jeudi 23 février 2017

Certain Women : Interview de Kelly Reichardt avec The Playlist [NYFF 2016]

A l'occasion de la press junket de Certain Women lors du Festival du Film de New York [NYFF 2016], Kelly Reichardt parle du projet, de ses actrices, du tournage et de son métier avec The Playlist. 




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Kelly Reichardt est l’une des meilleurs cinéastes américaines d’aujourd’hui, et son dernier film, Certain Women est son aventure sur la route américaine. Un regard sur son CV, incluant Rive Of Grass, Old Joy, Wendy and Lucy, Meek’s Cutoff, Night Moves et maintenant Certain Women, est on peut voir un auteur allergique aux formulations et qui ne sacrifie jamais sa vision inflexible pour la popularité classique.

Certain Women est composé de trois courtes histoires au centre de son intrigue. Toutes les trois sont adaptées des écrits de Maile Meloy à propos de la solitude et l’isolement des femmes du 21ème siècle. Avec en vedettes Laura Dern, Michelle Williams, Kristen Stewart et Lily Gladstone dans une performance de carrière (et la meilleure du film), cela pourrait être le meilleur film de Reichardt jusqu’ici. Ce n’est pas seulement un testament profond sur le désir des femmes du 21ème siècle, mais un portrait délicatement nuancé d’une société américaine pourrie jusqu’en son cœur.

Reichardt tisse ensemble trois histoires à propos de quatre femmes différentes : Dern est une avocate vivant une mauvaise passe ; Williams est une opportuniste agressive ; Stewart est une enseignante de cours de nuit motivée mais confuse ; et Gladstone est une propriétaire d’un ranch travaillant dur et qui est confuse à propos de sa propre identité. C’est une vision romantique mais pessimiste de l’Amérique de l’ouest.

Journaliste : Tout d’abord, félicitations pour ce film. Je crois que c’est votre meilleur travail jusqu’à maintenant.
Kelly Reichard : Merci, c’est vraiment sympa de l’entre dire.

Journaliste : Commençons par le commencement : comment avez-vous eu ce tte superbe distribution ?
Kelly Reichardt : J’ai toujours voulu travailler avec ces acteurs. J’ai toujours voulu travailler avec Laura Dern. Je l’ai simplement adoré dans la série HBO Enlightened de Mike White ; je suis une grande de cette série et j’ai toujours souhaité en quelque sorte avoir pu réaliser un épisode. Donc c’était génial que cela fonctionne avec Laura. En ce qui concerne Kristen, elle était attachée au projet depuis longtemps. Elle a joué dans le film de mon ami, Still Alice et tout est venu de là.

Journaliste : Kristen est un nom plutôt énorme pour un film de Kelly Reichardt.
Kelly Reichardt : Au début, je m’inquiétais qu’elle soit un trop grand nom pour l’histoire que j’essayais de raconter, mais elle a joué 'petit' de façon magnifique et a vraiment laissé l’histoire être celle de Lily [Gladstone].

Journaliste : Et ensuite il y a Michelle.
Kelly Reichardt : Michelle, eh bien, c’est Michelle. Je n’ai pas travaillé avec elle sur mon dernier film [Night Moves ], donc je voulais vraiment travailler avec elle et la revoir. On ne se voit pas vraiment en dehors des tournages, mais quand vous faites autant de film avec quelqu’un, cela devient organique et beau. Je l’ai appelé et lui ai dit, 'Tu veux faire ce film ?', » et elle m’a répondu, 'Oui' tout de suite, mais elle ne savait pas que je voulais tourner ce film dans l’immédiat. Elle se préparait à tourner le film de Kenneth Lonergan [Manchester By The Sea] à ce moment-là, mais elle a su trouver le moyen de faire partie de Certain Women.

Journaliste : Qui a-t-il à propos de la matrice source qui vous a décidé que ce serait votre prochain projet ?
Kelly Reichardt : Je suis tombée amoureuse de la voix de Maile Meloy et des histoires qu’elle raconte. Elles étaient tellement visuelles et tellement bien décrites. Je suis vraiment attirée par les histoires qui ont beaucoup d’extérieurs et qui ont des personnages qui sont fondu dans leurs environnements. Je ne savais pas vraiment quelles histoires choisir, elles étaient toutes géniales. C’était tout un processus pour en trouver deux qui prennent forme et fonctionnent ensemble ; il y a eu beaucoup de tri et d’erreur, avec l’intention de trouver un thème récurent et des détails aux histoires que nous allions raconter. Je voulais aussi m’échapper de ma zone de confort et m’éloigner de l’Oregon. Je voulais de nouveaux paysages, c’est pour cela que le Montana était un très bon choix.

Journaliste : Étiez-vous déjà allé dans le Montana auparavant ? C’est un composant essentiel du fil.
Kelly Reichardt : Je vais dans le Montana plusieurs fois par an, mais j’ai quand même dû faire beaucoup de reconnaissance et rencontrer pleins de gens dans le processus. Je suis devenue fascinée par la manière dont ils vivent, leurs travails, toutes ces dynamiques ont joué un rôle. Ensuite nous avons trouvé le ranch dans lequel une partie du film serait tourné, puis Livingston est entré en jeu. Livingston a en fait une histoire riche dans l’industrie du film. C’est là que vivait Sam Peckinpah ; Warren Oates y a aussi habité ; Richard Brautigan, Tom McGuane. Il y a donc une riche histoire là-bas.

Journaliste : Comment était le premier assemblage du film ?
Kelly Reichardt : Vous savez, je ne sais pas vraiment. Ce n’est pas vraiment mon style de penser comme ça. Il durait peut être trois heures [Rires]. C’est un ratio de tournage assez petit. Je suis sûr que j’en ai supprimé beaucoup, mais ce n’est une énorme différence car je ne tourne pas beaucoup de film. Je veux dire, si vous coupez votre propre film, vous avez besoin d’yeux extérieurs et cela vous influence à la fin, donc j’ai fait voir le film aux personnes en qui j’avais confiance. Et puis nous avions Todd Haynes (producteur exécutif) sur le tournage, ça m’a beaucoup aidé, mais vraiment, quand tout a été dit et fait, j’ai fait le film que j’avais prévu de faire.

Journaliste : Ce film est vraiment un 'road movie'. D’où vient votre fascination pour la route et la nature ?
Kelly Reichardt : Eh bien, je viens de Floride, et nous étions une famille qui été souvent sur la route. Nous allons souvent campé un peu partout aux travers les États-Unis. Certaines nuits nous garions notre caravane sur la route et nous dormions là. C’est illégal maintenant, mais à cette époque-là ça ne l’était pas [Rires]. Certains de ces voyages duraient quelques mois. J’ai aussi fait beaucoup de covoiturage quand j’étais plus jeune. Chaque été, je fais ça pendant trois mois. J’avais beaucoup d’amis musiciens qui faisaient des tournées, donc je prenais par à tout ça et traîner avec eux. Je voyage toujours beaucoup sur la route avec mon chien.

Journaliste : Le même chien que dans Wendy Et Lucy ?
Kelly Reichardt : Oui, il est l’une des raisons pour laquelle je décide de faire ces road trips, parce que je ne suis pas fan de voyager avec lui en avion. Je ne veux pas lui faire vivre ce calvaire. J’ai fait beaucoup de road trips New-York – Côte Ouest. Ce sentier m’a emmené vers l’Oregon.

Travaillez-vous sur un nouveau projet actuellement ?
Kelly Reichardt : J’ai passé l’été à travailler sur un script avec un ami écrivain de l’Oregon Patrick deWitt, and il est possible que nous tournions ce film hors des Etats Unis.


Source: ThePlaylist

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...