lundi 27 novembre 2017

Come Swim : Interview de Kristen avec Yahoo Entertainment

A l'occasion de la promotion et de l'avant première américaine de Come Swim, Kristen parle de la naissance et de processus de développement du projet, du tournage, de son expérience en tant que réalisatrice débutante et de ses fans dans une interview avec Yahoo Entertainment. 



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Kristen Stewart à propos de la façon dont elle a transformé une fixation vers ses débuts en tant que réalisatrice et si elle a déjà dirigé un blockbuster ressemblant à Twilight

En tant qu'actrice depuis son plus jeune âge qui a grandi sur les plateaux de tournage des films comme Panic Room et Catch That Kid, Kristen Stewart a appris très tôt à porter une attention particulière au réalisateur derrière la caméra. 'C'est votre patron', dit-elle à Yahoo Entertainment au sujet de ses premiers souvenirs d'observation des réalisateurs au travail. 'Vous vous tournez vers cette personne pour tout. Lorsqu'un film est vraiment bon, il faut beaucoup d'efforts de la part des gens. Mais ce qui commence est quelque chose de si singulier avec une perspective spécifique. Même lorsque j'étais vraiment petite, je savais que mon travail consistait à écouter ce [point de vue] et à la tenir comme si c'était précieux. Et même en tant que jeune enfant, je me disais, 'Putain, j'aimerais bien le tenir moi-même un jour et le partager !''.

Du passé à nos jours, et l'actrice désormais âgée de 27 ans partage son propre premier film en tant que réalisatrice avec le monde, le court métrage évocateur Come Swim. Après avoir été projeté en avant première au Festival du Film de Sundance en janvier, la production de 17 minutes est dévoilée aujourd'hui [note du staff : le 10 novembre] dans le cadre de l'opération Shatterbox Anthology de Refinery29, qui offre une plate forme aux réalisatrices émergentes. Mettant en vedette l'acteur débutant Josh Kaye, Come Swim est né d'une image récurrente qui a germé dans l'esprit de Stewart il y a plusieurs années et qui est devenue la pierre angulaire d'un portrait semi réaliste semi impressionniste d'un homme dont l'esprit est entaché de souvenirs d'une histoire d'amour qui a échoué, au point qu'il a l'impression de se noyer même sur la terre ferme. Nous avons parlé avec Stewart de sa relation avec le personnage que nous voyons à l'écran et de son désir de réaliser une superproduction style Twilight.

Journaliste : Vous avez dit que l'idée de Come Swim provenait de l'image d'un homme qui dort au fond de l'océan. D'où vient la vision ?
Kristen Stewart : Initialement, j'étais simplement obsédée par l'idée d'une personne trop consciente de ce qui est l'essentiel pour elle – ce dont elle a réellement besoin – mais qui est incapable de l'absorber. Donc, même au fond de l'océan, l'endroit le plus hydraté au monde, ils sont secs. Lorsque vous êtes dans votre propre tête, votre douleur et votre lutte semblent si dramatiques et si peu reluisantes. Et pourtant c'est tellement universel ! Il n'y a aucun sentiment que quelqu'un n'a pas vécu avant vous. Une fois que vous y êtes, cela vous semble épuisant, mais lorsque vous reculez, vous vous dites, 'Qu'est-ce que je foutais ?'.

Journaliste : Pour moi, le film a capté ce sentiment d'être mentalement sous l'eau : il y a tellement de bourdonnements dans votre tête et vous avez simplement besoin d'un moment de clarté.
Kristen Stewart : Exactement. Il se punit avec des souvenirs et ne peut pas vraiment les organiser. Il ne peut pas les mettre quelque part pour les traiter facilement. Je voulais extérioriser un son très interne. Lorsqu'il commence, il a le sentiment que les choses tournent autour de lui et il ne peut pas les attraper, mais ils ne s'en iront pas non plus. Il s'agit de se réveiller le matin et de se dire, 'Wow, je suis autorisé à utiliser mon esprit ! Il ne me contrôle pas'. Lorsque vous êtes dans cet état, les choses faciles semblent difficiles.

Journaliste : Y a t-il quelque chose dans le monde moderne qui exacerbe cela ? Vous placez le personnage dans des paramètres comme un bureau occupé et le siège avant de sa voiture, où il y a beaucoup de stimuli.
Kristen Stewart : Je voulais le mettre dans des endroits qui étaient normaux – des environnements dépouillés sans trop de détails. Nous n'avons pas beaucoup de temps pour apprendre à bien connaître ce type, alors je voulais que vous vous concentriez sur vos propres projections des choses banales comme se lever et aller travailler. Mais il est toujours cloisonné : son bureau est petit, la voiture est petite. Ce n'est qu'une fois qu'il sort et trouve l'océan qu'il s'autorise à respirer. Il a des regrets au sujet de sa relation qui l'ont projeté dans cette crise existentielle et même s'il déteste nager et boire, il réalise qu'il doit se laisser flotter. L'eau est plus forte que nous et si vous la combattez, vous allez simplement vous fatiguer et vous noyer. Mais s'il se laisse aller comme un pauvre type et qu'il se balade dans l'eau, lorsqu'il sortira, il aura froid, mais il réalisera aussi qu'il ne va pas devoir essayer de tout contrôler.

Journaliste : Les problèmes du personnage sont censés être universels, mais en travaillant avec Josh Kaye, avez-vous découvert que les hommes et les femmes ont des réponses différentes à ce genre d'état mental ?
Kristen Stewart : Je pense qu'il y a de grandes différences entre lui et moi, mais plus au niveau individuel. Cela n'a pas vraiment grand chose à voir avec le genre. Le personnage de l'histoire n'est pas forcément moi, mais je voulais être aussi proche que possible. La principale différence entre nous est que je suis un peu plus explosive. Il y a quelques petites choses dans le film pour lesquelles je suis tellement excitée que je n'ai pas fait moi-même, parce qu'il sourit et endure les choses alors que selon moi, j'aurais été un peu plus dramatique. Il n'a jamais rien fait auparavant, alors il n'essayait pas de me prouver quoi que ce soit. Il était simplement réaliste dans cet environnement et il a permis à tous les souvenirs ou les idées de le remuer.

Journaliste : Vous avez incorporé des peintures que vous avez faites dans le film via un processus appelé 'transfert de style neuronal' par opposition aux effets spéciaux traditionnels. Était-ce un processus que vous avez développé ?
Kristen Stewart : Non, j'ai une amie qui travaille dans une maison d'effets spéciaux et elle était familière avec les recherches de Bhautik Joshi. Je lui ai parlé de ma peinture et de la façon dont je voulais qu'il soit exprimé dans le film ; je voulais que certaines parties du film ressemblent à une peinture. Je parlais beaucoup du grain et de la façon de le faire et elle m'a parlé de ce mec qui pourrait prendre une peinture physique et appliquer ce style à une image en mouvement. Donc, il nous a aidé à le faire mais je pense que c'est quelque chose qu'il avait imaginé et lorsque le film est sorti, c'était une bonne occasion pour lui de parler de ce processus. J'ai eu la chance d'être capable de le faire et prendre ces deux supports pour les assembler. [Stewart est répertoriée comme co-auteur d'un document universitaire à propos du transfert de style neural qui est classifié dans les dossiers de l'Université de Cornell]

Journaliste : Travailler sur des films à gros budget comme Twilight et Blanche Neige Et Le Chasseur vous a fait hésiter à incorporer des effets spéciaux dans vos propres films ?
Kristen Stewart : Pas du tout. Au début, je pensais que j'allais avoir besoin de beaucoup de travail numérique sur Come Swim. J'avais cette longue liste de plans, mais après que nous ayons terminé et que nous ayons tout tourné, je le ai rayés de ma liste pendant la post production, en me disant, 'Je n'ai pas besoin de celui-là, je n'ai pas besoin de celui-ci'. Nous avons fait un minimum de travail numérique, parce que tout ce que nous faisions physiquement était tellement cool. Tout le travail de maquillage sur Josh était pratique et a fonctionné. J'aime vraiment lorsque très peu [d'effets spéciaux] sont nécessaires pour rafistoler les choses et les affiner. Si vous pouvez obtenir autant que vous le pouvez tout en prenant des putains de photos, c'est ce qui paraît avoir le rendu le plus immersif.

Journaliste : Est-ce que vous aimeriez réaliser vous-même un film à gros budget ou est-ce que cela ne vous intéresse pas ?
Kristen Stewart : Peut être, parce que j'aime vraiment suspendre la réalité – pas d'une manière fantastique, mais pour entrer dans la tête de quelqu'un et avoir le sentiment d'être vraiment intégrée dans quelque chose d'interne. Parce qu'énormément de fois, cela ne ressemble pas à ce que vous voyez à l'extérieur. Donc, je pense que je vais vouloir faire des petits films ; je n'ai aucun intérêt à faire des gros films, même si j'aime travailler dessus en tant qu'actrice.

Journaliste : Un de vos tout premiers films était Panic Room réalisé par David Fincher. Vous rappelez-vous avoir observé une partie de son processus sur le plateau de tournage que vous avez conservé pour votre propre travail ?
Kristen Stewart : C'était le deuxième film que j'ai fait. J'ai eu de la chance d'avoir cette expérience si jeune parce que c'était tellement exigeant en travail et ce pour toutes les bonnes raisons. Je veux toujours être dans des films dans lesquels si vous devez travailler sans relâche et sans fin et si cela doit faire mal et que vous devez le faire encore et encore, alors vous obtenez quelque chose qui compte vraiment à tout prix. C'est ce que vous faites – vous faites simplement quelque chose pour l'obtenir. Ce [sentiment] a probablement commencé sur ce film.

Journaliste : Il semble que les fans qui ont grandi avec vous à travers les films Twilight adoptent le travail que vous faites maintenant. Êtes-vous consciente de la façon dont ils vous voient évoluer en tant qu'artiste et espérez-vous qu'ils s'inspirent de vous pour développer leurs propres voix créatives ?
Kristen Stewart : Ouais, bien sûr. Personne n'est si spécial que si on a une sorte de pensée ou de sentiment original que personne n'a eu avant vous. Mais, je suis vraiment mon instinct quant aux choses vers lesquelles je suis attirée artistiquement et j'espère qu'il y aura quelqu'un là-bas qui le ressentira également. Pour cela, j'ai de la chance. Je ne pense pas à la plus grande narration [de ma vie] ou je ne change pas mes décisions de dire des choses aux gens. Mais, je pense que si vous êtes vraiment honnête à propos de quelque chose et que vous explorez quelque chose qui en vaut la peine, il y aura également d'autres personnes qui seront intéressées.



Source: Yahoo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...