jeudi 9 mai 2019

JT Leroy : Interview de Kristen & Laura Dern avec Tribute

A l'occasion la press junket de J.T. LeRoy lors du Festival Internationel du Film de Toronto 2018 (TIFF), Kristen et Laura Dern parlent du projet, de leurs personnages, de l'histoire ou encore du métier d'actrice dans une interview avec Tribute. 



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Journaliste : A quel point étiez-vous familière avec l'histoire de JT LeRoy ?
Laura Dern : J'ai appris l'histoire après coup grâce à un couple d'amis qui les connaissait. C'était grâce à Justin, Kristen et le documentaire que j'ai appris davantage.
Kristen Stewart : Pareil. Je ne connaissais pas tous ces événements fous. J'avais entendu parler du livre et du film, mais je ne les avais jamais lus. Lorsque j'ai lu le scénario, l'une des premières questions que j'ai posées à Justin a été, 'Attends, est-ce que cela s'est vraiment passé ? Vous devez avoir pris des libertés pour le rendre le plus intéressant. Les gens n'auraient pas pu y croire depuis si longtemps'.
Laura Dern : Et en parlant de ça, comment s'en sont-ils sortis? Je me souviens de l'un des moments les plus choquants que nous ayons partagé – je veux dire, nous avons travaillé dessus et nous avons répété – mais le jour où nous avons filmé la scène lorsqu'ils arrivent à l'aéroport de Paris avec ces horribles perruques et mon horrible accent et j'ai réalisé, 'Ils s'en sont sortis avec ça ?'. [Rires] C'était incroyable. C'était vraiment magnifique. Ça a disparu lorsque nous avons essayé de le structurer et de le rendre plus subtil. J'ai davantage travaillé sur l'accent puis quelqu'un a dit, 'Non, ça doit être tellement évident que vous êtes déguisée'. Çela faisait partie du phénomène, ils s'en sonts sortis. Les gens croient ce que tu leur dis.

Journaliste : Etait-ce la raison pour laquelle vous vouliez le faire, parce que c'éait tellement incroyable ?
Kristen Stewart : J'aime beaucoup l'idée de s'inventer. Je pense que c'est une question délicate à aborder car je suis également, comme tout le monde le prétendrait, une grande grande partisane de l'honnêteté. Mais en même temps, quelle est l'honnêteté et quelle est la vérité et si votre vérité ne correspond pas toujours à la manière dont vous la présentez ou aux détails factuels auxquels les gens sont dépendants, mais alors il y a en vous cette histoire ambigüe qui vous semble plus vraie que cela ressemble à la surface. Donc, j'aime ce thème. Et aussi l'histoire de Savannah concernant le fait de se retrouver. Elle a cette chaleur et cette ouverture qui sont à l'opposé de ce qu'elle devait transmettre en tant que JT. J'ai vraiment aimé Savannah en tant que personnage. En tant qu'être humain, elle est merveilleuse – la personne la plus chaleureuse, généreuse, incroyablement intelligente, unique en son genre et je le dis avec la plus grande affection.

Journaliste : Est-ce plus difficile de dépeindre quelqu'un qui est une personne réelle par rapport à une personne fictive ?
Kristen Stewart : C'est différent. C'est une énorme responsabilité de s'assurer que vous transmettez cette personne de manière responsable. Chaque fois que je lis un scénario et que je réponds, 'Je vous dis que je peux le faire et je n'ai pas le sentiment d'être irresponsable de le dire', alors c'est le moment où je sais que je dois accepter le rôle. Et sur ce point, je savais que ce serait un peu plus de travail et que cela ne serait pas aussi facile que de vivre et de respirer et d'explorer, mais une fois que vous avez mis le travail en œuvre et que vous vous êtes préparé, le but est d'arriver à l'endroit où vous pouvez être dans leur peau et ne pas être obsédé par le fait de faire une impression parfaite.

Journaliste : Quel rapport y a t-il entre votre image de personne publique et le fait que vous soyez perçue comme une personne que vous n'êtes pas et que vous ressentez les attentes des autres ?
Laura Dern : Eh bien, c'est un parallèle intéressant. En tant qu'acteurs, cela fait partie d'une histoire. Vous projetez tous une idée de la façon dont nous percevons un personnage. Lorsque cela devient personnel, ça change. C'est quelque chose que chaque personnage publique manœuvre. Pour ce qui est de jouer un rôle en tant que performance artistique, cela intéressait profondément Savannah. Ce n'était pas comme Laura parle dans le film et a agi dans la vie. Ce n'était pas inhabituel. Quelque chose que nous voyions avec beaucoup d'artistes, Davie Bowie par exemple, créant d'autres personnages. Mais ce que je pense est magnifique à propos de Savannah en tant que notre muse, elle est si généreuse avec Laura et cela nous a laissé une histoire d'amour qui ne serait pas là autrement.
Laura Albert a écrit sur une personne qui a créé un personnage pour survivre, puis elle a demandé ça à Savannah. C'est comme si la seule façon pour elle de survivre était ce qu'elle continuait à offrir. Pour elle, il ne s'agissait pas d'un mensonge, mais d'une technique de survie. Probablement à ce jour, elle voit JT comme une partie d'elle-même. Et je pense que ce qui est beau pour nous, c'est qu'en tant acteurs, on vous donne un travail et vous créez un personnage, mais notre travail était de nous connaître au plus profond de chacun. Et c'est ce que ces femmes ont finalement dû faire ensemble.

Journaliste : En jouant JT, Savannah en a découvert plus sur elle-même. Qu'avez-vous appris sur vous-même en décrivant ces personnages à l'écran ?
Kristen Stewart : De toute évidence, c'est une question d'identité et de résolution de problème pour vous-même. En faisant le film, j'étais vraiment heureuse de jouer [quelqu'un] de plus jeune, parce que j'ai le sentiment que ma vie était une étape normale il y a quelques années, lorsque que je me sentais dépassée, une sorte de surcharge sensorielle au point qu'il est difficile de connaître votre propre nom. Vous voyez ce que je veux dire ? Genre, 'Je ne sais pas comment je me situe dans tout ça ? J'essaie de me faufiler'. C'est exactement ce que fait Savannah, à la fois en interne et de manière créative. Elle a demandé, 'Quel est mon rôle ? Quelles sont les choses que je veux dire ? A quoi est-ce je veux ressembler ? Avec qui je veux être ? Comment puis-je m'identifier ?'. Je suis plus âgée qu'elle dans le film. Je me suis donc rendue compte que j'étais tellement heureuse d'être plus âgée. [Rires] Mais c'était aussi amusant de diriger cette période de sa vie parce qu'elle se tient si fermement en elle-même maintenant. C'est une personne très claire et distincte et c'était cool de vivre cette période particulière dans laquelle elle n'était pas sûre, de la soutenir et de l'emmener de l'autre côté. C'était amusant.

Journaliste : Est-ce l'une des raisons pour lesquelles vous souhaitez commencer à réaliser maintenant ?
Kristen Stewart : J'ai toujours eu un œil rugissant en moi. Je n'établis pas une grande distinction entre jouer la comédie, réaliser et mettre en scène. Lorsque j'étais très, très jeune, j'étais alimentée par l'énergie des gens qui se rassemblaient et qui partageaient une idée dans la mesure où ils feraient littéralement n'importe quoi pour cela. J'aimerais diriger cette charge. Même si les meilleurs films ont une vision singulière, c'est un processus précaire, vraiment délicat. Vous remplisser ce bol d'eau et il faut tant de mains pour retenir chaque goutte et arriver à la fin d'une expérience est littérament comme se dire, 'Ouf'. Vous jonglez avec cette chose vraiment précieuse et toutes les personnes impliquées se disent en quelque sorte, ''Gardez la main dessus !'. Et lorsque vous arriverez à la fin et que la plus grande partie de l'eau est encore dans le bol, vous pouvez tout avoir. C'est le meilleur sentiment que j'ai jamais eu et je veux m'immiscer sous la peau des gens. Je veux alimenter cela parce que je l'ai été et que cela m'a vraiment façonnée. J'ai tellement de chance d'avoir ça. Je ne sais pas qui ou ce que je serais sans cela alors j'aimerais le faire avec des gens. C'est une progression vraiment naturelle, pas comme se dire, 'Je vais maintenant réaliser des films !'.
Laura Dern : Mais elle est réalisatrice. Vous travaillez avec quelques acteurs, qui travaillent en tant que réalisateur, car nous avons tous eu une expérience incroyable de nous retrouver mutuellement. Elle a tout vu en tant que réalisatrice, pas seulement en tant qu'acteur. C'est tellement homogène.


Source: Tribute

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...