lundi 3 février 2020

Kristen en couverture du magazine britannique DIVA Magazine [Février 2020]

KStew et la presse, un duo gagnant ! En effet, Kristen fait la couverture du magazine britannique DIVA Magazine, pour son édition de février 2020. Dans son interview, elle parle de Charlie's Angels et sa réalisatrice Elizabeth Banks, de Seberg et son réalisteur Benedict Andrews, sa carrière, sa vie privée et la future adaptation de The Chronology Of Water en tant que réalisatrice.


 

Traduction faite par le staff de KStew France. Merci de nous créditer avec LIEN si vous la reprenez ailleurs.

Interview – Kristen Stewart sur le fait de vieillir, de se sentir plus libre et l'importance de raconter des histoires gay

Cela a été une sacrée décennie pour Kristen Stewart, n'est-ce pas ? En fait, alors que les rideaux tombaient sur 2019, la native de Los Angeles, âgée de 29 ans, a été nommée 'Actrice de la Décennie' par l'Association des Critiques d'Hollywood (Hollywood Critics Association) pour sa 'filmographie impressionnante'. Et impressionnant elle l'est, avec plus de 40 crédits d'acteur à son actif.

Aujourd'hui, alors que nous entamons la nouvelle vague d'une nouvelle décennie, Stewart se retrouve à regarder sa vingtaine – et sa trentaine – toujours brillante après un retour explosif dans le monde des super productions hollywoodiennes avec le récent reboot d'un reboot de Charlie's Angels, tout en faisant la promotion du drame indépendant Seberg – le biopic très attendu au sujet de l'actrice et activiste politique américaine, Jean Seberg, dans lequel elle assume le rôle principal. Mais qu'en est-il de Stewart elle-même ? La femme en dehors du cadre ?

En feuilletant ses interviews plus intimes et récentes, il semble que la Stewart 'sooo gay' des années 2010 (ou est-ce les adolescents?) est prête à se lancer dans un nouveau voyage – à la fois artistique et personnel. Tout au long de l'année 2019, elle a continué s'éloigner de plus en plus du stéréotype rigide qui la décrivait souvent comme 'la géniale mauvaise fille', comme le New York Times l'a étiquetée. 'La vraie Kristen Stewart – une jeune femme drôle et farouchement ouverte – ne fait qu'émerger', disait-il [le New York Times], et il semble que, avec cette nouvelle décennie, la vraie Kristen Stewart soit enfin arrivée.

En fait, tout en faisant la tournée des récents Festivals du Film de Venice et Zurich, Stewart a révélé qu'elle était surprise que la réalisatrice de Charlie's Angels, Elizabeth Banks, vienne la chercher pour un rôle qui l'invitait à montrer un 'côté maladroit' qu'elle a rarement, voire jamais, proposé à l'écran. 'J'ai fait de nombreux films dramatiques et je me considère comme la dernière personne à qui vous penseriez pour faire quelque de comique', dit Stewart. 'Mais heureusement, Liz Banks a vu mon côté comique et drôle – que je décrirais plus comme mon côté maladroit. Elle a vu mon côté drôle et elle montre cet aspect de moi … Personne n'avait jamais fait ça avant'.

C'est Banks, mieux connu comme étant réalisatrice et productrice des films Pitch Perfect, qui était chargée de convaincre Sony Pictures de donner le feu vert à cette toute dernière itération, avec l'intention d'apporter une perspective féministe beaucoup plus nette à l'histoire. 'Nous avons travaillé très dur pour honorer l'héritage de Charlie's Angels', a déclaré Banks. 'Je pense que c'était tellement révolutionnaire de dire que les femmes pouvaient résoudre les crimes. Je veux dire, ce programme a dénoncé le sexisme dans le générique d'ouverture'.

De même, c'est elle qui a attiré Stewart dans ce rôle. 'Je suis tellement fier du film. [Liz] m'a dit qu'elle voulait faire revivre Charlie's Angels et j'ai sauté sur le projet – non seulement parce que je suis une grande fan des films, mais aussi parce qu'elle avait cette idée folle de m'imaginer dans ce rôle. Liz a pris ce monde que nous connaissons tous et l'a élargi. Elle a avancé rapidement et réfléchi à l'endroit où ces personnages seraient dans le temps présent. Nous sommes plus nombreux et le film reflète également cette résurgence des femmes et le sentiment distinct de soi que les femmes de cette génération développet et comment vous devenez plus formidable en tant que groupe. [Elle était] la personne parfaite à mes yeux pour faire ce film'.

Qu'en est-il du personnage décrit comme 'andouille' par Stewart elle-même, Sabina ? 'Sabina est une sorte de sœur aînée plus qui s'occupe des autres filles et qui ferait n'importe quoi pour les protéger', révèle Stewart.

'Mais c'est également quelqu'un qui est la reine de la désorganisation et du désespoir dans sa propre vie et c'était amusant de l'interpréter parce que ça fait partie de qui je suis et je ne l'ai jamais montré dans mes films'.

L'opportunité de jouer un personnage qui incarne une partie de ce que Stewart est à un moment où l'actrice a de plus en plus évoqué pour se sentir 'vraie' pour elle-même, à la fois dans ses films et dans la sphère publique en général – un espace pour lequel elle n'a pas toujours été à l'aise quant à le peupler, en particulier après son rôle dans la Saga Twilight, qui a catapulté sans cérémonie la jeune actrice sur la scène internationale. Maintenant, dit-elle, elle ressent le 'désir d'être acceptée' telle qu'elle est. 'Je suis fière de qui je suis, je suis moins précaire et je n'ai pas peur d'exprimer mes idées, mêmes politiques … Je ne suis plus intimidée par [la célébrité], aujourd'hui je me sens prête pour tout ça. [Dans le passé], je pensais que je devais me protéger. Maintenant, cependant, j'ai ce beau sentiment [de liberté] en contraste frappant avec ce que je ressentais lorsque vous êtes initialement exposé à faire quelque chose. L'assaut de ce type d'attention peut vraiment vous mettre dans un trou … Ce n'est pas comme si je voulais lancer un compte Instagram public et commencer à crier aux gens ce que je pense, mais j'ai l'impression que je le fais de toute façon, dans une autre façon'.

À quoi Stewart attribue t-elle cette vision plus libre et évolutive de la vie aux yeux du public ? 'J'ai découvert que je suis très heureuse d'être plus âgée. Il y a deux ans, j'étais à un point difficile de ma vie où je me sentais dépassée, au point de ne pas savoir qui j'étais ou avec qui je voulais partager mon temps. Je ne savais pas comment je m'intégrais à tout cela et de quelle façon je voulais me présenter au monde … Maintenant, j'ai le sentiment d'être beaucoup moins vulnérable'.

Un autre domaine dans lequel cette nouvelle perspective semble avoir joué un rôle significatif ? La vie amoureuse de l'actrice. S'adressant à l'hôte de la radio américaine Howard Stern à la fin de 2019, Stewart – avec sa coupe de cheveux blond décoloré effet coiffé décoiffée qui est aujourd'hui sa signature et son look grunge assez doux – lui a dit, 'Il n'y a rien de tel que de se sentir sûr d'une chose parce que nous ne savons rien … La seule chose que vous pouvez ressentir, c'est si vous êtes amoureux de quelqu'un'. Après avoir été interrogée sur le fait qu'elle soit 'amoureuse en ce moment', Stewart a ouvertement répondu, 'Ouais genre … Je veux dire la réponse est oui'. La personne faisant l'objet de l'amour et de l'affection de l'actrice ? La scénarist Dylan Meyer que Stewart a rencontré sur un plateau de tournage il y a environ six ans, mais qu'elle n'a commencé à fréquenter que bien plus récemment.

Lorsqu'on lui demande si elle prévoit de la demander en fiançailles bientôt, Stewart répond, 'Absolument. Je ne peux foutrement pas attendre … Je veux être genre, en quelque sorte, un peu raisonnable à ce sujet, mais je pense que les bonnes choses arrivent vite'.

Même si elle n'a pas toujours connu une navigation sans heurt en ce qui concerne le fait d'être si publique sur sur sa vie personnelle – l'actrice a révélé à Harper's Bazaar que les responsables de l'industrie du cinéma lui avaient conseillé de ne pas tenir la main de ses petites amies en public dans le passé – aujourd'hui, Stewart donne l'impression d'avoir une prise beaucoup plus fine sur la direction qu'elle prend et la façon [de la mener], contrastant avec la focalisation de son dernier long métrage, Jean Seberg, dont la vie aux yeux du public a pris une tournure tragiquement sombre

qu'est-ce qui a attiré l'attention de Stewart au sujet de l'histoire de Seberg ? '[Jean] avait sa faim derrière les yeux, ce qui l'a fait briller à l'écran. Mais, elle était également une humanitaire vraiment compatissante à une époque où les gens ne voulaient pas endurer cela'. Et pour son public ? 'Elle était réelle devant la caméra. Il y avait quelque chose de naturaliste dans son jeu d'acteur, c'était comme se diriger vers monde et dire, 'Regardez-moi, je suis réelle'. Je pense que que c'était la source de sa popularité notamment en France'.

Même si elle est tombée sous le charme de Seberg (indéniablement enfantin), Stewart ne connaissait pas grand chose de l'actrice avant d'accepter le rôle, admet-elle. 'Le seul de ses films que je connaissais vraiment était A Bout De Souffle et je me souviens de la scène dans laquelle elle vend le New York Herald Tribune à Paris et aussi de la dernière scène, où elle est avec [Jean Paul] Belmondo et lui demande, 'Qu'est-ce que c'est, dégueulasse ?''.

'Ces moments m'ont vraiment marqué et j'ai pensé qu'elle était tellement cool. Il n'est pas difficile de voir pourquoi elle est devenue une telle icône en France et qu'elle est toujours considérée comme une figure légendaire de la Nouvelle Vague. Ce n'est que lorsque j'ai commencé à lire le scénario et à faire des recherches sur elle que je suis devenue fascinée par son histoire de vie, même si j'ai été choquée par ce qu'elle a vécu. J'ai été très impressionnée par la façon dont elle était déterminée à vivre sa vie selon ses propres conditions'.

La chute de Seberg a suivi son soutien aux organisations de défense des droits civiques, y compris les Black Panthers, pour lesquelles elle a continué à exprimer son soutien publiquement, malgré le fait qu'elle ait finalement été blacklistée d'Hollywood et harcelée par le FBI pour l'avoir fait. Est-ce que la réaction violente est quelque chose que Stewart prend en considération elle-même lorsqu'elle exprime publiquement ses opinions ? 'Il y a ce genre de climat polarisé dans lequel nous vivons en ce moment, il n'est donc pas difficile pour moi de porter mes opinions. Cela apparaît dans le travail que je fais avec les gens avec qui je m'associe et la conversation que j'ai avec des journalistes individuellement, jour après jour. J'aime cette interaction. J'ai tellement de chance d'avoir ça'.

Et les parallèles entre Seberg et ses propres luttes passées entre le moi privé et le moi public ? 'C'est quelque chose qui m'a troublé et désorienté très longtemps. Cette lutte interne, cette exposition permanente … Je sais ce que vous vivez lorsque la façon dont vous vous présentez en public ne correspond pas nécessairement à ce que vous ressentez à l'intérieur. La plupart du temps, j'ai été terrible en donnant des interviews – je n'étais simplement pas très bonne pour me présenter. Mais, je ne pense pas que je créais nécessairement une fausse impression. C'était plus que je ne savais pas ou je ne comprenais pas qui j'étais clairement comme j'aurais aimé et cela a été plus difficile pour moi de projeter une image ou un moi précis. Quand j'étais jeune, beaucoup de mes amis m'ont dit, 'Allez, détends-toi. Vas-y et donne au public et à la presse ce qu'ils vuelent'. Mais je ne peux pas. Et c'est terrifiant. Je connais beaucoup de gens qui sont tellement bons dans les interviews et qui donnent l'impression d'être cool et charmant. Mais ils sont tellement prévisibles. Ils disent ce à quoi on s'attend d'eux à chaque instant. Tout le monde les aime. Et c'est ironique, car souvent ce qu'ils semblent être et ce qu'ils disent n'est pas vrai'.

En plus d'être 'foutrement amoureuse' de sa future fiancée, Meyer, pour Stewart, l'une des plus grandes aides qu'elle a eu en termes de croissance personnelle et créative au fil des ans est venue de sa 'relation forte' avec sa mère. '[Ma mère est] une femme qui aime le cinéma, qui m'a toujours donné beaucoup de livres à lire et des conseils. J'ai grandi dans le cinéma et j'ai passé une grande partie de mon enfance sur des plateaux de tournage. J'ai toujours aimé l'énergie du plateau de tournage et une jour, à mon grand étonnement, j'ai découvert que jouer la comédie était ce que je voulais vraiment faire. J'adore jouer'.

Sans surprise, aux côtés d'un amour inattendu du fait de jouer la comédie, Stewart a récemment découvert la réalisation, travaillant sur le court métrage Come Swim, qui a été présenté pour la première fois lors du Festival du Film de Sundance 2017, et elle prévoit également de réaliser un prochain long métrage, The Chronology Of Water, basé sur l'autobiographie de la nageuse bisexuelle américaine devenue écrivain, Lidia Yuknavitch. L'aspect gay de ce projet était-il quelque chose d'attirant ? 'Avec le temps, je me rends compte qu'il y a beaucoup d'histoires exceptionnelles à raconter. Je suis toujours à la recherche d'histoires, et souvent quand je regarde un film d'époque, je me demande où sont les personnages gay, car les gays ont toujours existé. Mais ces histoires étaient très étroitement racontées et ce n'est que récemment que nous avons commencé à raconter ces histoires en tant que réalisateur. Je ne vois pas de grande différence entre être acteur et réalisateur, les deux activités se chevauchent'.

Stewart a parfaitement saisi ce sentiment dans une récente interview avec The Telegraph : 'Être capable d'être plus proche des gens à travers d'étranges petites histoires, c'est le soleil autour duquel tourne ma Terre', a t-elle déclaré. 'C'est mon truc préféré littéralement – fouiller et méditer sur un sujet avec seulement quelques personnes qui se soucient et tout le monde ne le fait pas. Et c'est juste nous ensemble. C'est le meilleur sentiment'.

Alors que nous nous rapprochons un peu plus de cette nouvelle décennie, il semble que le meilleur de Kristen Stewart – et les histoires qu'elle racontera – est encore à venir. Chanceux sommes-nous, n'est-ce pas ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...