dimanche 22 septembre 2019

Seberg : Interview de Kristen & Benedict Andrews avec la chaine officielle du Festival International du Film de San Sebastian

A l'occasion de la press junket de Seberg lors du Festival International du Film de San Sebastian 2019, Kristen et le réalisateur Benedict Andrews évoquent le film, le personnage de Jean Seberg, son histoire et ses combats dans une interview avec la chaine officielle du festival.




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.


Benedict Andrews : L'histoire se penche beaucoup sur la vie privée et à sa destruction. Mais ce qui m'a attiré dans ce projet c'est l'intersection entre l'idée de regarder la surveillance, presque un thriller de surveillance, et ensuite l'étude de l'effondrement d'une actrice. Il y avait plusieurs choses qui m'étaient personnelles d'une certaine manière; comme travailler en tant que directeur d'un théâtre, c'est un danger professionnel. On voit les gens dans leur intimité, leur vie privée, on voit leur vulnérabilité. A cette époque, j'étais très proche de certains acteurs et j'admire leur courage et leur vulnérabilité. Et d'une certaine manière, ce film était la rencontre entre ces deux choses. Une actrice qui vie déjà sous l’œil du public, qui doit plonger dans ses espaces les plus privés pour faire son travail ... Et que tout ça lui soit détruit et voler, c'est ce qui m'a intéressé.

Kristen Stewart : Comme n'importe quelle actrice, j'ai été attirée par le côté émotionnel, l'intensité et les fluctuations de cette histoire. Elle était cette présence choquante et risquée qui disait, 'Wow, je veux suivre cette personne'. Et apprendre la raison pour laquelle nous l'avons perdu et sa disparition en tant qu'actrice ... Même en vieillissant ses performances vagues, de cette manière où la lumière ne brille plus autant. Ce que j'ai préféré, en étant impliquée dans ce projet, c'est de mettre en avant la raison pour laquelle cette lumière si particulière a été obscurcie.

Benedict Andrews : Je pense que la contradiction était vraiment intéressante, surtout avec Jean. Il y a beaucoup de choses que vous pouvez lire sur Jean et ses performances, mais je trouve qu'elle est vraiment intéressante car c'est en quelque sorte déjà un personnage de fiction. Je m’intéresse à ces personnages qui existent, sur ces limites. Et Jean n'a pas d'armure, elle suit son instinct et ses impulsions, c'est de la que vient sa force. C'est une exploratrice en quelque sorte, mais elle parcours son chemin à l'aveugle.

Kristen Stewart : Je pense qu'il était plus facile de détruire Jean qu'un homme qui soutiendrait les mêmes causes. Mais je pense aussi que si un jeune homme blanc, à la même époque et au même âge, disaient les mêmes choses ... Je pense quand même qu'il aurait été tout aussi vicieusement attaqué. Je ne pense pas que c'était seulement parce que c'était une femme, mais je pense que c'était beaucoup plus facile détruire parce qu'elle l'était. Donc oui, elle était foutue. Elle n'était pas une grande gueule qui servait ses propres intérêts, elle n'était pas quelqu'un qui se tenait debout dans les tribunes à crier à tout le monde qu'elle voulait être le visage d'un mouvement. Elle voulait soutenir le mouvement de l'intérieur. Et donc sa vision de ce qu'elle a vécu n'a jamais été mis en lumière jusqu'à aujourd'hui. A moins que vous ayez fait des recherches approfondies, pour le public c'est la première fois que nous racontons son histoire.


Via: @Korita05

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...