dimanche 12 janvier 2020

Underwater : Interview de Kristen avec Refinery29

A l'occasion de la press junket d'Underwater, Kristen parle du film, de son personnage, du tournage, du développement du projet ou encore de son approche avec l'eau et la claustrophobie dans une interview avec Refinery29.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.

Kristen Stewart dit qu'elle 'a à peine survécu' en faisant son dernier film d'horreur

Imaginez ceci : vous terminez une longue journée en tant qu'ingénieur en mécanique dans une installation de forage à sept milles sous l'eau en vous brossant les dents seul dans une salle de bain industrielle faiblement éclairée. Il est tard (ou est-ce – le temps perd son sens lorsqu'il n'y pas de lumière naturelle du soleil), vous portez une brassière de sport et un pantalon de survêtement et vous voulez juste vous coucher. Et puis tout à coup, vous voyez une gigantesque vague s'écraser à travers un mur et une crête dans votre direction. Il y a eu une rupture.

Ainsi commence Underwater, le nouveau thriller long métrage réalisé par William Eubank et mettant en vedette Kristen Stewart dans le rôle de Norah, sujet du scénario décrit ci-dessus. Avec un petit groupe de survivants (joués par T.J. Miller, Jessica Henwick, John Gallagher Jr., Vincent Cassell et Mamoudou Athie), Norah doit trouver un moyen de survivre dans un environnement pour lequel elle n'est absolument pas préparée – et ce n'est même pas compter les monstres cachés dans les profondeurs.

Stewart, – qui a filmé ce projet en 2017, avant que Charlie's Angels la ramène dans l'orbite des superproductions – ancre le film avec une dextérité caractéristique. Ses cheveux coupés et décolorés peuvent dégager des vibrations à la G.I. Jane, mais dans ses mains, Norah est songeuse, vulnérable et caustiquement drôle, même face à la mort. Eubank crée une atmosphère instantanément tendue, s'appuyant sur les ombres et les grincements pour l'horreur qui fait que le public a le sentiment d'être aussi claustrophobe que les protagonistes. Vêtu d'énormes combinaisons métalliques conçues pour repousser la pression écrasante de la fosse Mariana, le groupe décide de marcher le long du fond de l'océan pour atteindre une autre installation dans le but d'atteindre la surface. Et selon Stewart, le processus de réalisation du film n'étai que légèrement moins intense.

Journaliste : C'est l'un des films les plus stressants que j'ai vu récemment et qui inclut Uncut Gems.
Kristen Stewart : Uncut Gems était très, très stressant d'une manière très différente, mais ouais, c'est foutrement stressant.

Journaliste : Qu'est-ce qui vous a attiré dans ce film en particulier ?
Kristen Stewart : Je n'avais pas fait de gros film depuis longtemps et j'avais vu The Signal, qui était le premier film du réalisateur. Je savais qu'il était vraiment jeune et qu'il n'avait pas fait grand chose pour assembler ce film, et j'ai pensé qu'il avait fait une quantité incroyable de choses avec ce qu'il avait. Initialement, [le scénario] était grossièrement dessiné. C'était très fondamental. Les personnages devaient être des personnes. Et je [voulais] faire quelque chose d'inné et de physique, qui traitait avec des personnes traquant des choses et une sorte d'épuisement des ressources et d'être là où elles ne devraient pas être, et des répercussions de tout celui qui arrive à un point critique dans un film de survie assez différent qui a tourné en un film de monstre étrange. Je suis simplement dit, 'Ecoute, si je fais un grand film commercial, ça sonne comme quelque chose dans lequel je m'investis'.

Journaliste : Avez-vous reçu beaucoup de commentaires sur votre personnage ?
Kristen Stewart : J'ai sauté dessus et je suis venue à la Nouvelle Orléans et nous avons travaillé avec quelques écrivains pendant quelques jours. Cela s'est trouvé être en quelque immersif et basique. Dès que nous avons commencé à vraiment le vendre avec des trucs de type complot, c'était simplement faux parce que vous commencez avec des gens qui ne se connaissent pas vraiment et qui essaient juste de ne pas mourir. Si vous commencez à parler d'autre chose, vous vous dites, 'Est-ce vraiment le moment où vous allez dire ce truc ?'. Donc, nous avons simplement existé et essayé de survivre à l'expérience réelle de la réalisation du film et c'est ce que cela a fini par être.

Journaliste : J'ai toujours eu peur d'être en maillot de bain ou pieds nus en cas de catastrophe. Et c'est exactement ce qui se passe ici !
Kristen Stewart : Exactement ! J'ai pensé quie c'était une si bonne idée de commencer un film sans connaître la personne au-delà de cela et de me dire, 'Oh mon dieu, ça pourrait être moi'. Je vais être sous la douche, me brosser les dents et foirée.

Journaliste : Votre personnage porte un pantalon de survêtement et une brassière de sport ou une combinaison sous marine très lourde. Cela vous a t-il fait sentir vulnérable en tant qu'actrice ?
Kristen Stewart : Les combinaisons étaient l'une des plus – et je ne dis pas cela pour avoir quelque chose à dire ou être dramatique sur un scénario dans un film. C'était la putain de chose la plus difficile que j'avais faite physiquement. J'ai pensé à un moment donné qu'il y avait quelque chose de grave avec moi et j'aurais peut être été malade parce que mon corps ne fonctionnait plus. Nous avons à peine survécu à cela et ce n'est certainement pas quelque chose pour lequel se vanter. C'était stupide. Les combinaisons étaient trop lourdes. Nous ne pouvions pas faire notre travail dans nos combinaisons. C'était foutrement ridicule. Mais au début, avant d'entrer dans les combinaisons, je pensais que c'était une très bonne idée de la garder en sueur. Nous allions faire de vrais sous vêtements, mais je ne voulais tout simplement être une cinglée et je voulais avoir l'air nue dans le film. Mais, définitivement conservé les pieds nus et dans une brassière de sport et un pantalon de survêtement. Absolument, absolument pas préparée à faire face à ce qui s'est passé.

Journaliste : Etiez-vous réellement sous l'eau ?
Kristen Stewart : Oui. Il y avait une combinaison spéciale qui pouvait effectivement aller sous l'eau, mais c'était horrible. Elles ne fonctionnaient pas très bien car on n'entendait rien. L'air parfois ne fonctionnait, et puis il fallait dire, 'Eh les gars, relâchez la pression ou un truc du genre'. Mais ils disaient, 'Quoi ?'. Et vous essayez de faire de signaux manuels, mais vous avez des gants. Je me dis, 'Ca prend 15 minutes pour sortir du costume maintenant. Mon corps va exploser avant les 15 minutes'. Je ne sais pas si vous avez déjà été claustrophone – il n'y a pas de temps.

Journaliste : Vous avez réalisé un court métrage en 2017 intitulé Come Swim qui contient également beaucoup d'images sur l'eau. Qu'est-ce qui vous convainc dans l'eau ?
Kristen Stewart : J'ai totalement peur de l'eau. Cela a en quelque fonctionné de cette beau manière narrative dans ma vie et est définitivement devenu concomittant avec d'autres histoires que je veux raconter. C'est une ligne directe, c'est sûr. Mais, au sens littéral, je ne suis définitivement pas une bonne nageuse et je suis super claustrophobe. Donc tout mon truc pendant ce film, je me disais, 'Ne sois pas une trouillarde'. À un moment donné, tu dois essayer. Tu ne vas pas mourir en faisant ça. Mais je pleurais. Lorsque nous n'avions pas à porter ces combinaisons submersibles, ce que les autres acteurs n'ont pas trouvé trop pénible. J'ai dû prendre du Xanac et je n'y suis allée que trois fois. Et je ne recommencerai jamais tant que je vivrai.


Source: Refinery29

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...