mardi 23 mai 2017

Come Swim : Interview de Kristen avec Repubblica [Cannes 2017]

A l'occasion de la press junket de Come Swim lors du Festival du Film de Cannes 2017, Kristen évoque la naissance de son premier court métrage, l'intrigue du film, son expérience de réalisatrice et ses futurs projets Underwater et JT Leroy dans une interview avec Repubblica.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Journaliste : Kristen, le thème de l'existence du mouvement océanique est un rappel de sa propre vie ?
Kristen Stewart : C'est ce que nous ressentons tous lorsque nous nous séparons des autres, mais je n'avais pas peur d'affronter la question de la séparation et de l'aliénation, même de mes propres séparations … Je voulais traduire un processus intérieur en images.

Journaliste : Qui est le protagoniste ?
Kristen Stewart : L'éveil, je dirais, la vie intérieure ne reflète pas l'interaction quotidienne, ce que vous ne pouvez pas communiquer et c'est une chose normale, et un jour, vous avez le sentiment d'être tellement saturé qu'il semble que vous essayez de marcher sous l'eau ; vous pouvez respirer, mais quelques pas plus loin et respirer et nous sommes tous les mêmes. Et vous vous dites, mais je suis certain que je suis capable de vivre parmi vous.

Journaliste : Qu'avez-vous voulu faire passer comme message avec Come Swim ?
Kristen Stewart : Ma volonté d'expansion, j'ai été focalisée sur l'image d'un homme exclu et isolé qui célèbre son isolement et dort sur le fond de l'océan. Il y a des ordures au fond de l'océan, j'ai vu des images de toute cette merde qui me retourne l'estomac. Je me souviens de l'image d'une chaise là-bas et j'ai mis mon court métrage sur un matelas, et oui, il y a également l'écologie.
Nous sommes tous sujets à nous plonger dans l'eau de tous les côtés – ajoute t-elle – nous devons survivre et pourtant il est plus fort que nous. L'idée derrière le film est que la seule façon de se lever est de capituler devant quelque chose que vous ne pouvez pas gagner. Je suis une maniaque du contrôle et personnellement je déteste l'eau, je n'aime pas la plage, je suis claustrophobe, donc, pour moi, cela a du sens pour quelqu'un qui a perdu la capacité d'être normal, en tant que protagoniste de mon film. Être immergé dans un état épique de soumission, s'il y a combat.

Journaliste : Pourquoi cela paraît 'difficile' ?
Kristen Stewart : Parce qu'à l'intérieur, j'ai le sentiment d'être délicate, très féminine et je voulais jouer avec les contrastes.
Essayer de paraître plus forte et plus agressive a ouvert mon esprit, mais je veux également dire que mon prochain projet, JT Leroy, est à propos d'un jeune homme qui prétend être un écrivain transgenre appelé JT Leroy, ce qui demande de porter diverses perruques, alors cela vaut la peine de repartir presque à zéro et de m'oxygéner.

Journaliste : Entre temps, vous faites un thriller intitulé Underwater. Une coïncidence ?
Kristen Stewart : Underwater, oui c'est vrai, mais c'est sûrement une coïncidence. Nous tournons dans un ordre chronologique et c'est un film qui me retourne, car je dois tourner des scènes sous l'eau, couverte de boue et de poids pesant 25 kilos, je suis détruite … C'est l'histoire d'un laboratoire de recherches sous marin menacé par un tremblement de terre. C'est un film totalement basé sur l'action, très masculin, mais c'est là que j'ai découvert le côté féminin du personnage en moi.

Journaliste : Ensuite, qu'est-ce que vous allez faire ?
Kristen Stewart : J'écris et je cherche un film à faire en tant que réalisatrice, mais cela n'est pas facile. J'ai aimé l'expérience du court métrage car il n'y a pas de forme, vous ne devez pas divertir de manière standard, ce qui vous permet d'incorporer l'histoire visuelle pour l'esprit ésotérique et l'émotion. Si vous avez une heure et demi ou plus de temps, vous devez commencer par un début, puis une évolution et une fin et la longueur de la structure narrative est courte : cela n'est pas le cas du court métrage. Avec un clip musical, vous pouvez faire et expérimenter n'importe quoi, mais j'explore l'idée de rallonger un court métrage en un long métrage, voir mon personnage lorsqu'il se réveille, le suivre.
C'est toujours une montagne russe imprévisible : vous ne savez jamais ce qui vous attend, alors j'aime ça.

Journaliste : Votre relation avec Chanel ?
Kristen Stewart : Chaque fois que je vais à Paris, c'est comme me retrouver dans la famille lors de Thanksgiving. Tout le monde vous aime et ils viennent vous voir et tout le monde veut tout savoir à propos de vous. J'admire vraiment la créativité de leur équipe – 'Tiens le sac sur le sol, ok, clic, c'est fait!' – et j'aspire à cette même créativité sans fin.


Source: Repubblica

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...