de luxe dans le sud de la France. 'Si je porte les bons vêtements, je me sens prête à affronter le monde. Je dois remercier ma styliste, qui travaille pour moi pendant de nombreuses années et sait exactement qui je suis'. En fait, sa styliste est spéciale. Pas tellement parce que sa cliente est l'une des actrices les plus convoitées.

À Hollywood, mais parce qu'elle est l'une des rares dépositaires d'une arcane : la personnalité de cette jeune actrice, connue pour avoir construit une carrière sur le mystère. Et sur le fait d'être terriblement 'cool'. Mais pour comprendre Kristen Stewart, nous devons commencer de loin, depuis le début. Surtout rappelez-vous qu'elle a 26 ans, détail facile à oublier si vous ne regardez que son CV.

Elle a grandi à Los Angeles avec sa mère, scénariste, et son père, producteur adjoint.

Elle passe sa première audition à l'âge de 9 ans. 'J'ai commencé à jouer la comédie pour faire partie d'une équipe, mais ensuite, à force d'auditions, je me suis éloignée de tout ce qui était vaguement lié au commercial'. Un rôle excentrique en amenant un autre, tous dans le monde du cinéma indépendant, l'ont conduite au succès immense avec la Saga Twilight ,basé sur 'l'histoire d'amour paranormale' de Stephenie Meyer. 'On ne pensait pas que ce serait beaucoup plus qu'un film, je savais seulement que Catherine Hardwicke allait le réaliser et j'ai aimé l'idée. Ensuite tout s'est transformé en quelque chose de complètement différent', dit Stewart.

À 18 ans et dans le rôle de Bella Swan, mais aussi en tombant amoureuse de son partenaire vampire dans le film (Robert Pattinson), elle devient l'actrice la plus populaire et la plus riche de la planète, selon Forbes, elle aurait gagné 7 millions de dollars pour chacun des cinq épisodes. Il y a des années, lorsque nous l'avons rencontré au sommet du succès, elle parlait en bougeant constamment ses jambes, comme si elle voulait partir le plus tôt possible. Aujourd'hui, elle communique avec un rythme plus rapide, frottant nerveusement le pouce et le majeur de sa main droite, mais – quand bien même – elle n'est jamais désagréable. 'C'est simplement que je me crispe pendant les interviews', admet t-elle.

Mais elle ne manque pas de force intérieure, si vous pensez que tout le monde ou presque tout le monde à sa place aurait été pris au piège dans un stéréotype en tant qu'adolescent. Au lieu de cela, elle a, après le succès écrasant, conquis l'industrie du cinéma sans manquer une prise, grâce à des films comme Still Alice par Richard Glatzer et Wash Westmoreland et Clouds Of Sils Maria par Olivier Assayas.

'Nous avons tous beaucoup de personnalités, je ne fais pas exception. Mais je n'aime pas parler de moi, parce que tout ce que je dis est toujours mal compris. Je préfère de loin me révélant en tant qu'actrice, en montrant les aspects dont je ne suis pas encore pleinement consciente. Je trouve que c'est la meilleure expérience'.

2016 a avec certitude conduit à de nombreuses versions de Kristen au cinéma : l'année a commencé au Festival de Sundance avec Certain Women par Kelly Reichardt dans lequel elle apparaît dans le rôle d'un professeur dans une école avec des cours du soir qui commence une relance douce amère avec une étudiante. La clameur a continué à Cannes avec deux films, Café Society de Woody Allen (sur les écrans italiens le 29 septembre) et Personal Shopper par Assayas. Dans le premier, elle est une secrétaire des années 30 qui vous fait penser à Audrey Hepburn, dans le second, elle est une fille choquée par la perte de son frère jumeau et reste piégée dans une histoire de fantômes. Et de plus, dans les cinémas américains cet été, elle était la star d'Equals de Drake Doremus, l'histoire d'amour se déroulant dans un futur dystopique, présenté à Venise l'année dernière. Cet automne, elle sera de retour avec Billy Lynn's Long Halftime Walk (basé sur le roman de Ben Fountain) et dans lequel elle joue la sœur d'un héros de la guerre en Irak tourmenté (il sera diffusé en salles en février 2017 en Italie).

Par coïncidence, pour la pousser au-delà de sa 'zone de confort', il y a également Woody Allen, qui, avec son côté visionnaire, l'a placé côte à côté (pour la troisième fois) avec l'excellent Jesse Eisenberg, les faisant danser à l'écran dans Café Society. 'Mon personnage dans le film, Vonnie, ne pouvait pas être plus éloignée de moi. Je ne peux pas comprendre facilement la légèreté et la spontanéité : elle respire la vie, alors que je pense et ressasse tout le temps. J'ai auditionné pour le rôle parce qu'Allen pensait que je convenais, mais il n'avait pas vu avec quel intensité j'étais capable [de le faire]. J'ai dû me jeter dedans et lui montrer'.

Il y a un aspect, cependant, partagé par Stewart et Vonnie, et c'est l'attitude envers le monde des célébrités. 'A Los Angeles, je vis, et la version pittoresque, haute et claire que Woody Allen a donné d'Hollywood dans son film n'existe plus. Ce qui reste aujourd'hui est une secte de quelques personnes considérés comme des étoiles brillantes, qui, en réalité, ne rayonnent plus de lumière, alors qu'ils sont tenus par le public. Des prisonniers de l'idéalisation. J'ai toujours souffert de cette possessivité des fans, il s'agit d'une sorte de responsabilité d'avoir à plaire aux autres. Mais si, dès le début vous vous présentez au public comme une coquille vide, quelqu'un qui en fait n'existe pas, avec le temps, l'image ne fera qu'empirer jusqu'à ce que cela se désintègre'.

Peut être à cause de ce vide avec lequel elle a dû faire face, Stewart admet avoir combattu longtemps avec le stress. 'Je connais l'anxiété et les attaques de panique, j'en ai souffert pendant un long moment. J'essayais de tout contrôler. Les choses se sont améliorées, aujourd'hui je sais que je peux parfois me sentir incapable de voir le bon côté de la vie, ce sont seulement les émotions. La négativité temporaire'.

Stewart a trois chiens, Bear, Bernie et Cole, qui l'a font se sentir en sécurité, utilise Instagram (pas les autres médias sociaux) et aime cuisiner. 'J'aime vraiment l'idée du lunch du dimanche et me mettre en cuisine est bon pour moi. Il y a peu de temps, j'ai arrêté de manger de la viande et je n'utilise plus de produits animaliers, je suis excellente pour faire des spaghettis et je suis très forte avec le sèche linge, j'utilise des pommes coupées en dés, du céleri et des carottes, je les combine avec de l'huile d'arachide et de la noix de coco … C'est délicieux !'.

Elle dit qu'elle n'a pas un grand sens du rythme, mais qu'elle adore jouer de la guitare. Elle est amie avec Patti Smith. 'Le message qu'elle m'a toujours délivré est, 'Retourne bosser et trouve ce qui te fait avancer. Cela te fera te concentrer'. Et puis, elle écrit fréquemment, peut être de l'amour désespéré et recueille la provocation de Woody Allen qui dont parle un personnage dans le film. 'L'amour non partagé tue plus que la tuberculose … Mais malgré cela, chercher les bons mots pour exprimer un sentiment, un sentiment triste ou heureux, le rend réel, cela sort de votre esprit, de manière à ce que vous puissiez enfin le reconnaître'.

Quelle stratégie adoptez-vous pour alléger les souffrances qui suivent la fin d'un amour ? 'A l'époque, sauter sur un nouveau partenaire semblait toujours une bonne idée', dit-elle et sa voix devient plus profonde, pour la première fois plus calme. 'Mais laisser de la place pour faire le deuil est de loin le meilleur remède'.

'Ce que je réalise aujourd'hui est que je suis souvent distraite. Mais maintenant, je garde plus l'attention'.

Alors que nous parlons, elle écrit un grand nombre de textos : c'est sa forme de communication préférée. Le réalisateur Assayas doit l'avoir remarqué, puisque dans Personal Shopper, il a dirigé la caméra sur ses mains frénétiques pour une séquence très longue. 'Ceux [que l'on voit] dans le film sont mes doigts, qui souvent tremblaient à cause de la rapidité avec laquelle je l'ai écrit … Il n'y a même pas un effet spécial, j'en suis fière. 'Je préfère envoyer un texto plutôt que parler au téléphone, à moins que cela ne soit nécessaire de parler'. Un nouvel amour et une nouvelle prise de conscience ont-il balayé toutes les ombres de Kristen ? 'Après une perte, c'est effrayant d'être en face de l'inconnu. Nous ne savons pas ce qui se passera quand nous mourrons, dans quel état nous serons … Lorsque vous mettez votre tête sur l'oreiller avant d'aller dormir et que vous vous demandez, 'Qu'est-ce qu'il va se passer ?' ou 'Est-ce que tout est sous contrôle ?', vous pouvez ressentir une anxiété qui devient physique. Je le sais, je sais lorsque l'esprit ne vous fout pas la paix et que cela vous accable. Mais j'ai appris à ne pas me laisser atteindre. Et à ne pas tomber dans ce trou'.


Source: @KStewITA
Traduction VO: KStewartItaly

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...