dimanche 17 novembre 2019

Seberg : Kristen & Shia LaBeouf dans une interview croisée pour 'Variety Studio : Actors on Actors'

Pour assurer la promotion de Seberg réalisé par Benedict Andrews, Kristen participe à l'événement 'Variety Studio : Actors on Actors' avec l'acteur Shia LaBeouf pour son film Honey Boy. Il s'agit d'une interview croisée autour de leurs films respectifs, de leur carrière, de leur métier et de l'industrie du cinéma.




* Portrait




* Photos de l'interview croisée




* Vidéos




Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Shia LaBeouf et Kristen Stewart s'expriment sur leurs insécurités, leurs peurs et leur croissance sur le plateau

Shia LaBeouf (Honey Boy) et Kristen Stewart (Seberg) se sont assis pour discuter lors de l'événement 'Variety Studio : Actors on Actors'.

Shia LaBeouf a écrit et apparaît dans Honey Boy, ses mémoires sur sa croissance à Hollywood. Son personnage, basé sur le propre père de LaBeouf, est un alcoolique qui dirige la carrière d'acteur de son fils et encaisse ses chèques de paie. Dans Seberg, Kristen Stewart met à profit ses propres souvenirs de décors de films, dépeignant Jean Seberg, l'icône des années 60 de la Nouvelle Vague du cinéma français.

Shia LaBeouf : En parlant de Seberg, tu es une fan de la Nouvelle Vague. J'ai l'impression que tu regardes beaucoup de …
Kristen Stewart : Non. J'avais vu A Bout De Souffle. En aucun cas mes connaissances cinématographiques ne sont ancrées dans le cinéma de la Nouvelle Vague.
Shia LaBeouf : Tu étais fan de quoi ?
Kristen Stewart : Je regardais ses films et je ne comprenais pas comment nous ne pouvions pas en savoir plus sur elle. Je me sentais vraiment protectrice envers cette nana que personne ne connaissait, que tout le monde pensait connaître. Il y avait tellement de choses sur elle qui ont été décrites dans des titres malhonnêtes. Je voulais l'aider un peu.
Shia LaBeouf : Est-ce que tu savais qu'elle était hantée avant que tu te lances ?
Kristen Stewart : Honnêtement, elle est possédée. Lorsqu'on la regarde dans un film, on ne sait jamais ce qu'elle va faire et elle est effrayante.
Shia LaBeouf : Sur le plateau, tu es seule ? Tu ne t'appuies sur personne ?
Kristen Stewart : Non, je m'appuie sur les gens.
Shia LaBeouf : A quoi ça ressemble ? Est-ce que tu bouges au milieu des prises ? Est-ce que tu parles ?
Kristen Stewart : Je suis plus silencieuse que toi.
Shia LaBeouf : Tu dois aussi connaître le pouvoir de ton silence.
Kristen Stewart : Lorsque j'étais enfant, j'étais extrêmement timide et je n'étais pas quelqu'un qui pensait vouloir devenir une actrice. Je ne sais pas comment tu étais quand tu étais petit, parce qu'on a fait ça tous les deux, et c'est une chose étrange à avoir en commun. Je devais creuser. J'étais masochiste. Je pense que je suis vraiment bavarde maintenant. Je parle foutrement à tout le monde maintenant.
Shia LaBeouf : J'avais l'habitude de me promener avec un stylo et un bloc notes, presque de manière litigieuse, en disant, 'Eh, comment tu t'appelles ? Oh cool'. Ensuite, je l'écrivais dans un petit bloc notes.
Kristen Stewart : Est-ce parce que tu voulais que les gens t'apprécient ?
Shia LaBeouf : Je voulais avoir l'air studieux, parce que je ne suis pas allé à l'école et je n'ai pas appris à faire ce métier d'acteur.
Kristen Stewart : J'ai ce truc ici aussi.
Shia LaBeouf : Qu'est-ce que ça t'a fait ?
Kristen Stewart : J'ai beaucoup lu. Je me suis toujours dit, 'Je ne suis pas allée à l'école, mais …'
Shia LaBeouf : Si tu rencontres un mec comme [Anthony] Mackie [un partenaire sur Seberg] qui est allé à l'école, il a de la technique. Ces gens me font très peur.
Kristen Stewart : Pourquoi ?
Shia LaBeouf : Je me sens jugé, comme si je suis un outsider. Si mon aiguille à tricoter se casse, je n'ai plus de putain d'aiguille à tricoter. Les gars comme ça, leur aiguille à tricoter casse et ils se disent, 'Laissez-moi aller dans la cuisiner et on va fouetter quelque chose ensemble et je vais tricolter cette chaussette pour toi'.
Kristen Stewart : Vrai. Je viens de regarder Honey Boy. Je ne peux littéralement pas croire que tu aies fait ça.
Shia LaBeouf : C'est une co signature, Mesdames et messieurs.
Kristen Stewart : Combien de temps as-tu mis à composer avec ça tous les jours ? De toute évidence, c'est une histoire très personnelle. On essaye tous de créer nos propres produits, mais ce sont en fait tes propres produits.
Shia LaBeouf : J'ai eu une équipe. J'ai été aimé très fortement. Je m'appuyais fortement sur les gens. C'était super intime. On a peut être eu six personnes autour de la caméra.
Kristen Stewart : Qui l'a dirigé ?
Shia LaBeouf : Une femme nommée Alma Har'el, qui est une nana droite.
Kristen Stewart : Dans quelle mesure as-tu le sentiment de faire une impression par rapport au sentiment que tu pourrais être des versions de cette personne qui est ton père ?
Shia LaBeouf : Mon père me foutait des bouchons dans le nez. Je devais juste rester branché toute la journée, ce qui était dégoutant.
Kristen Stewart : Dans ton nez ? C'est dégueulasse.
Shia LaBeouf : Les premiers jours, je retirais les bouchons, les remettais, les retirais. Ça a commencé avec moi, parce qu'à chaque fois que le son recommençait, je me disais, 'Tu es un clown'. Plus tard dans le tournage, on les a simplement gardé à l'intérieur et j'ai commencé à me perdre un peu. Combien de temps a duré ton tournage ?
Kristen Stewart : Six semaines. Beaucoup en journée, donc on ne pouvait pas tourner très longtemps.
Shia LaBeouf : Tu restais dedans ?
Kristen Stewart : Non. Je suis énormément soulagée chaque fois que quelque chose est fait et je fuis juste le plateau de tournage. La gestion du temps est une chose énorme avec le travail. Le simple fait de ne pas contrôler le temps m'énerve vraiment. Je ne peux pas supporter des choses, parce que je les gaspille. Si je dépense quelque chose, si quelque chose s'écoule au mauvais moment, je suis désespérément malheureuse parce que je me dit, 'Eh bien, tout ça pour rien'.
Shia LaBeouf : Ouais. Je sais de quoi tu parles.
Kristen Stewart : J'ai des rêves à ce sujet. C'est mon rêve d'anxiété avec le travail. Que le timing est mauvais ou qu'il ne défile pas.
Shia LaBeouf : Tu as tourné sur pellicule ou en numérique ? Parce qu'il y a une énorme différence dans la gestion du temps.
Kristen Stewart : On a tourné sur pellicule.
Shia LaBeouf : Ouch. Je ne peux plus du tout travailler sur pellicule, parce que le numérique le laisse en suspend.
Kristen Stewart : Tu vas opter pour ça pour toujours ?
Shia LaBeouf : Je préfère ça. Je préfère le laisser courir, jouer puis tomber.
Kristen Stewart : J'ai récemment lu ce scénario qui est si précis et je veux tellement le faire, mais ça me fait peur parce que je ne suis pas très précise.
Shia LaBeouf : Tu vas certainement le faire.
Kristen Stewart : Ouais. Je pense que lorsque je te regarde dans les films, c'est effrayant. De la même façon que je parlais de Jean ; je n'ai aucune idée de ce qui va se passer. Tu te prépares beaucoup ?
Shia LaBeouf : Oui. Je n'ai aucun esprit de direction. Je ne peux pas faire un zoom en arrière. Je commence juste à être un meilleur joueur en équipe. Je suis super obsédé par cette seule petite chose sur laquelle que je dois me concentrer. J'ai l'impression que mon corps a de meilleures idées que ma tête. Je me prépare très durement et puis c'est presque comme danser. Je sens que mon instinct est meilleur que mes idées, alors j'essaie de ne pas trop penser. Qu'est-ce que le jeu d'acteur te donne que le reste de la vie ne le fait pas ?
Kristen Stewart : C'est vraiment mon impulsion initiale de vouloir être proche de la narration et du cirque. Même quand je lis un livre, je lis à haute voix. Je veux m'occuper de la chose autant que je peux, parce qu'il y a quelque chose là-dedans dont j'ai besoin. La chose la plus cool à faire sur le plateau de tournage est que tu dois le faire de la façon la plus harmonieuse que je n'ai jamais ressenti. Ma famille est formidable, mais je ne me suis jamais sentie plus proche des autres, comblant ces lacunes, que par le biais de la réalisation de films. Et toi ?
Shia LaBeouf : Je pense vraiment que les moments les plus intimes de ma vie se sont passés sur un plateau de tournage.
Kristen Stewart : Ca semble être vraiment foireux, mais cela ne l'est pas du tout. C'est beau.
Shia LaBeouf : Je pense que je suis profondément insatisfait de la vie.
Kristen Stewart : Mais c'est ta vie.
Shia LaBeouf : Exactement. C'est là que les choses se compliquent pour moi. Ce n'est pas toute ma vie. Je dois être d'accord avec ça. C'est généralement là où les choses tournent mal pour moi, c'est quand je ne suis pas sur un plateau de tournage. La vie devient difficile.
Kristen Stewart : Tu fais autre chose ?
Shia LaBeouf : C'est ce que j'essaie de développer, d'essayer de grandir.
Kristen Stewart : Prends un cours de poterie.
Shia LaBeouf : Peut être que le ferais. Je ne vais pas aimer la poterie dans la vie. Mais j'aimerai la poterie sur le plateau de tournage. Je n'aime pas les glaces dans la vie. Mais si tu me donnes de la glace sur un plateau de tournage, j'aime foutrement la glace. Je pense que c'est ce que cela fait pour moi. Ça me fait aimer les choses. Ce travail me semble être un vecteur d'amour pour moi. Je le considère comme sacré.
Kristen Stewart : Je te comprends.
Shia LaBeouf : En parlant d'amour, diriges-tu avec amour sur un plateau de tournage ou diriges-tu avec peur ?
Kristen Stewart : Amour tout le long. Je ne veux pas que quiconque ait peur. Je n'aime certainement pas la peur/l'intimidation.
Shia LaBeouf : Même d'un réalisateur, malgré tout, as-tu des cicatrices ?
Kristen Stewart : Non. J'ai travaillé avec des personnes formidables, adorables et talentueuses, puis des personnes moins talentueuses, qui n'étaient pas très agréables. Je ne peux faire que que je peux faire. J'essaie de réfléchir. Un mec m'a fait pleurer sur le plateau de tournage un jour, le premier jour d'un film, mais c'était mon dernier souci que de me soucier de lui. Je ne disais simplement, 'Je suis seule et tu es terrible'. Il a fait un mauvais film.
Shia LaBeouf : Cela ne devait pas affecter une scène ? C'était juste être un connard ?
Kristen Stewart : Je le pense. Qui sait. Et toi ? Aimes-tu avoir peur sur le plateau de tournage et as-tu travaillé avec des personnes qui t'ont fait ressentir cela ?
Shia LaBeouf : Carrément, ouais. Mais comme toi, je n'aime pas ça. Crois-tu au talent ?
Kristen Stewart : Je ne sais pas. Voulons-nous dire la même chose ?
Shia LaBeouf : Te considères-tu comme l'une des plus talentueuses ?
Kristen Stewart : Je me considère extrêmement comme impulsive et compulsive. Parfois cela fonctionne, et parfois non. Quand les gens sont vraiment fiers de leur travail, je me dis, 'Bien sûr, vous avez rendu cela possible, je suppose. Vous êtes en quelque sorte au bon endroit'.
Shia LaBeouf : Comme si un papillon se posait sur ton épaule ou quelque chose du genre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...