mardi 18 octobre 2016

Certain Women : Portraits & interview de Kristen & Laura Dern lors du NYFF 2016 pour ELLE USA

A l'occasion de la press junket de Certain Women lors du Festival du Film de New York [NYFF 2016], Kristen et Laura Dern ont posé pour une série de portraits pour le magazine ELLE USA shootés par le photographe James Ryang.




Traduction faite parle staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Kristen Stewart et Laura Dern se foutent d'un art

Passons un peu de temps avec les stars de Certain Women.

'J'adore foutrement ta part dans le film, par ailleurs', dit Kristen Stewart, avec un carré aux épaules fraîchement blond platine, à Laura Dern, sa partenaire dans Certain Women. Même si les deux actrices apparaissant dans le film au sujet de tranches de vie exquis de Kelly Reichardt, elles ne partagent aucune scène. C'est la raison pour laquelle elles ont simplement maintenant – durant leur tournée promotionnelle new yorkaise, avec moi dans le rôle dans la cinquième roue du carrosse – l'opportunité d'échanger des éloges fougueuses. 'Oh mon dieu', répond Dern, de nature empathique. 'J'adore la tienne'.

Rien n'est faux. Basé sur une suite d'histoires courtes par Maile Meloy, Certain Women est un triptyque, regardant à travers les coutures de trois personnages alors qu'ils tentent de rester à flot sur fond de montagnes pâles dans le Montana. Beth (dont la vie fatiguée est portée à l'écran par Stewart) est une diplômée en droit récente qui décroche accidentellement un travail de merde. Ensuite, il y a Laura (jouée par Dern), une avocate qui se fait attraper dans la quête désespérée d'un client pour obtenir justice. Laura a une liaison avec Ryan (James Le Gros), dont la femme fragile, Gina (Michelle Williams), est profondément investie dans la sécurisation de certaines pierres de grès appartenant à un vieil homme hésitant pour la maison qu'ils construisent.

Les trois femmes sont reliées seulement dans la façon la plus tangentielle qui soit, ce qui reflète simplement le minimum avec lequel nous pouvons parfois saisir les contours de la vie des autres. D'où tout le truc de naviguer dans la nuit sombre pour Dern et Stewart. Mais tandis que les trois histoires sont totalement distinctes, il y a une parenté émotionnelle entre le trio. 'La ligne traversante est qu'il y a quelques femmes qui se tiennent contres des objets fixes qu'elles ne semblent pas pouvoir déloger', explique Stewart. 'Et c'est en quelque sorte fatigant de les regarder toutes les trois aller contre cela'.

En parlant de déloger des obstacles, les performances électriques de Stewart dans Certain Women et le prochain Personal Shopper – pour ne pas mentionner les films acclamés comme Clouds Of Sils Maria et Still Alice – sont louées à gauche et à droite et l'ancienne star de Twilight est actuellement confrontée à la 'réalisation' chez certaines critiques qu'elle peut réellement agir. ('Félicitations !', lance Dern). 'La chose c'est que j'ai travaillé si dur sur tous les bons et mauvais films que j'ai fait', dit Stewart avec passion. 'Et vous pouvez regarder quelque chose et dire que ce n'est pas votre truc, mais personne peut dire que je n'ai pas … Genre j'ai simplement végété depuis que j'ai dix ans'.

Puisque les deux sont des vétérans dans le métier, que pensent-elles du projet du loi récemment adopté en Californie exigeant que les sites de divertissement comme IMDb suppriment l'âge des acteurs s'ils en font la demande ? 'Dieu merci, c'est fantastique', dit Dern. 'En tant qu'enfant de parents acteurs, je vais simplement vous dire, l'âge de ma mère a été mal imprimé pendant de nombreuses années, donc elle a toujours eu douze ans de plus sur le papier que son âge actuel'. Attendez, quoi ? Même si la légendaire Diane Ladd ne peut pas échapper à la tyrannie de l'âgisme d'Hollywood, quel espoir quelqu'un d'autre peut avoir ? 'Pendant des années, les gens ont dit, 'Oh je ne savais pas'', explique Dern. 'Et tout à coup, la façon dont ils castent la personne est … C'est simplement navrant'.

Après sa révélation, Dern retourne la question à Stewart, dont l'expérience est un peu différente. 'Je vais parce que je m'en fous … Réellement. Ce n'est pas comme si je me fous de ce que les gens pensent – je me soucie énormément de ce que les gens pensent', dit Stewart. 'Mais certaines personnes pensent que je ressemble à de la merde et c'est très bien'.

L'équanimité est, paraît-il, une exigence de base pour ne pas se perdre parmi la mêlée désordonnée mais encore exigeante d'Hollywood. À quel moment les deux actrices ont décidé qu'elles s'en foutaient complètement ? 'Je suis tellement reconnaissante d'être dans la quarantaine', dit Dern. 'Parce que c'est le moment où, peu importe ce que vos amis ou votre famille ou les réseaux sociaux – mais plus important encore les voix profondes de l'intérieur – disent, vous vous en foutez totalement et c'est génial'. Mis à part ses enfants, bien sûr. 'Lorsque vous devenez parent, vous vous souciez vraiment que vous soyez droit et vous ne vous souciez de rien d'autre'.

Stewart hésite avant de répondre à la question ; il se trouve que ce sont des connotations compliquées pour elle. Dans son silence, Dern offre, 'On ne se connaît pas l'une l'autre, mais ma perception te concernant … L'énergie que tu y mets c'est la personne que tu es et c'est une belle chose'. En réponse, Stewart dit, 'C'est vraiment bon d'entendre cela de ta part'. Mais elle veut clarifier quelque chose. 'Je n'aime pas l'idée que les gens pensent que je m'en fous'. En fait, elle se soucie énormément. 'Putain, personne ne comprend ou n'aime plus ce qu'il fait que moi', dit-elle. 'Donc cela fait en quelque sorte vraiment mal. Ce dont je me fous totalement, ce sont les trucs qui n'ont pas d'importance. Ne cherchez pas le mal, vous voyez ce que je veux dire ? Ne cherchez pas la merde là-dedans'.

Une autre chose à propos de laquelle Stewart ne se soucie pas est la représentation des relations de même sexe à l'écran. Son personnage dans Certain Women, Beth, inspire involontairement un désir intense chez l'une de ses élèves, Jamie (la nouvelle venue Lily Gladstone, dans un coup de cœur qui vous broie le cœur). 'Je pense [qu'il y a] tellement d'histoires d'amour modernes qui n'ont pas été racontées et je pense que c'est tellement excitant', dit-elle. 'Nous sommes tellement standardisés en ce qui concerne la façon dont nous voyons des gens s'aimant les uns les autres à l'écran … Maintenant, nous reconnaissons en quelque sorte que nous ne sommes pas tous semblables, que les choses sont compliquées et individuelles et uniques et fluides'.

Reconnaître l'importance cruciale de individualité est, en fin de compte, ce qui a attiré les deux actrices vers Certain Women, et travailler avec Reichardt, que Dern qualifie de 'réalisatrice incroyable'. 'Souvent on demande aux actrices d'être émotionnelles ou sévères ou sexualisées', dit Dern. 'Ou peut importe ce genre d'idée que l'on a de la femme'. Notre temps est presque écoulé, mais Stewart acquiesce également. 'On nous demande de simplement être et c'est rare que les femmes puissent faire cela'.




Source: ELLE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...