dimanche 19 janvier 2020

Underwater : Interview de William Eubank avec The Hollywood Reporter

A l'occasion de la press junket d'Underwater, le réalisateur William Eubank mentionne Kristen et parle du film, du tournage, de la distribution, du développement du film, de la post production ou encore du genre de l'horreur dans une interview avec The Hollywood Reporter.



Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs

Comment la cinéaste 'sous marin' William Eubank a canalisé la haine de l'eau de Kristen Stewart

Le réalisateur note que pour l'acteur, la signature du film de science fiction 'était presque comme un défi pour elle'.

[L'histoire peut contenir des spoilers minimes pour Underwater et The Signal]

Dès le moment où il a rencontré Kristen Stewart, le réalisateur sous marin William Eubank a été impressionné par sa volonté de relever un défi qui impliquait quelque chose qu'elle détestait et craignait – l'eau. Des mois plus tard, Stewart allait se retrouver sous l'eau, à l'inérieur d'un costume de 50 kilos, tout en encourageant Eubank a faire tourner la caméra dès que possible afin de capturer 'la vraie peur'.

'Lorsque nous nous sommes assis, elle a dit, 'Je déteste [être] sous l'eau'. Elle ne voulait pas dire le film, elle n'aime vraiment pas l'eau', a déclaré Eubank au Hollywood Reporter. 'Elle a dit, 'J'adore ce film. J'adore le personnage de Norak, mais je vais être franche : je déteste l'eau. Donc je veux faire ça'. C'était presque comme un défi pour elle'.

Depuis la fin du tournage de la photographie principale au printemps 2017, Underwater est placé sur une étagère depuis un an alors qu'Eubank attendait une indication sur la façon dont la fusion Disney-Fox affecterait la sortie de son film 20th Century Fox. Il est même arrivé un moment où Eubank a craint qu'il ne voit jamais le jour.

'Pour être honnête, je devais me taire. Je ne savais pas ce qui allait se passer et les gens au-dessus de moi ne semblaient pas totalement au courant – ou ne pouvaient pas en parler – pendant un certain temps', explique Eubank. 'Vous commencez à vous demander, 'Avons-nous fait un film qui ne sera pas vu ?'. J'étais assez nerveaux, bien spur, mais … Au final, tout a fonctionné. Nous ne savions pas trop ce que Disney allait dire, mais finalement, ils ont dit, 'Nous adorons ça, nous allons le sortir''.

Même si le film a rencontré des critiques mitigées et un week end d'ouverture calme au milieu d'un box office bondé, Eubank reste positif sur les perspectives à long terme du film.

'Je suis reconnaissant d'avoir des partenaires comme [les producteurs] Peter Chernin et Jenno Topping pendant la réalisation de ce film', a déclaré Eubank. 'Vous voulez toujours que le film se fasse pour les gens qui plongent dans les tranchées avec vous, mais je pense vraiment que le film aura une longue vie devant lui'.

Dans une récente conversation avec The Hollywood Reporter, Eubank discute également du fait de travailler avec son premier budget substantiel de 50 millions de dollars, de son expérience avec Ridley Scott et de la façon dont le directeur informatique Andy Muschietti est devenu le héros méconnu d'Underwater.


Journaliste : Tous vos films, au nombre de trois, explorent le confinement à des degrés divers. Avez-vous compris ce qui vous attire dans ce thème ?
William Eubank : Je ne sais pas vraiment, mais je vais dire ceci … Lorsque je faisais mon premier film, Love, c'était une période vraiment étrange. J'ai commencé à essayer de faire ce film et ça ne fonctionnait vraiment pas. En gros, j'ai dû rentrer chez moi, et lorsque j'ai commencé à construire les décors pour faire le film, je le faisais tout seul et j'essayais de garder les problèmes loin de moi. Il y avait tellement de choses qui se passaient dans ma vie personnelle et après être rentré chez moi avec mes parents, j'étais vraiment confiné et seul à ce moment-là. Vous ne pensez pas vraiment à faire un vrai film parce que vous êtes simplement dans votre propre arrière cour, mais je pense que beaucoup de choses se sont passées pendant cette période, personnellement, où j'ai pu canaliser cette solitude dans une certaine mesure. C'était facile d'écrire ce genre de choses et de comprendre comment entrer dans la tête des personnages quand j'étais seul à l'époque. C'était une chose facile à canaliser, je suppose.

Journaliste : Sur Love, vous avez profité d'un petit budget. The Signal avait également l'air plus coûteux qu'il ne l'était. Étant donné que vous disposiez d'un budget plus important pour Underwater, y avait(il un sentiment de soulagement où s'agissait-il d'un tout autre type d'anxiété ?
William Eubank : De toute évidence, Underwater est mon premier grand, grand film où vous vous dîtes, 'Oh mon dieu, les armées du Mordor construisent cela'. En même temps, vous vous dîtes également, 'J'ai travaillé assez dur pour arriver ici'. Donc, vous avez le sentiment à peu près certain de ce que vous faites à ce stade – et reconnaissant. Je suis vraiment reconnaissant de devenir un grand enfant et de faire ce genre de choses. Enfant, j'essayais toujours de me faufiler [pour regarder] les films classés R, et à l'époque, je voulais simplement faire des films. Pour enfin arriver à cet endroit où vous avez tous ces atouts et des gens incroyablement talentueux qui travaillent avec vous, il ne se passe pas une journée où je ne suis pas reconnaissant d'être ici.

Journaliste : Lorsque les cinéastes sont limités ou contraints d'une manière ou d'une autre, ils sont ouverts plus créatifs et ingénieux, ce que vous avez prouvé dans vos deux premiers films. Même si vous aviez un budget plus important, avez-vous quand même trouvé des moyens de faire preuve de débrouillardise pour pouvoir allouer l'argent là où vous en aviez le plus besoin ?
William Eubank : Oh mon dieu, ouais. Même s'il s'agit d'un film à gros budget, il est dans un endroit étrange car ce n'est pas un film de 100 millions de dollars. Avec le crédit d'impôt, notre budget était d'environ 50 millions de dollars en Louisiane. Nous avons tout de suiyr su que nous devions faire beaucoup de ce [phénomène] 'sec pour mouillé'. Donc, ca allait manger 30 millions de dollars, juste là et là, pour les effets visuels. Beaucoup de scènes étaient sombres et nous avons utilisé une faible brume. Nous allions ensuite mesurer l'éclairage volumétrique – à partir des lampes de poche des acteurs et autres – et utiliser ces informations pour démarrer les simulations d'eau.
Donc, c'était un peu comme un grand 'petit film'. J'ai appris cela sur Love, mais vous travaillez avec des pièces de puzzle. Ce n'est absolument pas différent, quelle que soit la taille du film. Il y a beaucoup des mêmes problèmes – juste avec des jouets plus gros – et cela fait partie du plaisir.

Journaliste : Alors que la fusion Disney-Fix a probablement joué un rôle, dans quelle mesure ce film est-il resté dans les cartons si longtemps ?
William Eubank : La fusion était évidemment une grande chose, et pour être totalement honnête, je devais me taire. Je ne savais pas ce qui allait se passer et les gens au-dessus de moi ne semblaient pas totalement savoir – ou ne pouvaient pas en parler – pendant un certain temps. Vous commencez à vous demander, 'Avons-nous fait un film qui ne sera pas vu ?'. J'étais assez nerveux, bien sûr, mais il suffit de croire que vous avez fait quelque chose avec votre cœur et que les gens le verront. En fin de compte, tout a fonctionné. Nous n'étions pas sûrs de ce que Disney allait dire, mais finalement, ils ont dit, 'Nous adorons ça et nous allons le sortir'. Lorsque vous travaillez si longtemps sur quelque chose, ce fut une période difficile. Les gens me disaient, 'Après une interruption de cinq ans, Will Eubank est de retour', et je répondais, 'Je n'étais pas en pause ; je travaille sur un film !'. [Rires]

Journaliste : Avez-vous peaufiné le film tout le temps ?
William Eubank : Notre message était incroyablement long. Nous étions en poste depuis plus d'un an et nous avons terminé le film il y a un an. Je me souviens que nous avions fermé les portes un an avant décembre dernier. Donc, il y a longtemps que j'étais à la maison pour lire des livres et des choses. Donc, pas de peaufinage pendant cette période.

Journaliste : Kristen n'a pas fait trop de grands films de studio depuis la fin de Twilight. Puisqu'elle s'est principalement concentrée sur le cinéma indépendant, était-elle difficile à convaincre au début ou était-elle plus réceptive que ce à quoi les gens pourraient s'attendre ?
William Eubank : Lorsque nous nous sommes assis, c'était ma première rencontre avec elle et elle a lu le scénario. Elle a ensuite dit, 'Je déteste être sous l'eau'. Elle ne parlait pas du film, elle n'aime vraiment pas l'eau. Elle n'aime pas nager en pleine mer ; elle a une peur désespérée de l'eau. Kristen fait ce que son cœur lui dit et elle fait ce qu'elle veut faire. Elle a dit, 'J'adore ce film. J'adore le personnage de Norah, mais je vais être franche : je déteste l'eau. Donc, je veux le faire'. Cela m'a vraiment frappé à quel point elle était directe sur ce qu'elle aimait, ce qu'elle voulait faire et mettre ses peurs sur la table. C'était presque comme un défi pour elle. À ce moment-là, je me suis dit, 'Nous allons vraiment être en sécurité dans tout ce qui se passe sous l'eau', et elle a dit, 'Super, merci. Je déteste ça'.
Nous avons fait une formation de plongée sous marine et il y a des scènes sous marines réelles. Les combinaisons qu'ils portaient pesaient environ 50 kilos, mais quand ils allaient réellement sous l'eau, les combinaisons pesaient plus de 100 kilos. Ils avaient besoin d'avoir ce poids pour aller sous l'eau. Une fois scellé, c'est comme être dans un cercueil ; vous ne pouvez pas en sortir. Ils ont dû suivre une formation de plongée sur toutes ces choses et Kristen disait simplement un truc genre, 'Qu'est-ce qu'on fait ?'. [Rires] Elle a également dit, 'Dès que j'entre dans cette chose, faîtes tourner les caméras parce que ça va être une vraie peur'. Donc, ces plans où vous la voyez aller sous l'eau pour la première fois, c'est son travail extrêmement dur pour surmonter quelque chose qui rendrait la plupart d'entre nous terrifiés.

Journaliste : De nombreux critiques ont commenté l'hommage du film à Alien de Ridley Scott, mauis j'ai également observé plusieurs autres influencess. À quoi pensiez-vous pendant que vous faisiez cela ?
William Eubank : Honnêtement, j'ai presque pris plus d'influence sur les jeux vidéo que j'aime comme Dead Space, BioSchock et Soma. Malgré tout, je suis certain que tout cela a beaucoup emprunté à Alien. Mais m^me quand vous regardez Alien, Ridley a engagé tous les artistes de Dune de Jodorowsky [H.R. Giger, Chris Foss, Jean Giraud] et beaucoup de ses choix visuels ont été tirés de 2001 : L'Odyssée de l'Espace de Kubrick. Vous ne pouvez pas construire l'avenir sans construire sur le passé.
Évidemment, j'adore Alien et Ridley a toujours été l'un de mes préférés. Pendant que je faisais du repérage en Chine, je l'ai rencontré au sommet de l'hôtel Grand Hyatt à Pékin. Il faisait la promotion de The Martian à l'époque. Il a dit qu'il avait regardé The Signal et il m'a dit qu'il pensait que mon souci du détail était parfait, ce qui m'a rendu tellement heureux. Sa compagnie a presque produit un autre film que j'ai écrit intitulé World Breaker, mais j'ai plutôt choisi Underwater.

Journaliste : Lorsque les cinéastes montre une version précoce à leur amis et à leur famille, ils reçoivent souvent des commentaires qui débloquent quelque chose d'important dans le film. Alors, y a t-il un héros méconnu qui a regardé votre film et noté quelque chose qui a fait une grande différence ?
William Eubank : 100%. Je ne sais pas si vous avez lu les questions et réponses de la rencontre de la nuit dernière [07 janvier], mais Andy Muschietti, le réalisateur de Ca, l'a organisé. C'est l'un des mes amis proches. En fait, je l'ai rencontré lors d'une projection de The Signal et je me suis dit, 'Oh mon dieu, je suis l'un de vos grands fans'. Au tout début de ce film, lorsque Nic réveille Jonah et dit, 'Eh, Nomad est de retour', c'est un hommage au film d'Andy, Mama. Quoi qu'il en soit, il nous a rendu visite de nombreuses fois pendant la post production et il est un tel maître pour l'horreur, le suspense et la véritable caractérisation. Il réfléchit tellement aux choix des personnages et aux aspects spirituels de l'horreur. Il y a eu beaucoup de fois où il m'a donné de bons conseils, même des choses simples. Il venait tard le soir, après tout ce sur quoi il travaillait et nous nous asseyions dans la salle de montage pendant qu'il dessinait ces photos de la créature sortant de l'ombre … C'était vraiment amusant d'avoir un ami et un confident pour regarder certaines de ces choses et me donner son avis. Donc, il m'a beaucoup aidé avec les choses que je faisais avec les créatures et je lui dois lui rendre un énorme merci.

Journaliste : J'ai parlé à plusieurs directeurs de la photographie devenus réalisateurs et certains d'entre eux ont admis qu'ils rendaient leurs directeurs de la photographie un peu fou. Avez-vous pu retirer votre casquette de directeur de la photographie la plupart du temps ?
William Eubank : Bien sûr. Je suis heureux de retirer cette casquette de directeur de la photographie … J'espère que cela ressemble davantage à un soutien au directeur de la photographie dans le sens où j'essaie de leur donner des grandes choses à tourner. J'essaie simplement de remplir le cadre, et lorsque vous avez quelqu'un d'aussi talentueux que Bojan Bazelli, il est comme un grand enfant mais tellement talentueux. Je suis impressionné par ce qu'il fait. Tant que je lui donnais des grandes choses à filmer, il faisait tout le boulot. Parfois, vous pensez que vous êtes meilleur dans les choses que les autres, mais il n'y a jamais eu une seconde où j'ai pensé que j'étais meilleur que Bojan. J'étais constamment époustouflé … Tout ce que lui et Roberto De Angelis, le caméraman, ont fait avec la caméra était magique. Certaines personnes avec qui vous travaillez sont la vraie clé. Aucun de mes réflexes de directeur de la photographie n'était complètement parti.

Journaliste : J'ai également tendance à demander aux réalisateurs concernant le fait de composer des plans sympas et la plupart d'entre eux insistent sur le fait que leur composition est toujours au service de l'histoire. Très peu ont admis qu'ils vont composer un plan pour être cool. Puisque vous savez composer un plan unique, où en êtes-vous sur ce sujet ?
William Eubank : Vers la fin du film, je suis entré dans la salle des caméramans à un moment donné et il y avait cette énorme liste de films qu'ils avaient écrit sur le mur. Je me disais, 'Qu'est-ce que c'est ?'. Et ils disaient, 'C'est toi ! Tout ce dont tu as parlé, c'est de ces films et d'obtenir une plan pour la bande annonce !'. Parfois, j'ai simplement l'impression qu'il est facile de distiller ce sur quoi vous travaillez si vous pensez réellement à la façon dont vous allez amener les gens à le voir en premier lieu. Je sais que cela semble idiot, ringard et bon marché, mais j'aime juste penser comme ça. Lorsque vous pensez au film de la bande annonce et à ce que serait une bande annonce, cela distille dans votre tête ce qui est important et ce qui ne l'est pas. Tous ces choix coûtent tellement d'argent et vous ne pouvez en faire que certains. Donc, je n'ai pas peur d'admettre que je vais souvent juste opter pour le plan cool. [Rires]

Journaliste : Pouvez-vous nous parler un peu du casting de Jessica Henwick ?
William Eubank : Elle est incroyable. Elle a lu pour nous et elle m'a immédiatement étonné avec l'étendue de ce qu'elle pouvait faire. Vous essayez toujours de voir la portée de quelqu'un et elle a livré ces moments avec exactitude et précision. Elle semblait si approfondie avec sa caractérisation d'Emily dans le film. Vous savez tout de suite quand vous la voyez. Lorsque vous regardez des cassettes, vous vous dîtes, 'Oh, ça pourrait être bien', et soudain, vous en voyez une où vous vous dîtes, 'Oh wow ! C'est le niveau'. Elle n'est qu'une de ces personnes. Nous regardions quelque chose se produire.

Journaliste : Avez-vous utilisé une caméra Phantom pour les séquences au ralenti ?
William Eubank : Ouais, tout est de la Phantom. Ironiquement, j'ai eu un fantôme sur The Signal pour tout le film. Ils nous l'ont tout simplement donné. Sur ce film, nous n'avons pu obtenir le fantôme qu'un jour ici ou un jour là-bas. Donc, j'essayais toujours d'en tirer autant que possible. Kristen s'est en fait accrochée à un câble et elle a été propulsée pour l'un de ces plans. C'était assez fou à regarder.

Journaliste : Avez-vous déjà tourné un moment où Smith (John Gallagher Jr.) donne enfin à Emily (Jessica Henwick) le Moon Pie d'Emily une fois qu'ils ont échoué ?
William Eubank : Nous l'avons fait, oui. Il y a beaucoup de trucs qui ne sont pas tout à fait sortis de la fin. Malheureusement, beaucoup de ces choses ont dû être supprimées car nous avons un budget si limité en termes de ce que nous pouvions finaliser avec des effets visuels et certaines choses. Peut être qu'un jour, il y aura une version du réalisateur, mais le problème est le même avec une version du réalisateur, ils devront avoir plus d'eau, élargir les couloirs … Parce que c'est tellement axé sur la perspective, principalement Norah, il y a quelques scènes rares où vous vous coupez de cela, et l'une d'entre elles était cette de Moon Pie avec T.J. Et John.

Journaliste : Par rapport au genre de l'horreur de science fiction, je pensais que la dynamique des personnages était plutôt intéressante car nous voyons rarement deux femmes se sauver mutuellement tout en entraînant un homme inconscient avec elles.
William Eubank : [Rires] Ouais ! Honnêtement, je sais que cela semble stupide, mais je n'y ai même pas pensé en lisant le scénario. Pendant le tournage, nous nous sommes simplement dit, 'Ces filles sauvent la journée'. Quand vous regardez en arrière, vous pensiez que Smith sauverait peut être la journée puisqu'il a dit, 'Je serai là avec vous à chaque étape du chemin'. Il a fini par être là – mais comme un poids mort. [Rires] J'aime tellement John. Nous avons eu notre petit événement hier soir, et lui et moi étions dans un bar après avoir simplement bu. C'était la première fois qu'il voyait le film et il dit, 'Je sais qu'ils me traînaient simplement, mon pote, mais j'ai adoré'.

Journaliste : Lorsque le capitaine (Vincent Cassel) a déclaré que sa fille avait 14 ans et que le personnage de Kristen a contesté qu'en disant qu'elle devrait avoir le même âge qu'elle, j'ai immédiatement pensé que vous mettiez en place une révélation que Kristen était sa fille et qu'ils sont tous devenus fous là-bas. Évidememnt, cela n'a pas été le cas, mais quelqu'un d'autre vous a-il apporté cette théorie ?
William Eubank : Oh wow. Non, je n'ai jamais entendu ça, mais je peux voir comment cela peut être pensé de cette façon. Il y a des choses secrètes vraiment sympas dans le film que je ne veux pas dire avant la fin du film. Il y a des trucs amusants avec Alice Au Pays Des Merveilles et d'autres choses. En courant de le couloir au début du film, c'est Gunner Wright de mon premier film, Love. Je pense que je lui ai donné le même nom, Lee Miller. Il est également la voix de Roebuck Station.
Je voulais construire cette idée qu'il fallait être un peu fou pour vraiment aller travailler là-bas. Il n'y aucun moyen d'aller dans un endroit isolé et difficile à sortir sans être un peu lâche dans le caboche. Mais, oui, c'est une pensée vraiment cool à propos de cette direction avec sa fille. Malheureusement, c'est un peu plus sombre que ça.

Journaliste : A la fin de The Signal, les gares de triage d'Albuquerque étaient-elles le fondement du plan qui a déclenché la séquence de clôture ?
William Eubank : Ils l'étaient, ouais ! Comment avez-vous réalisé cela ? C'est incroyable.

Journaliste : Je connais trop bien les lieux de tournage d'Albuquerque et j'ai toujours été impressionné par ce plan parce que vous avez réussi à faire quelque chose de nouveau avec un lieu fréquemment utilisé.
William Eubank : C'est génial et j'adore que vous l'ayez remarqué. Lorsque vous sortez pour cette révélation ultime, j'ai essayé de garder certaines des influences de cette structure. Vous pouvez toujours voir ces longs panneaux de fenêtre qui sont plutôt cool. Je ne peux pas croire que vous ayez remarqué cela. C'est un endroit fou.

Journaliste : Puisque vous avez eu le temps d'y penser, savez-vous ce que vous allez faire ensuite ?

William Eubank : Je travaille sur beaucoup de choses différentes. Juste après celui-ci, Fox a mis une option pour mon prochain [film], Warbot, qui est une histoire assez cool que j'ai écrite. Avec la fusion, je ne sais pas comment tout va se dérouler, mais nous verrons.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...