dimanche 19 janvier 2020

Seberg : Interview de Benedict Andrews avec Outtake Magazine

A l'occasion de la press junket de Seberg, le réalisateur Benedict Andrews mentionne Kristen et parle du film, du personnage de Jean Seberg, du tournage, du contexte politique de l'époque, des parallèles entre les deux actrices et de son admiration et de son choix de caster Kristen dans une interview avec Outtake Magazine.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Le réalisateur de Seberg Benedict Andrews à propos de Kristen Stewart, l'état de la surveillance, les fake news et la mode des années 60

Benedict Andrews dirige Kristen Stewart et Anthony Mackie dans ce thriller politique et biopic, Seberg. Stewart est l'actrice française de la Nouvelle Vague et star d'A Bout De Souffle Jean Seberg, alors qu'elle revient aux Etats Unis à la fin des années 60. Peu de temps après, le soutien de Seberg au mouvement des droits civiques et sa relation avec le militant de Black Panther Hakim Jamal (Mackie) fait d'elle une cible de FBI de J. Edgar Hoover. Sa vie et sa carrière commencent à s'effondrer sous le poids de la surveillance et du harcèlement excessifs de l'Etat, une histoire facilement interprétable comme une fable moderne de notre époque.

Outtake Magazine s'est entretenu avec Benedict Andrews pour discuter de son dernier long métrage, qui sortira le 10 janvier.

Journaliste : Ceci est bien sûr basé sur une histoire vraie. Aviez-vous une connaissance de cette histoire avant qu'ils ne vous viennent avec le scénario ?
Benedict Andrews : Non, je ne l'ai pas fait.

Journaliste : Avez-vous trouvé que c'était [quelque chose] de connu ?
Benedict Andrews : Ce n'est certainement pas bien connu. D'après mon expérience, les gens connaîtront et adoreront Jean Seberg d'A Bout De Souffle de Jean Luc Godard et certaines personnes connaîtront ses autres films, mais ils ont tendance à ne pas connaître son histoire. Cela dit, il y a des gens intéressés par la politique américaine et cette période qui en sauront beaucoup. Il y a beaucoup matériel, une fois que vous commencez à creuser. Mais je pense qu'il y a une raison pour laquelle cela n'était pas connu et c'est parce que les personnes au pouvoir l'ont si efficacement détruite et détruit sa vérité. Il y a eu des rumeurs dans certaines de ses biographies selon lesquelles il y avait eu des tentatives de raconter cette partie de son histoire auparavant et du FBI se penchant pour empêcher que ces histoires ne soient racontées. Je ne pense pas que ce soit le climent dans lequel nous vivons ; je pense qu'il est maintenant permis de parler de cette ère du FBI de Hoover car suffisamment de temps s'est écoulé.
La chose intéressante est que, au fil du temps, l'histoire devient plus à propos aujourd'hui. Les écrivains ont écrit ce scénario il y a dix ans et il y a eu plusieurs tentatives pour le faire. Lorsque je me suis engagé [dans le projet] avec un nouveau groupe de producteurs, cela s'est fait assez rapidement. Mais je pense également qu'il se passe quelque chose de 'dieu du cinéma', en ce sens que c'est maintenant le bon moment pour raconter son histoire. Et Kristen est la seule actrice à laquelle je peux penser pour l'interpréter, ce à quoi je pense que les gens réagissent vraiment ; ce que Kristen représente, où elle se trouve en tant qu'actrice, la transformation qu'elle travers et tout cela. Les similitudes sont effrayantes. Ce que je dis, c'est que je crois que certains films sont réalisés quand ils doivent être réalisés.

Journaliste : A t-il été projeté pour la première fois lors du 40ème anniversaire de sa mort ?
Benedict Andrews : Oui, c'était pendant notre séjour à Venise.

Journaliste : Etait-ce intentionnel ?
Benedict Andrews : C'était une coïncidence. Je veux dire, nous tournions 50 ans plus tard, des événements de 1968 à 1969, et donc je savais que Los Angeles dans lequel nous nous trouvions était 50 ans plus tard et tout cela … Mais ce sont les millions de coïncidences qui ont mené à cela … Et il n'y ressemble pas – il ressemble à un film très somptueux et très élégant – mais il est fait avec un budget indépendant.

Journaliste : Cela peut surprendre certains, car ce budget limité ne se traduit pas visuellement.
Benedict Andrews : Je n'ai pas tendance à dire ça, mais c'était quelque chose de foutrement salaud à faire. Et pour gagner cet argent et traverser tous ces mondes différents que le film traverse avec une telle authenticité … Et nous avons donc tourné sur pellicule ! Et les costumes ont l'air aussi si authentiques. Donc, obtenir le genre d'élégrance et de valeur dont sa vie avait besoin était difficile parce que nous ne pouvions pas beaucoup sortir. Vous savez, Tarantino tournait Once Upon A Time In Hollywood en même temps pour 11 fois le budget [8 millions de dollars contre 90 millions de dollars] et il récrée l'intégralité de Sunset Boulevard ! Nous ne pouvons pas aller là-bas, mais d'une manière – encore une fois avec les dieux du cinéma – le film parle d'intimité et d'espace privé, donc il y a une sorte de sentiment spécial que le film obtient en ne pouvant pas sortir. Elle se penche par la fenêtre à New York il y a la ville, mais n'avons aucun plan de New York.

Journaliste : C'est quelque de claustrophobique dans ce sens.
Benedict Andrews : Ouais, et aussi fidèle à son expérience, non ? Kristen m'a dit l'autre jour, 'Je ne sais même pas dans quelle je suis'. L'actrice se déplace d'un endroit à l'autre et ne souvent que l'intérieur d'une chambre d'hôtel parce qu'elle ne peut pas sortir si facilement. Donc, cela était devenu fidèle à son expérience … Je ne sais pas comment nous en sommes arrivés là ! Mais de toute façon, c'était un combat pour faire le film et toutes ces choses biennent ensuite à sa sortie au Festival de Venise. Je savais littéralement ce que c'était exactement à cet anniversaire parce que je me connectais de nouveau au film avant de le promouvoir à Venise et je regardais en arrière à travers un vieux cachier et j'ai vu que j'avais dessiné une croix avec son jour de naissance et de mort. N'est-ce pas fou ?

Journaliste : Etrange, c'est sûr. Vous avez mentionné les nombreux parallèles de Kristen Stewart avec le sujet. La représentiez-vous en lisant le scénario ou est-ce que cela est venu plus tard ?
Benedict Andrews : Non, c'est venu plus tard. Je ne sais pas pourquoi. C'est peut être la difficulté de lancer une actrice pour jouer une actrice … Elle est entrée dans la conversation relativement tard, mais à partir du moment où nous nous sommes assis pour en parler et apprendre à nous appréhender mutuellement, littéralement dès le premier mot, nous faisions déjà le film. Et maintenant, je regarde en arrière et je pense qu'il n'y pas de version de ce film sans elle. Même si vous aviez une merveilleuse actrice, techniquement brillante, qui aurait pu se faire couper les cheveux et lui ressembler, ce film n'est encore qu'un film. Elle [Kristen] puise dans un rythme et frisson entre elle et Jean, où il y a un niveau de vérité et de compréhension que seule elle pourrait y apporter. C'est une réaction chimique.

Journaliste : Et pensez-vous que c'est parce qu'il y a tellement de façons dont elle est un équivalent moderne de Jean ? Elles sont toutes les deux des activistes dont la voix porte, ce sont deux jeunes actrices qui ont commencé à être affectées à un certain personnage dont elles voulaient ensuite s'éloigner …
Benedict Andrews : Tout à fait. Elles sont aussi très différentes : Jean était une fille protestante du Midwest et Kristen a grandi dans la Vallée. Mais vous avez cette quantité ridicule de parallèles que vous avez évoqué, en plus d'être mis à la vue du public à un très jeune, d'être injustement traitée par la presse nationale, toutes deux injustement sauvages. Et Kristen est la seule actrice américaine à avoir remporté le César tant que Jean Seberg s'est faite connaître en tant qu'actrice française, elles ont donc eu des parallèles dans le cinéma européen, tout en conservant le statut de star aux Etats Unis. Kristen comprend certainement cette idée de vivre dans un vase clos, et en tant que réalisatrice, c'est un cadeau pour elle d'avoir une connaissance innée de cela.
Et une autre chose est pour elle de jouer une telle icône de style ; il y a peut être quelques personnes dans le monde qui sont au niveau de Kristen, qui sont avant gardistes ou expérimentales tout en travaillant avec Chanel et les grandes maisons de mode. Et Jean … Nous ne représentons pas Jean portant des vestes en jean, ressemblant à Jane Fonda ou ressemblant à une hippie. Elle est toujours vêtue en Chanel, de cette culture de la rive gauche [parisienne] et de la couture avant gardiste. Tout cela a été un travail préparatoire et à la fin, c'est simplement une putain de bonne actrice, une actrice affamée et une actrice singulière. Et elle a une chose similaire à Jean dans le sens où elle n'est pas allée dans une école d'art dramatique à Londres – aucun manque de respect pour ceux qui l'ont fait – mais aucune d'elles n'avait cette protection de la technique. Kristen a bien sur une technique incroyable qu'elle a appris à être dirigée par David Fincher à l'âge de ans et à monter sur tous ces plateaux de tournage, mais, comme Jean, c'est une technique brute et en quelque sorte instinctive.

Journaliste : Elle a certainement donné quelque chose de spectaculaire. Vous avez parlé du traitement médiatique et de la vie dans un vase clos – et à bien des égards, la période sur laquelle vous vous concentrez marque le début de l'état de surveillance tel que nous le connaissons. Quel commentaire le film fait-il dans le climat socio-politique actuel ?

Benedict Andrews : Nous nous rapprochons des deux côtés d'une opération de surveillace au cours de ce grand changement dans l'histoire américaine. C'est si vous regardiez le Big Bang de celui-ci, le début de l'Etat miderne et de la culture moderne. Maintenant, nous portons tous ces mécanismes de surveillance et nous sommes complètement complices de notre perte de vie privée … Le film est un avertissement ou un rappel de ce qui se passe lorsque cette machine est retournée contre un dissident ou un activiste, par une machine gouvernementale très réactionnaire, conservatrice et raciste. Aujourd'hui, ce n'est pas un conte de fées ou quelque chose d'un passé pittoresque ; c'est la réalité quotidienne des gouvernements qui utilisent le racisme pour diviser et gagner des électeurs dans le cadre de leur guerre contre la vérité. Et nous regardons Jean prise entre deux feux de cette guerre menée par l'Amérique blanche comme l'Amérique noire. Cette fabrication de fake news, pas la version des fake news des journalistes, mais par l'Etat qui manipule la vérité et arme les mensonges. C'est toujours ce qui se passe. Et avec Jean dans cette conférence qui se tient debout contre les mensonges, et le geste de Jack Solomon (Jack O'Connell) de venir vers elle et de devenir un lanceur d'alerte, ces deux personnes étant des exemples non didactiques et non dogmatiques de personnes valorisant la vérité. C'est vraiment urgent pour la culture pour laquelle nous vivons maintenant. C'est incroyable les parallèles entre un brûlant 1968 et un tumultueux 2019.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...