mercredi 27 septembre 2017

Come Swim : Interview de Kristen avec Indiewire

Dans une interview avec Indiewire, lors de la press junket américaine de Come Swim, son premier court métrage, Kristen revient sur sa première expérience en tant que réalisatrice, le fait de ne pas jouer elle-même dans le projet, son admiration pour Josh Kaye (l'acteur principal) et son futur.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Kristen Stewart explique la raison pour laquelle elle ne s'est pas castée elle-même son premier court métrage en tant que réalisatrice, Come Swim

Avec son premier court métrage, l'actrice de longue date commence à réaliser son rêve de devenir une réalisatrice à part entière – ce qui signifie souvent laisser tomber le matériel en se castant soi-même.

Le second acte de Kristen Stewart n'est pas seulement en développement, il est ici. L'actrice de longue date – à l'âge de 27 ans, elle a déjà travaillé de manière professionnelle pendant plus de la moitié de sa vie – a d'abord rêvé d'être réalisatrice, un désir qu'elle a récemment mis en œuvre grâce à des opportunités de réalisations de courts métrages, incluant un clip vidéo pour le groupe Chvrches et ses débuts en tant que réalisatrice, son court métrage Come Swim. Le film a été lancé cette année à Sundance, avant d'être projeté à Cannes et, plus récemment, de manière récurrente en faisant partie de la tournée des courts métrages de Sundance.

Produit dans le cadre de l'opération Shatterbox Anthology de Refinery29 – une collection de courts métrages tous réalisés par des femmes et de tout niveau, allant de noms connus comme Stewart à des stars émergentes comme Courtney Hoffman – le synopsis du court métrage est décrit comme 'un dyptique de la journée d'un homme ; des portraits mi impressionnistes mi réalistes'. Fable en partie rêveuse (et souvent énervante), drame en partiellement gagnant, le film repose à la fois sur ses éléments formels, incluant le montage par Jacob Secher Schulsinger (le collaborateur régulier de Ruben Ostlund, Stewart étant elle-même une grande fan de leur film Force Majeure) et un design sonore par Matt Vowles avec une performance magnifique de la star Josh Kate, acteur débutant.

Lors de l'avant première du film à New York, qui a eu lieu hier soir au Museum Of Modern Art dans le cadre de sa série science fiction Future Imperfect, Stewart a expliqué la raison pour laquelle elle avait choisi de caster un début comme Kaye dans un rôle aussi exigeant. Il s'avère qu'elle s'était initialement lancée elle-même dans le rôle.

Au début du processus, Stewart a abordé quelques autres acteurs, avant de se décider pour Kaye. 'J'ai en quelque sorte proposé à quelques acteurs que je connaissais qui étaient occupés et finalement je me suis dit, 'Soit je le ferai moi-même, soit je recruterai quelqu'un qui est simplement comme un pote'. En y repensant, c'était probablement la relation la plus fructueuse que j'ai eu de toute ma carrière. Je suis vraiment heureuse que cela se soit produit comme ça'.

Elle a ajouté, 'Je ne voulais pas d'un 'mec acteur' pour jouer [le rôle] et je ne pouvais pas compter sur moi-même parce que je cherchais vraiment un transfert d'énergie. Je voulais donner quelque chose à quelqu'un et voir ce qu'il pourrait faire avec ça, pas simplement le faire moi-même, même si je le voulais vraiment. J'ai reconnu une similitude, comme une volonté. Il est tellement talentueux, c'est dingue. Il n'a jamais rien fait et il est simplement l'un de mes amis'.

Lorsqu'on lui a demandé si elle avait déjà envisagé de laisser une autre actrice jouer le rôle principal et si elle était à la hauteur du sexe du rôle Stewart a expliqué, 'Pour être honnête, pour moi, il n'y avait absolument aucune différence [dans le sexe du personnage] – cela aurait pu être une fille, cela n'a pas d'importance'.

En octobre dernier, lors du Festival du Film de New York, l'enthousiasme de Stewart pour la prochaine étape de sa carrière était évident. 'C'est la chose la plus satisfaisante que j'ai jamais faite', a t-elle déclaré. 'En tant qu'acteur, vous êtes comme une petite chose qui peut aider tout le monde à le ressentir, mais lorsque cela vient de vous – c'est comme une validation dans le but le plus ultime. Vous n'êtes pas seul. Comme, 'Je te vois, ma pote. Je te vois et j'ai saisi'. On se dit, 'Oui !'.

La passion de Stewart pour le cinéma n'est pas aussi vacillante. À Cannes, elle a dit à Anne Thompson qu'elle continuait à développer du matériel qu'elle puisse réaliser elle-même et lors de l'avant première hier soir, elle a timidement dit au public qu'elle a tenté de charmer un auteur dont elle est excitée d'adapter son travail pour son premier long métrage.

Source: Indiewire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...