mardi 26 septembre 2017

Interview d'Olivier Assayas avec Watson

Dans une interview avec Watson, le réalisateur français Olivier Assayas mentionne Kristen et parle de leur collaboration sur Clouds Of Sils Maria et Personal Shopper, son admiration pour les talents de Kristen et leur envie de tourner un troisième film ensemble.



Traduction faite depuis l'allemand par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs


Rencontre avec le féministe français et sauveur de Kristen Stewart

Ceci, mes amis, est avant tout une conversation au sujet des femmes. Avec le réalisateur Olivier Assayas, qui demande constamment, 'Qu'est-ce que mes films apportent réellement à mes actrices ?'.

Depuis qu'Olivier Assayas (62 ans) a tourné Clouds Of Sils Maria et Personal Shopper avec Kristen Stewart, il est bien connu en Amérique. La semaine dernière, il a œuvré en tant que président du jury lors du Festival du Film de Locarno. Il a commencé sa carrière au milieu des années 70 en tant qu'assistant dans les Studios Pinewood de London, où les films de Bond ont été inventés. Le jeune Olivier devait aller chercher les cafés pour les superstars, par exemple Christopher Reeve lors du tournage du premier film Superman.

Journaliste : Monsieur Assayas, comment imaginer la vie d'un réalisateur français ? Se réveiller le matin et penser, 'Comment puis-je rendre une autre belle actrice immortelle aujourd'hui ?'
Olivier Assayas : Je … Hum. Je ne sais pas … Oh, vous décrivez une caricature !

Journaliste : Naturellement.
Olivier Assayas : Comme tous les artistes, je montre le monde. Mais aussi un monde fantastique, comme nous l'avons tous en nous. Nous vivons tous entre la réalité et le rêve. Les cinéastes le sont un peu plus que d'autres parce que nous devons toujours traduire en images en imaginant le monde.

Journaliste : Dans vos films qui contiennent énormément de fiction, la littérature joue un rôle tout comme le surréalisme. Le réalisme est lui moins élevé.
Olivier Assayas : Oui bien sûr ! La fiction est la façon de connecter le visible avec l'invisible et notre expérience avec notre imagination. La fiction est l'espace le plus important pour faire un film.

Journaliste : Pour Clouds Of Sils Maria, vous avez tourné en Suisse. Quelle magie a eu la Suisse pour vous ?
Olivier Assayas : J'ai adoré la Suisse, mais je n'ai jamais été à Engadine. L'autre jour, je suis allé me balader là-bas avec des amis, c'était vraiment très banal et j'ai été totalement fasciné par le paysage ; elle avait cette beauté mystérieuse, mais elle est, bien sûr, également traversée par l'histoire culturelle comme par des fantômes.

Journaliste : A propos de Nietzsche ?
Olivier Assayas : Nietzsche et beaucoup d'autres. J'aimais l'idée d'un paysage plein de fantômes. Le film que je voulais faire s'est ensuite tourné vers une actrice qui était en train d'apprendre un texte. J'aurais pu le faire dans un studio à Paris. Ensuite, j'ai transposé l'histoire à Sils Maria et tout à coup, elle a trouvé un écho très spécial dans le paysage et dans ses énigmes et ses personnages historiques.

Journaliste : A Engadine, vous avez découvert quelque chose de très différent : la magie de Kristen Stewart.
Olivier Assayas : J'ai eu une chance folle ! Malgré le fait que j'adorais déjà Kristen à l'époque – je la considère comme l'actrice la plus fascinante et la plus unique de sa génération – j'avais une idée si peu réelle de ses possibilités. Je lui ai donné le scénario, j'avais écrit énormément pour son rôle, j'ai pensé, oh mon dieu, elle va trouver cela trop abstrait, absurde et détaché et elle ne va pas comprendre.

Journaliste : Mais cela n'est pas l'impression qu'elle transmet dans le film.
Olivier Assayas : Elle a fait quelque chose de simple, clair, réel. Elle l'a fait avec son talent vis à vis du timing, du mouvement et du langage avec son flair vis à vis de l'espace et de la facilité. Je pense que Kristen est prédestinée pour devenir une grande réalisatrice elle-même.

[…]


Journaliste : Une belle histoire ! Et vous avez offert à Kristen son émancipation de la lumière de Twilight ?
Olivier Assayas : J'ai eu la chance d'être le premier réalisateur à lui dire, 'Eh, c'est ok d'être toi-même ! Je n'attends pas de toi à ce que tu crées un personnage, je ne suis pas intéressé par tes compétences d'interprétation, je veux voir ce qui se passe lorsque je te donne beaucoup d'espace et de liberté. Je veux voir ton opinion !'. Aujourd'hui, c'est une bonne amie et j'espère que nous allons bientôt tourner notre troisième film ensemble.


Source: Watson
Via: @rkandcinema

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...