samedi 6 octobre 2018

Lizzie : Interview de Chloë Sevigny avec LA Daily News

A l'occasion de la press junket américaine de Lizzie, Chloë Sevigny mentionne Kristen et parle de leur collaboration, du développement du film, de l'histoire, des personnages et du tournage dans une interview avec LA Daily News. 



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Chloë Sevigny voulait que sa Lizzie Borden soit une version empathique du personnage historique qu'elle joue dans le nouveau film Lizzie, ce qui est très bien, mais ensuite Lizzie Borden a pris une hache et elle a donné 40 coups à sa mère, comme on nous l'a tous dit … Alors de l'empathie ?

'Je veux que les gens l'apprécient et qu'ils la soutiennent', a déclaré Sevigny lors d'une interview au Four Seasons de Los Angeles à Beverly Hills à propos du film dans lequel elle partage la vedette avec Kristen Stewart. 'Et puis, lorsqu'elle le fait, vous vous dites, 'Quoiiiiiiii ?''.

'Vous aimez vraiment cette femme et elle fait cette chose horrible', dit-elle. 'Je pense que même si vous savez ce qui va se passer, la façon dont nous le montrons et le disons, c'est toujours très satisfaisant, du moins je l'espère'.

Sevigny est manifestement une fan de Borden, qui, notons-le pour mémoire, a été acquittée pour les coups de hache données à sa mère et à son père en 1892, peu importe ce que cette rime infâme aurait pu vous faire croire. Cela transparaît dans la façon dont elle parle de Borden, mais aussi la passion obstinée qu'elle a démontré au cours de sa lutte pendant près d'une décennie pour porter Lizzie à l'écran.

Une année pour Halloween, une amie s'est déguisée en Borden, rappelant ainsi l'histoire de Lizzie et de sa hache, dit Sevigny. Un an plus tard, lors d'un voyage dans le Massachusetts avec son petit ami de l'époque, ils ont décidé d'ajouter la maison du meurtre de Fall River, dans le Massachusetts, à leur itinéraire des lieux touristiques effrayants en Nouvelle Angleterre. 'J'ai toujours été fan des procès de sorcières de Salem et de toute cette culture oppressive de la Nouvelle Angleterre. Je me suis dit, 'Allons à Salem, rendons hommage et allons voir la Maisons des Sept Pignons et pourquoi ne pas aller chez Lizzie Borden ?', dit Sevigny. 'J'ai découvert que c'est maintenant un 'bed and breakfast' et je me suis dit, 'On doit y aller !''.

Avant de se coucher dans la maison des Borden, ils ont fait une visite guidée qui a construit la nature fantasmagorique de votre séjour, dit-elle, qui l'a rapprochée de plus en plus du récit de cette femme.

'Dans leur récit de cette année-là, je suis tombée sous le charme de ce personnage, de cette personne, de cette femme', explique Sevigny. 'Je ressentais tellement d'empathie pour elle et j'en apprenais davantage sur elle et sur sa situation, toutes les différentes rumeurs, et je tombais encore plus pour sous son charme'.

Leur nuit dans le 'bed and breakfast' et le petit déjeuner étaient agités et un peu effrayant, dit-elle. Le petit ami avait l'impression que quelqu'un était en train de le toucher. Elle dit avoir entendu un hurlement étrange. En rentrant chez elle à New York, elle a commencé à s'informer un peu plus sur Borden.

'Je me disais, 'Je pense que je veux jouer cette personne'', dit Sevigny, dont le curriculum vitae inclut une nomination pour un Oscar dans la catégorie 'Meilleure Actrice' pour Boys Don't Cry, une longue de rôles dans des films indépendants acclamés et des apparitions dans des rôles pour des séries télévisées telles que Big Love de HBO et Bloodline de Netflix. 'Je n'avais pas forcément d'opportunités dans des longs métrages, le genre [de rôle] que je voulais. Je me suis dit, 'Peut être que je devrais juste essayer et le développer'.

Elle a de nouveau emmené le scénariste Bryce Kass, un ami et ancien colocataire, au 'bed and breakfast' Borden. Ensemble, ils ont discuté du genre d'histoire à raconter, décidant en fin de compte que Lizzie serait une femme prise au piège des circonstances de son époque – en tant que femme célibataire, son père contrôlait presque tous les aspects de sa vie – qui recherchait la liberté de la manière la plus extrême qui soit.

'Ce qui est si captivant, c'est la légende et la façon dont les gens ont bâti la légende et s'y sont greffés', dit Sevigny. 'La façon dont elle représente maintenant en quelque sorte cette hors la loi féministe américaine qui se mobilisait contre le statu quo et le patriarcat'.

'Elle est en quelque sorte une icône pour les exclus et les marginaux et c'est ma came', dit-elle.

Le scénario reprend la rumeur historique selon laquelle Borden entretenait une relation amoureuse avec la femme de chambre, Bridget Sullivan, le personnage interprété par Stewart et qu'elle aurait pu vouloir tuer ses parents pour hériter de leur argent et repartir à zéro ailleurs avec Bridget.

'Elle est dans son monde fantastique et je pense que cela a rendu l'histoire d'amour plus complexe et plus intéressante pour moi', déclare Sevigny.

Le projet a initialement été acheté par HBO qui l'a vu comme une mini série, mais une fois acquis, il est resté bloqué pendant des années. Finalement, Sevigny a réussi à réunir une équipe pour racheter les droits, puis elle a travaillé pour trouver un nouveau moyen de faire le film.

Kristen Stewart a été la première personne que Sevigny, productrice du film, et Kass ont envisagé pour [le rôle de] Bridget et elle a rapidement adhéré au film réalisé par Craig William Macneill.

'Elle est très réelle', dit Sevigny à propos de Stewart. 'Je suis constamment émerveillée par le fonctionnement de son cerveau, si brillant et tellement inventif, et par tant d'idées. Je me suis dit, 'Ce n'est pas étonnant que tu sois une star de cinéma (censurée) !'. J'ai toujours été timide et j'ai toujours eu peur d'exprimer mon opinion. Peut être que je pourrais apprendre une chose ou deux de cette fille et m'exprimer plus'.

Sevigny est peut être timide sur le tournage mais elle est audacieuse dans sa volonté de prendre des risques, ce qui est évident dans l'intrépidité avec laquelle elle et Stewart jouent toutes les deux leur rôle dans les scènes violentes qui, nous le savons tous, précéderont le générique. Sans tout dévoiler, il suffit de dire qu'il existe une vulnérabilité nue à ces scènes, une qui, dit Sevigny, a servi le message du film.

'J'ai l'impression que c'est un film d'autonomisation des femmes et de la voir faire cela, de la voir comme une femme, j'ai pensé que cela servait l'histoire', dit-elle. 'Et je pense que c'est un peu punk, faute d'un meilleur mot. Il est logique qu'elle se dépouille de ces contraintes sociales et qu'elle devienne simplement animale'.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...