dimanche 15 septembre 2019

Seberg : Interview de Kristen avec The Hollywood Reporter

A l'occasion de la press junket de Seberg lors du Festival du Cinéma Américain de Deauville 2019, Kristen parle du film, de son personnage, de Charlie's Angels ou encore de son engagement politique et du mouvement #MeToo dans une interview avec The Hollywood Reporter.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.

Kristen Stewart compare son activisme à celui de Jean Seberg : 'J'avais envie de la venger'

L'actrice a également évoqué le reboot de Charlie's Angels, dirigé par Elizabeth Banks, qu'elle a qualifié de 'donnant le sentiment d'être ancré dans un esprit uni'.

En tant que seule actrice américaine à avoir remporté un César, l'équivalent de l'Oscar de le pays, Kristen Stewart s'est sentie à l'aise pour raconter l'histoire de son dernier film, Seberg, lors du Festival du Film de Deauville après ses présentations à Venise et Toronto.

Lors d'une conférence de presse, Stewart s'est félicitée du reboot imminent de Charlie's Angels, scénarisé et réalisé par Elizabeth Banks, pour sa camaderie féminine. Elle a grandi avec les versions de Drew Barrymore, Cameron Diaz et Lucy Liu et elle a dit qu'elle avait toujours voulu se lier d'amitié avec elles.

'Je voulais faire partie de cette équipe. C'était kitsch et amusant et il y a un facteur positif de puissance dans les chiffres, ce qui est vraiment rassurant et chaleureux', a t-elle déclaré. Le reboot ne sera pas hors contexte dans le monde post #MeToo. 'C'est vraiment un bon moment pour raconter une histoire qui donne l'impression d'être féminine et titillante, mais aussi profondément ancrée dans un esprit uni'.

C'est le pouvoir des filles avec un gang de soutien, dit-elle. 'Je ne serais peut être pas capable de vous battre au bras de fer, mais si j'avais mes amies, vous vous diriez, genre, je suis foutu'.

Néanmoins, la star a déclaré que si le mouvement #MeToo a changé Hollywood pratiquement du jour au lendemain, nous devons reconnaître les différences entre les sexes et et créer de nouvelles opportunités. 'Si nous sommes tous égaux, alors pourquoi ne pouvons-nous pas être ouverts à tout ? Parce que nous ne sommes pas identiques – les hommes et les femmes ne sont pas identiques, tout comme notre façon de communiquer, nos forces sont différentes – donc ne pas reconnaître cette distinction en conséquence, mutuellement, les uns aux autres, cela fait simplement du mauvais boulot'.

Mais elle donne un coup d’œil en biais à ceux qui disent que c'est allé trop loin, trop vite. 'C'est vraiment clair, lorsque les gens rechignent au mouvement #MeToo, c'est qu'ils ont probablement fait quelque chose pour lequel ils se sentent un peu coupable', a t-elle averti.

Stewart, qui dit avoir été avertie par les responsables de studio de garder ses relations avec des partenaires du même sexe dans l'ombre pour pouvoir jouer un rôle plus important, a déclaré, qu'elle 'portait ses causes', en faisant valoir l'égalité entre les hommes et les femmes. 'Mais je ne suis pas nécessairement apposée sur une boîte à savon en train de crier sur ce sujet', a t-elle déclaré, préférant donner l'exemple.

Elle a comparé son activisme discret à celui de le star de cinéma des années 60, Jean Seberg, qu'elle incarne dans son dernier film. Stewart a déclaré qu'elle se sentait obligée de raconter l'histoire de son travail avec des groupes de défense des droits de la personne et la façon dont elle a ensuite été espionnée et harcelée par le FBI de J. Edgar Hoover.

'Elle était vraiment impulsive, idéaliste, parfois naïve mais toujours vraiment bien intentionnée', a déclaré Stewart au sujet de Seberg qui s'était impliquée avec les Black Panthers. 'J'avais envie de la venger et en quelque sorte de la valider'.

Lors d'une soirée de cérémonie, Olivier Assayas, qui a dirigé Stewart dans sa performance récompensée par un César de Meilleure Actrice Dans Un Second Rôle dans Clouds Of Sils Maria, l'a louée dans un discours cinglant contre Hollywood. Les stars de cinéma, a t-il déclaré, 'existent dans les microscopes des médias, souffrent de la pression quotidienne insupportable de la machine hollywoodienne, de son cynisme, de sa sentimentalité idiote, de la brutalité de ses relations de pouvoir et de l'argent'.

Le réalisateur a déclaré que Stewart avait été en mesure de créer son propre chemin par pure volonté. 'Elle n'a jamais fait de choix conventionnel, elle n'a jamais cherché autre chose que de préserver son indépendance dans sa vie, dans ses actes et dans son art'.

Stewart, nerveuse, a pris la parole pour dire qu'elle adorait parler de film 'comme une personne folle', maus qu'elle avait le sentiment d'être chez elle dans une France cinéphile. 'Il est rare de trouver votre peuple', a t-elle dit. 'Dans un environnement comme celui-ci où les films sont importants … Je me sens tellement bien de paraître folle à ce sujet'.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...