dimanche 12 janvier 2020

Underwater : Interview de William Eubank avec SFX Magazine

A l'occasion de la press junket d'Underwater, le réalisateur William mentionne Kristen et parle du film, du tournage et de son admiration pour l'actrice et la distribution dans une interview avec le magazine SFX Magazine.


 

Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Détendez-vous, ce n'est pas un autre film à propos des requins – mais il mord quand même ! Alors que Kristen Stewart fait sensation dans Underwater, nous plongeons avec le réalisateur William Eubank.

Étant donné que 71% de la surface de la Terre est recouverte d'eau – et, comme vous l'avez sous doute entendu, ce chiffre est en augmentation – il semble inconcevable que 80% de l'océan soit 'non cartographié, non observé et inexploré', selon le National Ocean Service.

C'est un fait souvent répété que nous en savons plus sur la surface de la Lune et de Mars que sur les fonds marins. Le biologiste marion Paul Smelgrove, professeur et rechercheur au départemet des sciences océaniques et au département de biologie au Memorial University de Terre Neuve, a déclaré à SFX Magazine : 'La joie de l'exploration en haute mer n'est pas la possibilité de nouvelles espèces étranges et merveilleuses, mais la certitude de celle-ci. Elle représente la plus grande frontière de la Terre pour la découverte'.

Alors, quelles créatures fantastiques y résident ? Ce que nous savons de la vérité – dans le cas du crabe araignée géant, du poisson-vipère du Pacifique et du calmar vampire, au moins – est tout à fait plus étrange que la fiction …

Concernant Underwater : une nouvelle superproduction mettant en vedette Kristen Stewart qui pourrait prouver le lien manquant entre son tarif popcorn (Charlie's Angels, la franchise Twilight) et un travail sur le terrain plus profond et plus audacieux (Personal Shopper est le meilleur thriller psychologique surnaturel dont vous n'avez probablement jamais entendu parler).

Avec un budget estimé à 65 millions de dollars, Underwater est le troisième film du réalisateur William Eubank – un 'thriller de survie mélangé avec un peu d'horreur', comme il le dit – après des films de science fiction à petite échelle, Love (2011) et The Signal (2014).

'Il n'y a rien de plus excitant que de penser à ce qui pourrait être en dessous de nous [sous l'eau] ?', dit-il a SFX Magazine (le jour de son anniversaire !) depuis une ligne téléphonique depuis Hollywood qui grésille, évoquant des images de lui enfoui dans une station de recherche sombre à quelques 5000 milles de la Terre, sept milles sous la surface de l'océan, tout comme les personnages du film.

Une aventure Poséidon

'C'est assez simple', raconte l'homme âgé de 37 ans à propos de l'intrigue. 'Ils sont un groupe de mineurs et de chercheurs sous marins. Quelque chose arrive à leur installation : cet énorme tremblement de terre. Et ça ne pas durer. Ils n'ont qu'une seule option – mettre leurs costumes et essayer de se rendre à leur station sœur à quelques kilomètres de là. Mais, personne n'a jamais marché aussi loin sous l'eau. Ils n'ont pas d'autre option, alors ils le font simplement – et ils trouvent quelque chose là-bas …'.

Alerte spoiler : Underwater est (une sorte de) fonctionnalité créative. Ce n'est pas exactement un secret, car une affiche provocante montre une minuscule silhouette qui se tient debout devant un gigantesque ensemble de mâchoires dentelées, seulement visible dans l'encre noire sombre. Eubank s'efforce de ne pas en dire plus, mais il suffit de dire que tout organisme survit dans un environnement hostile – très froid, très sombre, fortement sous pression – il faudrait qu'il évolue fortement d'une manière très différente pour les humains.

Mis à part la biodiversité bestiale, ce qui alimente le thème du film, la peur, est quelque chose de plus universel. 'De toute évidence, la survie est un thème énorme', précise t-il. 'Mais faire face à la peur en est aussi un grand. Parce que souvent, dans des situations intenses, votre plus grand adversaire est vous-même, votre propre peur et la peur des choix que vous devez faire. Que pouvez-nous accomplir lorsque vous croyez en vous-même et que vous faites face à une situation difficile ?'.

La mer d'un bleu profond

La situation fondamentalement effrayante ici est simplement là dans le titre du film. Les humains ne sont pas destinées à être submergés sous l'eau et nous le savons. La panique, après tout, est l'une des principales causes de décès chez les plongeurs.

'Je fais beaucoup de plongée', explique Eubank. 'C'est un tout autre monde. Je ne peux même pas l'expliquer. Vous ne pouvez parler à personne, vous êtes seul avec vos pensées … C'est incroyable'.

Qu'est-ce qui lui vient à l'esprit quand il est sous l'eau ? 'Cela dépend du degré de trouble de l'eau', dit-il en riant. 'La première fois que j'ai plongé il y a des années, au large de la Catalogne, vous ne pouviez même pas voir votre main. On m'a dit, 'Nagez hors de la bouée, suivez la chaîne jusqu'au fond et attendez'. Alors je le fais et j'attends. Il fait sombre, je ressens la pression sur ma peau et je me dis, 'Mon dieu, que se passe t-il ?'. Je remonte et ils ont évacué l'eau, mais ils m'ont oublié car il y a un grand requin blanc ! C'était absolument terrifiant. Je suis sorti de l'eau aussi vite que j'ai pu !'.

Il était dans des mains plus sûres en s'entraînant avec l'ancien plongeur de la marine américaine Jim Pearson. 'C'est l'un des plongeurs hollywoodiens les plus âgés et l'un des mes bons amis', explique Eubank. 'Il a travaillé sur une tonne de vieux films célèbres [comme le thriller sous marin de Matthew McConaghey U-571 sorti en 2000]. Il nous a en fait aidé à développer certaines de nos combinaisons sous marines. Ils pesaient 50 kilos ou quelque chose du genre !'.

Eubank le sait par expérience : il a passé une journée à diriger dans l'un d'eux. 'Je me traînais – je pouvais à peine marcher', se souvient-il. Stewart, qui joue Norah, le membre courageux de l'équipe, a déclaré à Entertainment Weekly qu'elle avait le sentiment 'que nous étions tous en train de mourir'. Elle a ajouté : 'Nous ne pouvions pas nous déplacer. Je n'aime vraiment pas être retenue, je n'aime pas les espaces confinés, je ne suis pas une bonne nageuse'.

'C'était tellement difficile pour eux. Je devais leur montrer : 'Regardez, je sais ce que ça fait'', dit Eubank à propos de la distribution, qui comprend également Vincent Cassel (le chef de ballet abusif dans Black Swan en 2010) et Jessica Henwick (Nymeria Sand dans Game Of Thrones).

'Nous avons fait beaucoup de travaux sous marins, évidemment, et c'est incroyablement compliqué', explique Eubank. 'Tout va mal, et soudain, toute l'eau est trouble et vous ne pouvez pas filmer'.

'Nous avons fait beaucoup de prises. Il y avait des scènes vraiment sombres et nous avons utilisé un éclairage biométrique pour le faire. L'ensemble de la distribution dans ces combinaisons lourdes travaillait si dur – je veux dire, se briser le dos pour obtenir ces prises'.

Touché … Coulé ?

La date d'échéance d'Underwater approche après une période de gestation douloureusement longue : on annoncé le casting de Stewart pour apparaître dans le film en 2017. 'C'est comme vieillir du vin', a déclaré Eubank aujourd'hui. La réponse partiellement complémentaire à sa bande annonce sombre et humide a donc dû être intelligente. Certains l'ont prévisiblement (et prématurément) rejeté comme étant littéralement une version édulcorée de The Abyss de James Cameron (1989). Plus intrigant, des comparaisons ont été établies avec le méga opus de Ridley Scott, Alien (1979). 'Sous l'eau, personne ne peut vous entendre crier aussi fort', a écrit un commentateur culturel inspiré. 'Et la coupe rasée de Norah [Kristen Stewart] fait penser à celle d'Ellen Ripley dans les années 90 …'.

Est-ce qu'Eubank se soucie de telles réactions instinctives ?

'Je pense que c'est génial', dit-il diplomatiquement. 'J'adore ces films, évidemment. Mais ce sont des films très différents les uns des autres. Et Underwater est très différent d'Alien à bien des égards. Mais j'aime Ridley [Scott]. Alien est l'un des préférés ultimes. Regardez n'importe lequel de mes trucs : je tire une tonne d'inspiration de son travail. Il crée des avions qui sont tellement texturés et vivants que peu importe à quel point ils sont sauvages, ils donnent le sentiment chargés de vérité'.

L'inspiration moins évidente est venue des jeux vidéo, notamment Soma, un jeu de survie se déroulant dans l'installation sous marine décrépite PATHOS-II, dont Eubank déclare qu'il est l'un de ses favoris. 'J'ai demandé Death Stranding pour mon anniversaire', ajoute t-il. 'J'adore BioSchock, j'aime Dead Space – mon ami Gunner Wright joue en fait Isaac Clarke [le protagoniste de Dead Space]. Il était dans mon tout premier film et il a un petit morceau dans Underwater, ce qui est amusant'.



Pour être juste, ce n'était pas le jeu de Kristen Stewart qui était le problème dans les films Twilight – plutôt les intrigues complètement absurdes. Mais sa tendance à minimiser ses personnages a conduit beaucoup de gens à la sous estimer. Pourtant, de Panic Room à Blanc Neige Et Le Chasseur en passant par Still Alice, il y a beaucoup de joyaux discrets dans sa filmographie.

'Dès le départ, elle a approché Norah avec tant de sérieux', explique Eubank. 'Elle était tellement désireuse et disposée à explorer les choses. Toutes ses discussions sont revenues à Norah. Il y a quelque chose de spécial à ce sujet. Car aussi sauvage que le monde soit, il doit vraiment tourner au de ce point de vue : Norah et son expérience'.


'Certains acteurs vont jouer la comédie et vous êtes constamment à la recherche de la meilleure performance. Mais certains plongent simplement dans une vérité qui ressemble à, 'Woah, je regarde la réalité'. Elle est incroyablement talentueuse. Et [avec] notre film, les cartes sont liguées contre vous. Les costumes ; il n'y a peut être rien devant vous avec qui vous travaillez … Pour elle, apporter un tel niveau d'intensité et d'engagement était impressionnant'.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...