dimanche 26 janvier 2020

Seberg : Interview de Benedict Andrews avec The Hot Corn

A l'occasion de la press junket de Seberg,  le réalisateur Benedict Andrews mentionne Kristen et parle de leur collaboration, de son admiration et de ses choix de carrière ainsi que du film, du personnage de Jean, et du contexte politique de l'époque dans une interview avec The Hot Corn.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

'Je voulais que leurs forces vives se rencontrent' – Benedict Andrews à propos du casting de Kristen Stewart en tant que Jean Seberg

Nous avons rencontré le talentueux cinéaste australien à propos de ce biopic pertinent de l'icône de la Nouvelle Vague française.

'Nous sommes-nous déjà rencontrés ?', a demandé Benedict Andrews, alors que j'entrais dans une salle de réunion inutilement somptueuse dans un hôtel du centre de Londres. Il s'avère que c'était le cas. Pendant une trentaine de secondes à Toronto en 2018, lorsque le metteur en scène estimé présentait ses débuts cinématographiques avec Una, avec Ben Mendelsohn et Rooney Mara.

J'ai eu des conversations d'une demi heure avec certaines cinéastes auparavant et je suis venu pour les interviewer à nouveau trois ans plus tard pour obtenir la remarque, 'Ravi de vous rencontrer', alors qu'Andrews se souvienne de moi après une si brève rencontre témoigne de son comportement amical et accessible ; un Australien résidant maintenant en Islande – et de son incapacité à vraiment déterminer ce qui est 'chez lui', se démarque dans son travail, pour sa deuxième production, Seberg – un biopic au sujet de l'icône française de la Nouvelle Vague Jean Seberg – a des influences de cinéastes du monde entier, à la fois européennes et américaines. À bien des égards, emblématique de son sujet, qui a fait des films à Hollywood, mais également dans de grandes productions européennes comme A Bout De Souffle de Godard.

Mais ce conte se focalise principalement sur l'implication de l'actrice avec les Black Panthers et le Civil Rights Movement, et comment elle est devenue victime d'une enquête du FBI, qui n'a pas exactement respecté les règles. Kristen Stewart joue le rôle principal éponyme et c'est un tournant qui continue de propulser la trajectoire passionnante de l'actrice, alors qu'elle continue de faire des histoires fascinantes et axées sur les personnages.

'Elle a fait des films avec Kelly Reichardt, avec Olivier Assayas, des choix très intéressants. Mais ensuite, elle fait également Charlie's Angels et je sais qu'elle est fière de faire cela et Charlie's Angels en même temps, elle est fière de ce film', a déclaré Andrews à propos de la palette éclectique de choix de carrière de sa star principale – qui, selon lui, est similaire à celle de Seberg.

'Jean a fait des choses similaires, de grands films de renom en même temps qu'elle a fait des films plus petits. Elle a également chevauché ces deux mondes et j'ai le sentiment d'être très chanceux d'avoir eu Kristen pour incarner Jean à ce moment où elle se transforme vraiment, portant le fruit de ces choix qu'elle a fait au cours de la dernière décennie, et vous pouvez vraiment voir ça dans Seberg. C'est une performance courageuse et confiante'.

Il n'a pas tort. C'est une meveilleuse performance de Stewart et n'a pas nécessité une énorme quantité de transformation physique, comme nous l'avons vu avec Renée Zellweger dans un autre biopic à propos d'une star d'une époque similaire, dans Judy. Andrews a admis qu'il s'agissait d'une décision délibérée.

'Nous n'essayons pas une transformation à la Judy Garland ; elle devient Jean, donc elle doit changer de voix et changer son corps pour le faire, et perdre quelques manières propres à elle [Kristen], mais en même temps, j'ai toujours voulu que vous voyiez Kristen dans le rôle, voir Kristen en Jean, pour que leurs forces de vie se rencontrent', a t-il expliqué.

Elle n'est pas la seule star à s'inscrire à ce projet, car les rôles secondaires n'auraient pas pu arriver entre des mains plus compétentes. Jack O'Connell, Vince Vaughn, Anthony Mackie et Zazie Beetz – ces deux derniers éclairant l'écran pendant les scènes mettant en vedette l'implication de Seberg avec les Blanck Panthers et comment elle a cherché à utiliser son influence aux yeux du public pour aider à soutenir leur cause. Cet aspect de la vie des actrices est entièrement nouveau pour Andrews, même s'il était un grand fan de son travail.

'C'était entièrement nouveau pour moi', a t-il déclaré. 'Je la connaissais d'A Bout De Souffle et je l'ai portée dans mon imagination. C'est peut être la déchéance catholique en moi, mais ils deviennent des saints dans notre imagination et elle scintillait toujours là-bas. C'est ce que fait une performance incroyable et originale. Il y a quelque chose à propos de ce qu'elle a fait dans ce film qui a aidé à inventer ce qu'est la comédie moderne, si lumineuse et si brute. Mais, je ne connaissais pas son implication dans le mouvement des droits civiques'.

L'autre côté de ce récit est la façon dont le soutien susmentionné a conduit le FBI à se sentir inquiet de son impact potentiel, Seberg est devenue une menace – elle était puissante et elle avait une plateforme. Pour Andrews, l'enquête du FBI sur sa vie personnelle a une certaine résonance avec la société moderne.

'Il y a beaucoup de choses qui rendent le film très urgent maintenant. Nous vivons dans une culture de surveillance de masse, et en cela, nous voyons l'ADN formé de cela. D'une manière assez complexe, c'est un film sur la vérité et nous regardons la vérité de quelqu'un détruite et le mécanisme de surveillance utilisé pour détruire la vérité de quelqu'un et pour répandre la désinformation et les mensonges à son sujet, pour armer les mensonges. Il y a cette balistique de désinformation volant partout, et en Jean, nous voyons le coût humain de cela', a t-il déclaré.

Sur le sujet de la pertinence et en mettant cette histoire dans un climat contemporain, nous abordons des questions qui ne semblent pas hors de propos dans le mouvement #MeToo actuel et même si ces thèmes contributifs puissent constituer un film entier à part entière, en cela, il ajoute simplement une couche intéressante à un conte déjà complexe – comme nous l'entendons comment Seberg a été traité par le cinéaste Otto Preminger, lorsqu'ils ont collaboré sur Jeanne d'Arc – les débuts de la jeune actrice.

'Jean a été absolumennt maltraitée par Preminger', a déclaré Andrews. 'Il a choisi quelqu'un avec un talent brut, mais aucune expérience pour qu'il puisse les modeler et c'était une relation brutale et il l'avait sous contrat. En même temps, elle a fait un bon travail intéressant avec après Jeanne d'Arc, mais elle n'était pas protégée. Personne ne l'a défendue quand cela s'est produit et elle aurait pu être une très grande star, soit il n'y avait pas de place pour son activisme dans son travail ou à Hollywood et/ou, elle n'était pas du genre à avoir exploité cela comme les autres. Je ne dis pas que Jane Fonda a fait cela, mais elle avait une personnalité médiatique très forte qu'elle a utilisé pour protester contre la guerre du Vietnam, alors que Jean ne l'a pas fait'.

Seberg représente un autre tour accompli d'Andrews, qui est principalement connu pour son travail sur scène. Là où Una a été critiqué pour être un peu trop ludique dans sa petite distribution, et surtout dans un cadre unique, ce deuxième film marque une entreprise plus ambitieuse et montre ses talents de narrateur, loin de le production scénique. Mais, comme il nous l'a dit à la fin de notre agréable conversation, il ne serait pas exactement le premier à passer de la scène à l'écran.


'J'ai toujours voulu faire des films', sourit-il. 'Ingmar Bergman a réalisé les deux, il a mis en scène le Théâtre National de Stockholm tout en réalisant de grands films, faisant les deux en même temps. Visconto a écrit les pièces, Fassbinder vient également du théâtre. Ce sont mes modèles pour pouvoir chevaucher ces deux rôles'.


Source: TheHotCorn

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...